Petites annonces
maxim21
Héros des Stats
Héros des Stats
À propos de l'auteur : maxim21 est un des plus anciens membres de BIONIFIGS.com, à qui fut confié la reprise du projet de créer une encyclopédie collaborative tout en français sur l'univers BIONICLE. Celui-ci aboutira à la réalisation d'un wiki parmi les plus complets sur BIONICLE, toutes communautés linguistiques confondues : l'excellente Nuvapedia.
Voir le profil de l'utilisateur
05102014
Ah, 2015, le prochain retour de BIONICLE, de nouveaux indices sur l'histoire de BIONICLE... Et bah ce billet s'en tape allègrement puisqu'il concerne quelque chose de la période 2001-mi 2003. (Et en prime, c'est plus intéressant, d'abord :p)

Comme la majorité - si ce n'est pas la totalité - d'entre vous l'ignore probablement, le membre Torsti de BZPower a posté mardi dernier des photographies du livre BIONICLE Synopsis - si vous voulez connaître toute l'histoire, référez-vous à son sujet, la flemme de répéter .

'fin, bref, ce livre est définitivement intéressant. Vu que je sens que certains vont poser la question, est-ce que c'est canon ? Probablement pas. C'est quelque chose d'interne, qui n'a jamais été publié officiellement ; de nombreuses scènes présentes semblent être des versions préliminaires de ce qui a finalement été décidé. Mais ça reste une bonne lecture, notamment intéressante du point de vue des personnages, de leurs capacités, et de leurs caractères. Donc oui, je vous recommande de le lire.

Ah, oui, et à la base si j'ai décidé d'en faire un billet de blog, c'est parce que j'en ai fait une traduction (c'est le gros pâté qui va suivre).




Dans le temps d'avant le temps, le Grand Esprit amena son peuple, les Matoran, sur une île paradisiaque. Là, ils travaillèrent, jouèrent, et prospérèrent sous sa protection aimante. Les Matoran étaient si heureux qu'ils nommèrent l'île en son honneur.

Mais une ombre s'étendit rapidement sur l'île. Le sombre esprit Makuta était devenu jaloux de ce que son frère, Mata Nui, avait créé. Et il lança donc un sort qui fit tomber Mata Nui dans un profond sommeil. Le pouvoir de Makuta domina alors l'île, les champs se desséchant, la lumière du soleil devenant froide, et les anciennes valeurs des Matoran commencèrent à être oubliées.

Tout espoir n'était cependant pas perdu. Les légendes parlaient de six puissants héros, les Toa, qui viendraient sauver Mata Nui de Makuta. Tahu, Lewa, Kopaka, Gali, Pohatu, et Onua avaient de puissants pouvoirs élémentaires... mais même ceux-ci ne seraient pas suffisants pour disperser les ombres.

Lors d'un jour semblable à aucun autre, des canisters contenant les Toa s'échouèrent sur les côtes de Mata Nui... et les prophéties furent réalisées.



Tahu, le Toa du feu, se leva sur ses puissantes jambes et plaça son masque Kanohi sur son visage. Son corps grésilla d'énergie et ses yeux s'éclairèrent. D'un seul geste fluide, il dégaina son épée de feu et commença à inspecter ce qui l'entourait.

La plage de sable blanc était vide de toute vie en dehors de quelques étranges oiseaux de mer. Au sud, des rochers pointus formaient un semblant de mur contre l'océan, et au-delà, Tahu pouvait sentir la chaleur des chambres volcaniques. Attiré par la chaleur et les flammes, il se tourna et avança dans cette direction.

Il ne se retourna qu'une fois, entendant un mouvement derrière lui. Mais l'être qu'il vit était trop petit pour poser la moindre menace. Il continua à avancer vers ce qui semblait être une grande cité fortifiée, posée au milieu d'un lac de lave en fusion.

Lorsqu'il atteignit une forêt brûlée, Tahu rencontra un petit être qui réagit par la peur à sa présence. Cet être, un villageois, avait pris par erreur Tahu pour une des bêtes Rahi qui arpentaient l'île. Par la suite, Tahu finit par trouver son chemin vers le village de Ta-Koro et son chef, Turaga Vakama.

Même si les Toa étaient intelligents et puissants, ils ne comprenaient pas encore vraiment la menace qu'ils affrontaient. Makuta s'était assuré depuis longtemps que les Masques de Pouvoir Kanohi soient éparpillés sur toute l'île. Maintenant ils se trouvaient cachés à des endroits qu'aucun villageois Matoran ne pouvait jamais espérer atteindre, des profondeurs du plancher océanique au pic du Mont Ihu lui-même.

Non content de simplement cacher les masques, Makuta envoya des bêtes nommées Rahi pour garder les sites. Les Rahi étaient autrefois de simples animaux qui écumaient l'île, malgré leur férocité. Mais Makuta les avait équipés de Masques de Pouvoir infectés, les transformant en ses serviteurs. Des années durant, ils avaient effrayé le peuple de Mata Nui et les avaient empêchés d'explorer intégralement l'île. Makuta avait confiance en ses Rahi pour arrêter également ces Toa...



« Alors dis-moi où trouver ces autres... et où trouver ce Makuta... et vous serez libres, avant que ce monde ne tourne à nouveau. »

Vakama secoua sa tête. En utilisant son bâton de feu, il commença à brûler l'image d'étranges masques dans le mur de pierre. « Ce n'est pas si simple, Toa. Aussi puissants que vous soyez tous, Makuta est toujours plus puissant. Il vous faudra rassembler les masques Kanohi pour vous aider dans votre mission.

« Il y a six masques pour chacun d'entre vous. Chacun confère un pouvoir différent - la vitesse, la vision aux rayons-x, la protection, la respiration sous-marine, la force, et la lévitation. Lorsque vous trouverez tous ces masques, alors... et seulement alors... vous serez prêts à affronter la force de Makuta. »

Tahu étudia les images des masques attentivement. Aussi spécifique qu'ils étaient, il était certain qu'ils seraient faciles à trouver. Sûrement, il n'y avait rien sur cette île qui pouvait menacer un Toa... ?



Lewa regardait dans les yeux du grand Muaka. La grande bête avait encerclé le Toa de l'Air dans les profondeurs de la jungle, et maintenant ils s'étudiaient l'un l'autre, cherchant des signes de faiblesse.

« Tu es très grand, n'est-ce pas ? » dit doucement Lewa. « De quoi te nourris-tu ? Pas de Toa, j'espère. »

La réponse du Muaka fut un grognement. Une seconde plus tard, il plongea sur Lewa. Mais le Toa avait déjà sauté hors de portée, laissant les griffes du Rahi frapper l'air.

« Pas bien. Pas bien du tout », dit Lewa, depuis son refuge sur une branche basse. « Ordinairement, je suis quelqu'un de plutôt paisible... mais tu vois, il y a un Masque de Pouvoir dans la grotte derrière toi et je compte l'avoir. »

Levant sa hache, Lewa invoqua une rafale de vent de la force d'un ouragan. Le Muaka, grondant, enfonça ses griffes dans la terre, mais même lui ne pouvait résister à la puissance du Toa de l'Air. Avec un hurlement, le Rahi fut arraché et envoyé voler dans les arbres.

Lewa était tellement satisfait de ce résultat qu'il n'entendit pas le bourdonnement derrière lui avant qu'il ne soit trop tard. Il se tourna juste à temps pour voir une boule de glace frapper un Nui-Rama, gelant instantanément l'insecte géant dans les airs.

Durant un moment, il n'y eut aucun autre son que le craquement de la glace. Puis une voix semblable à une brise d'hiver brisa le silence. « La première règle de Mata Nui... toujours savoir ce qui se trouve derrière soi. »



Même si les Toa partageaient un but - la libération de Mata Nui et des Matoran, ils n'étaient pas toujours d'accord sur la meilleure façon d'y parvenir. Ils étaient tous des êtres forts, souvent bornés, et chacun d'entre eux était habitué à être un chef parmi les siens. De plus, les éléments qu'ils contrôlaient s'affrontaient naturellement... pouvait-on donc s'attendre à ce que les Toa ne fassent pas de même ?



« Alors c'est réglé », dit Tahu. « Nous entrerons dans la caverne à l'aube et vaincrons tous les Nui-Jaga que nous trouverons. Onua, Pohatu, ce sera votre tâche de refermer le nid une fois que nous aurons fini. Lewa, tu restes à l'extérieur en haut des arbres pour arrêter les Rahi qui pourraient s'échapper. Gali... »

« Gali va protester, » dit la Toa de l'Eau. « Ce problème n'est pas réglé. Ce plan est idiot et dangereux. Les Nui-Jaga n'aiment pas la fumée... ils n'aiment pas l'eau... en utilisant nos pouvoirs, Tahu, nous pourrions les forcer à sortir de leurs nids et les affronter en terrain ouvert. Au lieu de ça, tu veux plonger là-dedans comme un oiseau taku affamé derrière un poisson. »

« Ça suffit ! » lâcha Tahu.

« Peut-être que la sage Gali a un point, frère », dit tranquillement Onua. « Nous ne savons pas jusqu'où s'étend la caverne, ou même si on n'y trouvera que des Nui-Jaga. »

« Tu t'inquiètes trop, Onua », interrompit Pohatu. « On peut s'occuper des bêtes de Makuta quel que soit leur nombre, n'est-ce pas ? »

Lewa se tourna vers Kopaka, qui se tenait à l'écart du groupe. « Tu es très silencieux... à quoi penses-tu ? »

Kopaka se tourna et marcha devant le groupe assemblé. « Je pense... que ´Chargez !´ n'est pas un plan. »



Malgré leurs nombreuses différences, les Toa réussirent à travailler ensemble en tant qu'équipe lorsque les circonstances le demandaient. Leurs nombreuses victoires sur les Rahi ajoutèrent à leur légende, et devinrent des histoires qui sont toujours racontées autour des feux des villages à ce jour.

En temps voulu, les Toa collectèrent tous les Masques de Pouvoir et se rendirent à Kini-Nui, le grand temple au centre de l'île. Là, les six Masques de Pouvoir que chacun portait furent échangés pour un seul masque doré... dans ce masque doré se trouvaient tous les pouvoirs des Kanohi.

Mais les Toa n'étaient toujours pas prêts à affronter leur prochain grand défi. Pour faire face à la menace des Manas, les gardiens crabes de Makuta, les Toa devaient sacrifier ce qui leur était le plus précieux : leur individualité. Avec une étincelle d'énergie incroyable, les six Toa fusionnèrent en deux Toa Kaita - des êtres plus grands et plus puissants; chacun avec la sagesse et la force combinées de trois des héros. Là où se trouvaient autrefois six guerriers se tenaient maintenant Toa Kaita Akamai et Toa Kaita Wairuha.

Maintenant, finalement, ils étaient prêts à descendre sous le temple et défier les Manas...



Toa Kaita Akamai échappa de peu à la mâchoire d'un Manas. Le grand Rahi battit en retraite et le regarda avec prudence. Jamais auparavant une créature de Mata Nui n'avait survécu aussi longtemps au combat avec un Manas, et il semblait que les gardiens de Makuta semblaient à ressentir une trace de peur.

« Tu es peut-être effrayant pour de minuscules insectes hoto et peut-être un fusa estropié, Rahi », dit Akamai d'une voix tonnante. « Mais je ne te crains pas. »

« Ne les provoque pas, Akamai », dit Toa Kaita Wairuha. « Ce sont des serviteurs de Makuta, rien de pire que les autres Rahi que nous avons vaincu. Occupons-nous de ça rapidement. »

Les mots venaient à peine de sortir de la bouche de Wairuha qu'un des jumeaux Manas se lançait sur lui. Même avec son vaste pouvoir, le Toa Kaita fut ébranlé. Employant toute sa force, il détacha le crabe bestial et l'envoya au loin.

Le Manas frappa la paroi au loin et s'arrêta, étourdi, durant un moment. Mais son armure solide l'avait protégé de toute blessure sérieuse, et il fut rapidement de retour dans le combat.

« Cela a duré suffisamment longtemps », dit Wairuha. Le Toa Kaita formé de Gali, Lewa, et Kopaka fit appel aux éléments qu'il commandait - la glace, l'eau, et le vent - créant un blizzard dévastateur. Petit à petit, il exerça son contrôle sur la tempête, la compressant en un rayon unique d'énergie pure.

Inconscients du danger, les Manas avancèrent sur le chemin de l'attaque glacée. Instantanément, leurs membres commencèrent à se raidir, leurs mouvements à se ralentir. Rapidement, leurs corps furent couverts d'une couche de glace et de neige épaisse et ils succombèrent, finalement, au pouvoir déchaîné de l'hiver...

« Sont-ils morts ? » demanda Akamai.

« Non, seulement gelé », dit Wairuha. La victoire est nôtre, et maintenant... et maintenant... »

Wairuha tressaillit et s'affaissa contre le mur. Il y eut un éclair aveuglant et soudainement le Toa Kaita avait disparu. À sa place se trouvaient les trois Toa qui avaient fusionné pour le créer. Un moment après, Akamai fit de même, se retransformant en Tahu, Pohatu, et Onua.

« L'énergie... pour rester dans cette forme... trop grande », dit Tahu. « On doit continuer individuellement à partir d'ici... »

« Non, pas individuellement », dit tranquillement Onua. « En tant qu'équipe. »



Même si les Toa avaient réussi avec succès à vaincre les terribles gardiens de Makuta, ils n'avaient pas vaincu le maître des ombres lui-même. Ici, loin sous la surface de l'île, le pouvoir de Makuta était à son paroxysme. Et les Toa entrèrent donc dans une pièce où ils se retrouvèrent confrontés à de sombres reflets d'eux-mêmes... de puissantes versions corrompues des héros de Mata Nui.



« Qu'est-ce... que vous êtes ? » chuchota Tahu. La simple vue de ces sombres imposteurs le remplissait de dégoût et d'horreur.

« Ne le sais-tu pas, Toa du feu ? » siffla l'ombre de Tahu. « Je suis toi... la partie de toi que tu tentes de cacher. Je suis ta puissance, ton ambition, et mes flammes ne sont pas retenues par ma conscience. Je prendrai le pouvoir, ou Mata Nui brûlera. »

« Nous sommes ce que vous souhaiteriez pouvoir être », dit l'ombre de Gali, dans une voix ressemblant au sifflement de serpents d'eau. « La victoire est la seule chose qui importe. À qui importe-t-il que les océans soient en effervescence, ou que les rivières soient pliées et tordues pour servir mes buts ? Quelle différence cela pourrait me faire ? »

« Non ! » cria Gali. « Utiliser mon pouvoir sans tenir compte de ce qu'il pourrait faire au monde qui m'entoure... Non, esprit, je te rejette ! »

« On s'y connait pour rejeter, n'est-ce pas, frère », dit doucement l'ombre de Kopaka. « Nous repoussons les autres... les gelons... pour ne jamais les décevoir. Et nous les décevrions, n'est-ce pas ? Et alors ils nous abandonneraient et nous serions tous seuls, frère... »

Kopaka leva son épée de glace. « Je... ne... suis... pas... ton... FRÈRE ! » dit-il, lançant une attaque de pur froid sur son alter-ego. Mais la glace passa à travers la forme de l'ombre de Kopaka comme si l'être ténébreux n'était pas là...

« Toa, ces choses ne sont pas réelles », dit Onua. « Ce sont juste des illusions. Ignorez-les ! »

« Toujours aussi avisé, n'est-ce pas », répondit l'ombre d'Onua. « Toujours aussi fort, n'est-ce pas. Assez fort, peut-être, pour atteindre et éteindre le soleil ? Alors nous pourrions marcher à la surface comme tous les autres, voir comme ils le peuvent, et ne pas être aveuglés par la lumière infernale. Comme ce serait bon... »

Dans le coin le plus éloigné, Lewa sauta par dessus son double. Mais l'ombre de Lewa se dissolut simplement et se reforma à nouveau en face du Toa.

« Pourquoi cours-tu, frère ? » dit l'ombre de Lewa. « Nous n'avons pas besoin d'eux... d'aucun d'entre eux. Ce qui importe, c'est de s'amuser. Laissons les autres Toa s'inquiéter de leurs petites responsabilités. Il y a tout un monde à explorer ! »

Face à ces sombres réflexions d'eux-mêmes, même les Toa commencèrent à connaître le doute. Petit à petit, ils reculèrent, alors que leurs ombres grandissaient et se faisaient plus insistantes. Seul Pohatu resta sur sa position, regardant son double comme s'il était quelque chose dans lequel il avait marché.

« Alors quelle est ton histoire ? » grommela Pohatu.

« Je n'en ai pas », répondit l'ombre de Pohatu. « Je suis invisible... non voulu... Onua est plus sage, Tahu est plus puissant, Gali est plus en harmonie avec son monde. Que suis-je ? Pourquoi suis-je là ? Quel est mon but ? »

Pohatu gloussa. « Je suis supposé être effrayé par tout ça ? Tout le monde a ses doutes et ses craintes... tout le monde s'inquiète parfois de pouvoir perdre ses amis, ou rater quelque chose... mais on se relève et on continue et on saisit sa chance. »

Le Toa de la pierre s'avança d'un pas... et surprenament, l'ombre de Pohatu battit en retraite. « C'est ce qu'on appelle être en vie, esprit », continua Pohatu, aussi implacable qu'un marteau contre un rocher. « Quelque chose que tu ne comprendrais pas. Je ne fuis pas mes peurs - je les utilise pour continuer à avancer, pour continuer à m'évertuer à accomplir plus. »

Pohatu tendit la main et la plongea au milieu de l'ombre. « Tu ne m'effrayes pas, esprit - tu es moi. »

Avec un cri, l'ombre disparut à l'intérieur de Pohatu. Les autres Toa s'arrêtèrent, regardèrent, et arrêtèrent leur retraite.

« Nous ne pouvons pas rejeter ces choses », chuchota Gali.« Nous devons accepter qu'elles font partie de nous. »

« Des parties dont nous souhaiterions qu'elles n'existent pas », agréa Pohatu. « Mais nous sommes assez forts pour les maîtriser. »

« Et nous devrons les maîtriser », dit Tahu.

Avec cela, les ombres de Toa émirent un gémissement lugubre et commencèrent à tomber en pièces. En quelques secondes, leur substance s'était transformée en brouillard, et le brouillard avait disparu à l'intérieur des Toa.

Gali fut la première à remarquer que l'atmosphère de la pièce avait changé. « Ça a disparu », dit-elle doucement. « Le mal dans cet endroit... est parti. »

« Tu veux dire que nous avons gagné ? » demanda Tahu.

« Makuta a choisi de nous combattre avec nos propres peurs », dit Kopaka. « Un pari bien calculé qui aurait très bien pu marcher... s'il n'y avait pas eu Pohatu. »

« Ceux qui ne sont pas amicaux ne me dérangent pas, Kopaka », répondit Pohatu, un léger rire dans son ton. « Après tout, ça m'arrive de te suivre, n'est-ce pas ? »

Mais la lutte n'était pas terminée. Maintenant, Makuta lui-même apparut aux Toa sous la forme d'un villageois Matoran. Lorsque les Toa ne se rendirent pas à lui, il prit la forme d'une visqueuse masse de ténèbres tourbillonnantes et attaqua. Bien que débordés, les Toa se défendirent avec toute leur puissance élémentaire brute et repoussèrent Makuta... mais il n'avait été que retardé, pas vraiment vaincu.



La victoire avait été gagnée. Les ténèbres étaient repoussées de l'île de Mata Nui et finalement les Matoran pouvaient vivre en paix... du moins c'est ce qu'il semblait.

Ce que les Toa ignoraient était que la menace de Makuta n'avait pas pris fin. Il n'avait fait que battre en retraite dans les ténèbres, pour faire de nouveaux plans et regagner ses énergies. Tout ce qui lui fallait était du temps - du temps qu'il gagna par le biais d'un acte si monstrueux que même ses actes précédents pâlissaient en comparaison.

Loin sous la surface de Mata Nui, les essaims Bohrok dormaient. Ces êtres insectoïdes dormaient depuis des éons, attendant l'appel qui les éveillerait. Makuta réussit à envoyer le signal qui les animait... et ce faisant, il plongea Mata Nui et son peuple dans un cauchemar.

À ce jour, le vrai but des Bohrok reste un mystère. Mais leur première apparition sur Mata Nui sera quelque chose que personne n'oubliera...



Les Toa se déplacèrent rapidement vers la frontière de Ta-Wahi. Normalement, se dirigeant vers un affrontement avec un adversaire inconnu, Gali et Onua aurait conseillé la prudence. Mais pas aujourd'hui... non, aujourd'hui, chaque Toa savait qu'il n'y avait pas un moment à perdre.

Il était dur de croire qu'il y avait seulement quelques minutes, ils revenaient de leur bataille avec les ombres de Toa. Une grande victoire avait été gagnée, et il semblait que la paix allait enfin finir par régner sur Mata Nui. Mais ce fut alors qu'un Ta-Matoran arriva en trébuchant dans la clairière, épuisé, effrayé, et en état de choc. Le seul mot qu'il répétait, encore et encore :

« Bohrok. »

Maintenant, alors qu'ils s'approchaient du village du feu, Tahu sentait les premiers relents de peur. Qu'est-ce qui pouvait être arrivé durant la courte période où ils étaient sous la surface ? Makuta avait-il feint d'être vaincu et s'était échappé, tournant sa colère contre Ta-Koro ?

Les Toa s'arrêtèrent sur un surplombement au-dessus des plaines de lave... et virent une scène de cauchemar. Des hordes d'êtres insectoïdes grouillaient sur les champs. Certaines gelaient la lave en fusion sur leur chemin... d'autres utilisaient des ondes sismiques pour faire s'effondrer les flancs des montagnes.

« Que sont-ils ? » cria Gali. Voir les dommages faits à l'île lui était aussi douloureux que prendre un coup.

« Je ne sais pas », répondit Tahu. « Mais ils doivent être arrêtés ! »

Les Toa chargèrent... mais leurs nouveaux ennemis semblèrent ne pas les remarquer. Ce fut seulement lorsque Lewa bloqua le chemin de certains de ces Bohrok qu'ils répondirent. Leurs attaques de froid couvrirent de glace le corps du Toa de l'Air, le faisant s'écraser au sol. Seul un bouclier de chaleur invoqué hâtivement par Tahu sauva Lewa d'être entièrement gelé.

La lutte se passa mal. Pour chaque Bohrok que les Toa repoussaient, six semblaient prendre sa place. Contrairement aux Rahi, les Bohrok semblaient être des créatures intelligentes, organisées, et concentrées sur un but. Mais ce but était inconnu - il semblait que tout ce qu'ils accomplissaient était la destruction aveugle du paysage de Mata Nui.

Il fallut une puissante tempête créée par Lewa et Gali pour faire s'enfuir les Bohrok... mais aucun de ceux présents ne pensait que les essaims étaient partis pour longtemps. Dans les heures qui suivirent, des rapports affluèrent de toute l'île - les Bohrok étaient apparus partout d'un seul coup, et l'île avait fortement souffert de cela.

Ce fut Turaga Vakama, le chef de Ta-Koro, qui donna leurs premiers indices sur la nature des Bohrok aux Toa...

Vakama parlait lentement, comme si chaque mot qu'il disait était un couteau frappant son cœur.

« Nous pensions que les Bohrok étaient un mythe... une histoire que l'on raconte autour des feux de camps. 'Suit les lois du village, ou les Bohrok viendront te manger' » dit-il. « Maintenant nous savons qu'ils sont bien trop réels. »

« Mais que sont-ils ? D'autres Rahi ? Des serviteurs de Makuta ? » demanda Tahu.

« Non, mes amis. Les Bohrok ne font pas partie du mal de Makuta - ce sont une force de la nature, juste comme une innondation ou une tempête. Ils viennent, ils anéantissent tout ce que la nature a construit... puis ils partent. »

« Des monstres », murmura Gali, surveillant la dévastation des plaines de lave.

« Ne présumez pas les connaître par leurs actions », avertit Vakama. « Ne supposez jamais savoir ce qu'ils feront ensuite, ou où ils attaqueront, ou pourquoi. Les légendes disent que les Bohrok peuvent apparaître n'importe où, à n'importe quel moment, plus nombreux que les grains de sable sur la plage. »

Vakama ferma ses yeux et commença à réciter les histoires de mémoire. « Six essaims forment les Bohrok, et la peur est le don qu'ils apportent. Ils détruiront vos villages, feront s'effondrer en poussière les montagnes, et transformeront les rivières en terre desséchée. »

« Craignez les essaims de Bohrok. Les Lehvak, ceux dont les griffes envoient de l'acide qui peut dissoudre notre monde ; les Kohrak dont les attaques glacées peuvent geler nos feux ; les Tahnok dont la chaleur peut faire fondre ou carboniser nos collines ; les Pahrak, dont le pouvoir sur la pierre peut anéantir nos montagnes ; les Gahlok, dont les pouvoirs aqueux apportent les inondations ; et les Nuhvok, qui travaillent sous nos pieds pour faire s'effondrer toute Mata Nui. »

Onua fronça les sourcils. « Six essaims... se comptant en centaines de milliers, sans doute. Et seulement six d'entre nous pour nous opposer à eux. »

« Mais nous devons nous opposer à eux, pour que Mata Nui survive  », dit Tahu. « Vakama, il doit y avoir quelque chose de plus dans les légendes... un indice sur comment ils peuvent être vaincus. »

« La plus grande force des Bohrok est aussi leur plus grande faiblesse » répondit le Turaga. « À l'intérieur de chaque Bohrok se trouve une petite créature nommée un krana. Ce krana confère un grand pouvoir au Bohrok, et lui donne ses ordres. Enlevez le krana et le Bohrok errera comme s'il n'avait pas d'esprit. »

« Donc nous devons voler les krana de chaque Bohrok ? » dit Lewa. « Ça nous prendrait seulement... des années. »

« Pas tous », corrigea Vakama. « Vous devez rassembler huit krana de chaque essaim. Ils seront la clé de la défaite des Bohrok. »

Les yeux de Tahu se plantèrent dans ceux du Turaga. Il en sait plus qu'il ne le dit, pensa le Toa du feu. Pourquoi ? Pourquoi nous cache-t-il des secrets ?

« Et que devons-nous faire des krana une fois que nous les aurons, Turaga ? » dit tranquillement Tahu.

« Je ne peux pas en dire plus », répondit Vakama, retournant sa tête vers le village. « Vous connaîtrez les réponses lorsque le temps sera venu. »



Les Toa commencèrent alors une course contre le temps. Les Bohrok devenaient plus audacieux chaque jour, frappant sur toute l'île et disparaissant avec qu'une résistance ne puisse être mise en place. Les Matoran luttaient contre les envahisseurs, défendant leurs villages de leur mieux.

Dans le même temps, les Toa partirent capturer les krana. Sachant que la force physique serait inutile contre les essaims en supériorité numérique, ils furent forcés de s'en remettre à la ruse pour piéger l'ennemi...



Lewa, Gali, et Pohatu se tenaient en bordure du volcan Mangai. La chaleur était intense. Plus d'une fois, Lewa se retrouva à souhaiter une des brises rafraîchissante des canopées de Le-Koro. Puis il se rappela pourquoi il était là... et ce que les Bohrok avaient fait à son village... et il savait qu'il plongerait dans le cœur bouillant du volcan si seulement ça pouvait rétablir les choses.

« Tu es certain que ça va fonctionner ? » demanda-t-il au Toa de la pierre.

Pohatu hocha la tête. « Si ce n'est pas le cas, aucun d'entre nous n'aura à s'en soucier. Tahu et Kopaka sont en position... et Onua a surveillé l'évacuation de Ta-Koro au cas où... quelque chose se passe mal. »

Au loin, Lewa pouvait voir un nuage de poussière soulevé par les essaims qui s'approchaient. Les éclaireurs avaient rapporté que les Pahrak et les Lehvak étaient en chemin, prêts à lancer une seconde attaque sur les plaines de lave.

« Il est temps », dit Pohatu.

Lewa et Gali prirent place de chaque côté de la bouche du volcan. En regardant en bas, ils pouvaient voir le chaudron bouillonnant de lave à l'intérieur. Aucun ne dit un mot, craignant de briser la concentration de l'autre. Un seul faux pas... un peu trop de pouvoir ici ou là... et le Mangai exploserait, emportant Ta-Koro et une grande partie de l'île avec lui.

Sombrement, la Toa de l'eau et le Toa de l'air concentrèrent leurs pouvoirs par leurs outils et les envoyèrent se jeter dans le volcan. L'énergie de Gali rencontra celle de Lewa, et une tempête commença à grandir dans le pic. Les vents hurlaient et les éclairs brillaient là où il ne devrait pas y en avoir, et des vagues de magma s'écrasaient contre les flancs du cône volcanique. Alors même qu'ils nourrissaient la tempête, la renforçant, les deux Toa combattaient pour la garder compressée à l'intérieur de la montagne.

« Pohatu... c'est trop... » dit Lewa.

« Encore un moment, Lewa », répondit Pohatu. « Les Bohrok sont presque là. »

Pohatu changea son masque pour un Kanohi Akaku pour pouvoir prendre avantage de ses pouvoirs de vision. Oui, les deux essaims étaient proches maintenant... d'une seconde à l'autre...

« Maintenant ! » cria Pohatu.

Loin en-dessous, Tahu entendit le cri du Toa de la pierre. Il balança sa puissante hache de feu et fit une entaille dans le flanc du Mangai. La pression à l'intérieur du volcan fut finalement libérée, et la lave s'écoula de la plaie, se lançant dans les airs pour frapper les essaims qui approchaient.

La lave les étourdit, mais rien de plus. Leurs armures étaient conçues pour supporter bien pire. Mais même les Bohrok n'étaient pas prêts pour le soudain assaut de Kopaka, alors que son épée gelait la lave autour d'eux. Désespérément immobilisés par la glace, les Bohrok ne pouvaient rien faire pendant que le Toa de la glace enlevait leurs krana.

« Ça ne les retiendra pas longtemps », dit Kopaka. « Mais ça a fait l'affaire. Les krana sont à nous. »



« Maintenant, le véritable test commence », dit Tahu.

Tahu disait vrai, car la quête des Toa venait juste de commencer. Mais pendant qu'ils rassemblaient des krana, un découverte incroyable avait été faite par un Matoran nommé Nuparu : les Bohrok n'étaient pas des créatures vivantes, mais une forme de vie artificielle, des véhicules pour les krana.

En utilisant ce savoir, Nuparu mit en pièces des Bohrok vaincus et utilisa les pièces pour construire les Boxor, un véhicule de défense pour les Matoran. Les Boxor se révéleront vitaux alors que les Matoran luttaient pour protéger leurs villages.



Dans le même temps, les Toa suivirent la trace des éclaireurs des Bohrok, les Bohrok Va, jusqu'à un des nids. Dans une chambre sous le nid, ils trouvèrent de mystérieuses niches dans le sol ayant la même forme que les divers krana. En faisant correspondre les krana dans le sol, six grandes portes furent révélées.

Chaque Toa choisit une porte. Ces portes menaient à de longs tunnels sombres, et au bout de chaque tunnel se trouvait une puissante armure. Les Toa enfilèrent ces armures Exo-Toa juste à temps, car Cahdok et Gahdok, les reines des essaims, étaient finalement arrivées ! Possédant tous les pouvoirs des essaims Bohrok, les reines Bahrag étaient des ennemis formidables.



Les utilisèrent le pouvoir des armure pour repousser les deux monstrueuses créatures au centre de la pièce. Mais une fois là, ils découvrirent à leur grande horreur que Cahdok et Gahdok étaient devenues plus forte... et que la bataille était loin d'être gagnée.



Le crépitement de l'énergie électrique remplissait la chambre alors que les Toa libéraient la pleine puissance de leurs armures sur les jumelles Bahrag. Mais la seule réponse de Cahdok et Gahdok fut un terrible cri qui ressemblait étrangement à... un rire.

« Vous ne pouvez pas nous blesser », dirent-elles à l'unisson. « Mata Nui sera comme elle était avant le temps. »

« Notre pouvoir ne les ralentit même pas ! » cria Gali.

« Nous sommes une », répondit Cahdok. « Plus nous sommes proches de l'autre, plus grand est notre pouvoir. Vous fatiguerez... vous faiblirez... pendant que nous devenons plus fortes. »

« Les armures ne peuvent pas nous aider maintenant », dit Tahu. « Et elles annulent nos pouvoirs élémentaires naturels. Nous devons les enlever ! »

Les Toa enlevèrent rapidement leurs armures et encerclèrent leurs ennemis. Chacun savait que leurs pouvoirs individuels n'auraient pas plus d'effet sur les Bahrag que les Exo-Toa... mais si les Toa devaient tomber, ils tomberaient avec honneur.

« Vous êtes des obstacles. Vous serez supprimés », siffla Gahdok. « Alors les Bohrok seront libres d'achever leur mission. »

« Nous ne pouvons pas laisser cela arriver », dit Tahu. « Toa... nous devons frapper ensemble. »

« Mais, Tahu... le danger... » dit Gali. Jamais auparavant les Toa n'avaient osé combiner leurs pouvoirs élémentaires en un coup contre un ennemi... et aucun d'entre eux ne savait ce qui arriverait s'ils le tentaient.

« Tahu a raison », répondit Kopaka. « À moins que nous ne prenions ce risque, nous serons vaincus. Et la défaite est... inacceptable. »

« Alors on le fait - maintenant ! » cria Tahu. « Nous avons assez souffert de votre rire, Bahrag... vous allez cesser de rire ! »

L'eau, la glace, le feu, l'air, la terre, et la pierre se combinèrent. Les forces élémentaires fusionnèrent, changèrent, devinrent quelque chose de nouveau - de l'énergie pure qui pulsait comme quelque chose de vivant alors qu'elle se répandait dans la pièce. Avant même que les Bahrag ne puissent comprendre ce qui arrivait, elles furent emprisonnées derrière des barres faites de cette étrange substance.

« Idiots ! » cracha Cahdok. « En nous vainquant, vous ignorez ce que vous avez libéré ! Vous n'avez rien gagné ! Rien ! » Soudain, la pièce fut secouée par de violents tremblements. Le sol sous les pieds des Toa commença à céder, et les six héros se retrouvèrent à plonger dans des tubes qui semblaient s'étendre sur des kilomètres.

Les Toa plongèrent dans des sources d'énergie brute. Ils pouvaient la sentir, comme un millier d'aiguilles perçant leur armure, atteignant leur intérieur, les changeant, faisant d'eux plus ce qu'ils étaient...

Lorsque les héros de Mata Nui revinrent dans la pièce, ils n'étaient plus des Toa. Avec de nouvelles armures, de nouveaux outils, et de nouveaux Masques de Pouvoir, ils étaient désormais - les Toa Nuva !



Lorsque les Toa Nuva revinrent de la pièce où se trouvaient Cahdok et Gahdok, la crainte et l'incertitude se répandirent sur l'île. Qui étaient ces étranges géants en armures ? Étaient-ils vraiment les Toa qui avaient combattu et protégé les Matoran tout ce temps ? Leur puissance brute et leurs visages effrayants laissaient beaucoup d'incertitude...

Encore pire, ces Toa Nuva ne se comportaient pas comme les Matoran avaient commencé à s'attendre que leurs héros agissent. Ils se querellaient, se combattaient entre eux, et finalement leur unité fut brisée. Chaque Toa retourna à son village, convaincu de ne plus avoir besoin des autres.

C'était loin d'être le seul étrange événement à Mata Nui en cette période. Lorsque les Toa avaient vaincu Cahdok et Gahdok, d'étranges symboles étaient apparus dans chaque village. Ils étaient les symboles des nouveaux Toa Nuva, et les Matoran de chaque village en placèrent un sur leurs autels. Même si certains des Toa Nuva prenaient ces icônes pour de pures décorations et rien de plus, les Matoran étaient déterminés à les traiter avec respect et les garder des Rahi et des autres menaces.

Mais même les meilleures intentions sont parfois sans effet. Lors d'une nuit terrible, de puissants voleurs frappèrent dans chaque village. Avec facilité, ils incapacitèrent les gardes et volèrent les symboles des Toa Nuva. Les Matoran ignoraient quels en seraient les désastreuses conséquences...



Gali Nuva se tenait sur un rocher, observant le Lac Naho. Son esprit était troublé. Cela faisait seulement quelques jours depuis que les Toa avaient décidé de séparer l'équipe. Elle avait plaidé pour qu'ils changent d'avis, leur rappelant que leur destinée était de se battre ensemble. Qu'arriverait-il à Mata Nui si un nouveau danger émergeait, et les Toa n'étaient pas unis contre lui ?

Personne n'avait écouté. Tahu Nuva et Kopaka Nuva étaient tous deux fiers et bornés et la tension entre eux avait atteint un point de rupture. Et pour les autres... avec les Bohrok vaincus, et Makuta apparemment parti pour de bon, ils ne voyaient aucune raison de se supporter les uns les autres plus longtemps.

Le son des vagues s'écrasant contre la côte la tira abruptement de sa rêverie. Les eaux du lac s'agitaient, plus qu'elle ne l'avait jamais vu. Chaque vague successive était plus haute et plus puissante que la précédente. La Toa de l'eau savait qu'à ce rythme la marée menacerait bientôt Ga-koro lui-même.

Elle rassembla sa concentration et étendit son esprit pour calmer les vagues. Elle avait fait cela des douzaines de fois auparavant. Ça demandait une portion relativement petite de son pouvoir, mais un calme parfait de sa part - elle était si liée aux eaux de Mata Nui que même sa colère ou son ressentiment pouvaient les affecter sans qu'elle en ait conscience.

Son esprit toucha l'eau - et rien ne se passa. Ce n'était pas que les vagues lui résistaient, comme elles le faisaient lorsque Makuta avait pris le contrôle de la nature. Il semblait simplement qu'elles n'entendaient pas son appel.

Avec une pointe de peur grandissante, elle s'étendit aux étangs et aux rivières de l'île, même à la moiteur de l'air. Il n'y eut pas de réponse. Les eaux étaient devenues sourdes...

Ou je suis devenue muette, pensa-t-elle, sa crainte grandissant.



La surprise de Gali Nuva se répéta sur toutes l'île, alors que les Toa Nuva découvraient que leurs pouvoirs élémentaires les avaient quittés. En retournant à leurs villages, ils apprirent les vols, et se rendirent compte qu'il devait y avoir une connexion entre les symboles et leurs pouvoirs.

Les voleurs n'avaient pas cherché à couvrir leurs traces. Chaque Toa Nuva suivit la piste depuis son village respectif, et ils finirent par se retrouver sur une plage. Là, pour la première fois, ils firent face à leur nouvel ennemi.



Lewa Nuva regarda ses amis. Tous semblaient secoués jusqu'au cœur, même Tahu. Mais c'était au Toa de l'air d'exprimer ce que tous pensaient. « Donc nous avons une piste à suivre... mais sans nos pouvoirs élémentaires, que ferons-nous si nous trouvons les voleurs ? »

« Ce n'est pas 'si' nous les trouvons », aboya Tahu. « On les trouvera. On va récupérer nos pouvoirs. »

« Hum, Tahu », dit Pohatu, pointant vers la crête. « Je pense que ces choses là-haut pourraient avoir quelque chose à dire là-dessus. »

Les autres suivirent son regard et virent quelque chose qu'ils avaient pensé... espéré... ne jamais revoir. Six Bohrok se tenaient assemblés, crépitant légèrement d'énergie... et il ne fallut qu'un moment aux Toa Nuva pour voir que ce n'étaient pas des Bohrok qu'ils avaient combattu auparavant.

Les six êtres insectoïdes avancèrent, les parties métalliques de leur corps brillant sous le soleil. Sur leurs plaques de têtes se trouvaient des motifs serpentins. S'il y avait le moindre doute qu'il fasse partie des essaims originaux, ils furent dissipés lorsque l'un d'entre eux commença à parler.

« Nous sommes les Bohrok-Kal. Nous cherchons Cahdok et Gahdok, les reines des essaims. » Sa voix ressemblait à des milliers de cafards glissant sur le sol d'une caverne. « Dîtes-nous où vous les avez caché et éloignez-vous. Nous ne souhaitons pas blesser des ennemis impuissants. »

Lewa Nuva était beaucoup de choses - rapide, agile, aventureux, et courageux. Mais la patience et la pondération n'avaient jamais été des qualités qu'il avait eu en abondance. Voyant son symbole porté par un des Bohrok-Kal, il invoqua le pouvoir de son Masque de Vitesse et chargea.

« Impuissants ? Un Toa Nuva n'est jamais impuissant ! » cria-t-il.

Lewa n'atteignit jamais son but. D'un geste, Gahlok-Kal envoya des ondes de force magnétique qui clouèrent les pieds du Toa Nuva au sol.

Les autres Toa Nuva avancèrent pour attaquer, chacun à sa manière, et chacun fut contré par les Bohrok-Kal. Finalement, Tahu Nuva projeta un champ de force autour de lui et ses alliés pour avoir un moment pour penser.

« Votre recherche est vaine », dit le Toa du feu. « Les créatures que vous cherchez ont disparu de Mata Nui. »

« Tu mens ! » siffla un Bohrok-Kal. « Elles sont ici et nous les trouverons... les libérerons... et éveillerons à nouveau les essaims ! »

Deux rayons d'énergie de gravité furent lancés des griffes de Nuhvok-Kal. En moins d'un battement de cœur, Tahu Nuva sentit la poussée de la gravité doubler, tripler, quadrupler, jusqu'à ce qu'il soit écrasé au sol. Et lorsqu'il tomba, le bouclier fit de même...

La bataille, si on pouvait l'appeler de la sorte, fut courte. Une combinaison de force sonique, de pouvoir du vide, et de la foudre brute assomma les Toa Nuva sur le sable...

Les Toa Nuva avaient été vaincus, pour la première fois de leur histoire. Mais ils se relèveraient - croyant qu'ils n'étaient pas une menace, les Bohrok-Kal les avaient laissés en vie.

Dans les jours qui suivirent, les Toa Nuva tentèrent tous les stratagèmes auxquels ils pouvaient penser pour arrêter ou ralentir la quête des Bohrok-Kal. Tout échoua. Les éclaireurs Matoran rapportèrent que les essaims Bohrok étaient à nouveau en mouvement, retournant en masse à leurs nids en attendant un nouvel appel qui ne tarderait pas à venir.

Arrivant à cours de temps, les Toa Nuva pistèrent les Bohrok-Kal jusqu'à une pièce sous celle dans laquelle ils avaient vu pour la dernière fois Cahdok et Gahdok. Là, ils virent quelque chose qui calmerait le plus courageaux des œurs... les Bahrag étaient là, toujours emprisonnées par le protodermis, avec un cube brillant suspendu dans les airs devant elles. Leur cage était gardée par les six armures Exo-Toa, vides mais fonctionnant seules. Et en train d'affronter les armures gardiennes se trouvaient les Bohrok-Kal.

À nouveau, la lutte fut brève. Il ne fallut que quelques secondes aux Bohrok-Kal pour désactiver ou détruire les six Exo-Toa. Maintenant ils n'avaient qu'à faire correspondre les six symboles des Toa Nuva dans leurs niches sur le cube et les Bahrag seraient à nouveau libres.

Ce fut dans ce moment de grand danger que Tahu Nuva fit un choix désespéré. Invoquant un pouvoir qu'aucun des autres Toa Nuva ne savait qu'il avait, il fit appel au légendaire Vahi... le Masque du Temps.

« Le Vahi », chuchota Gali. « Oh Tahu, sais-tu ce que tu es en train de faire ? Tu nous as tous maudit ! »

« Nous n'avons pas le choix », répondit Tahu. « Je dois utiliser ce pouvoir... le maîtriser... ou tout est perdu. »

« Et si tu échoues, plus que Mata Nui sera perdue... l'intégralité de cette réalité pourrait tomber ! »

« Alors je n'échouerais pas » répondit Tahu, faisant appel à toute l'étendue de sa force pour plier le masque à sa volonté.

Lentement, le Vahi commença à répondre, envoyant des vagues temporelles vers les Bohrok-Kal. Alors que la chrono-énergie les frappait, le temps commença à ralentir... à se traîner... virtuellement jusqu'à s'arrêter autour de l'escadron d'élite des Bohrok. Les icônes étaient à quelques centimètres de leurs emplacements, gelées dans le temps et l'espace.

« Je ne peux pas... maintenir ça... beaucoup plus longtemps... » soupira Tahu. « Allez ! Récupérez nos symboles ! »

« Attendez ! Regardez ! » cria Onua. « Leur krana... changent ! »

Devant les yeux écarquillés des Toa Nuva, les krana-kal devinrent argentés. Un instant plus tard, ces créatures argentées avaient combiné leurs énergies pour former un puissant champ de force autour des Bohrok-Kal.

« Nous aurions dû nous y attendre », dit Kopaka Nuva. « Dans les derniers moments avant qu'ils accomplissent leur tâche, ils sont protégés de toute blessure. »

« Alors... nous avons perdu », dit Pohatu Nuva. « Rien ne survivra... nos villages, nos peuples... »

« Attendez un moment », dit Gali. « Attendez. Notre peuple... Notre peuple a identifié ces symboles à nous. Leur croyance à investi nos pouvoirs en eux... ainsi lorsqu'ils ont été volés, nos pouvoirs ont été également volés. »

« Ce n'est rien d'autre que de la pierre, et du métal, et de la glace... » dit Kopaka.

« Nous n'avons pas le temps de nous disputer », répondit Gali. « Nos peuples croient en nous... maintenant nous avons à croire en eux. Nous devons accepter qu'ils avaient raison - que nous sommes connectés à ces symboles - et nous devons utiliser cette connexion maintenant ! »

Par le passé, les Toa avaient partagé leurs formes physique lorsqu'ils avaient fusionné en kaita... partagé d'innombrables dangers... et la gloire de victoire après victoire. Maintenant ils affrontaient leur plus grand défi : unir leur volonté dans un dernier effort désespéré pour sauver leur foyer.

Alors qu'ils se concentraient sur leurs symboles, et le pouvoir enfermé à l'intérieur d'eux, les Toa Nuva commencèrent à briller comme des étoiles. Alors que leur volonté combinée perçait le champ de force des Bohrok-Kal, le temps recommença à s'écouler normalement à nouveau. Mais il était déjà trop tard pour les Kal.

Les symboles des Toa Nuva brillaient maintenant également, et leur puissance brute alimentait les Bohrok-Kal. « Le sentez-vous, frères ? » cria Gahlok-Kal. « Le pouvoir ! Cahdok et Gahdok n'ont pas besoin des essaims - nous pouvons faire tout ce qu'ils peuvent et même plus maintenant ! »

« Oui ! » dit Nuhvok-Kal. « Nous retournerons Mata Nui au temps d'avant ! Nous dirigerons aux côtés des Bahrag ! Nous allons... allons... » Nuhvok-Kal trébucha, tentant en vain de détacher le symbole de lui-même. « Non ! Nous avons été trompés ! Le pouvoir... trop de pouvoir... incontrôlable... »

Ce qui arriva par la suite se passa en quelques secondes, mais pour les Toa Nuva, cela semblait être une éternité. Le pouvoir des Bohrok-Kal, fusionné à celui des Toa Nuva, se révéla trop grand pour le maîtriser. Il devint incontrôlable, avec des effets dévastateurs :

Nuhvok-Kal, maître de la gravité, sentit sa propre gravité augmenter au-delà de tout ce qui est imaginable... jusqu'à ce que son armure s'effondre sur elle-même formant un micro trou noir dans l'espace...

Gahlok-Kal, qui contrôlait sans effort le magnétisme, se retrouva avec tous les débris métalliques proches - les armures Exo-Toa, les débris, même les rochers dans les murs avec des minerais métalliques en eux - volant vers lui à la vitesse de l'éclair. En un instant, il fut enfoui sous ceux-ci...

Le son de Kohrak-Kal était hors de son contrôle, mais c'était maintenant retournée contre lui, faisant s'effondrer sa forme en poussière. Seul son krana-kal argenté resta intact sur le sol...

Et ainsi de suite... Tahnok-Kal court-circuité par de l'électricité incontrôlable, Pahrak-Kal surchauffant et fondant à travers la surface, et les pouvoirs de vide de Lehvak-Kal l'envoyant s'écraser dans le plafond, plus haut, plus haut, loin de la mer...



Finalement, le danger avait pris fin. Les Bahrag restaient emprisonnées, pour ne jamais être libérée. Les Bohrok étaient de retour dans leurs nids, dormant pour ce que tous espéraient être une éternité. Les Toa Nuva, leurs pouvoirs restaurés, rassemblèrent leurs icônes et retournèrent à la surface.

Beaucoup avait été gagné, mais pas tout. Oui, Mata Nui était à nouveau sûr, mais les fossés entre les Toa Nuva n'étaient pas encore guéris. Ils avaient à nouveau travaillé ensemble, mais pas véritablement en équipe. Seul le temps dira s'ils s'uniront à nouveau...

Ils retournèrent à leurs villages, fatigué par la bataille mais confiant que le pire était passé.

Et loin sous le grand temple au centre de l'île, Makuta s'agitait... et commença à sourire.


Dernière édition par maxim21 le Lun 6 Oct 2014 - 9:22, édité 1 fois
Partager cet article sur :redditgoogle

Commentaires

Du7734
le Dim 5 Oct 2014 - 19:50Du7734
Dat trouvaille et dat chance que cet ancien designer est enfin partagé ça. Ça me fait tilté que des choses de ce style qui ont été créé mais jamais commercialisé doivent exister, et pas qu'un peu, et de manière diversifiée : perspective qui me fait convulser.
Vu que ça semble être des scènes préliminaires, ça reste canon compliant, j'imagine.

Je le lirais le tout plus tard, par contre ^^
maxim21
le Dim 5 Oct 2014 - 19:55maxim21
@Du7734 a écrit:Même si ce n'est pas canon, ça reste canon compliant ?
Pas tout. La façon dont sont vaincus les Manas, gros nope. La hache de Tahu, gros « c'est tellement gros qu'ils ont dû se planter ». Quelques points assez serrés mais faisable du point de vue de la chronologie. Mais globalement, oui.
Du7734
le Lun 6 Oct 2014 - 8:08Du7734
Fini. Et bien, les premières années ? Un ton enfantin = P ?

Le duel entre Lewa et le Muaka est surement la scène préliminaire de la grotte sous-marine où Lewa récupère son Kakama, vu le Nui-Rama qui attaque par derrière et tout...
Mais bon, j'aime à imaginer que ce sont deux scènes distinctes. Un duel entre Lewa et un Muaka, c'est cool ^^
Nope pour la cause de rupture des Kaita, aussi.
OmegaJizz pour les Ombres de Toa, chaque Toa est parfaitement dans son rôle. C'est amusant que ce soit la version de GregF et non Cathy (je préfère celle de Greg, plus badass, symbolique, toussa toussa) et surtout cool : je crois bien que c'est la seule fois qu'elle a été narrée, vu que cette issue a été confirmé dans un Guide de l'Histoire comme étant LA scène canon.
La scène avec le Volcan Mangai, les Toa, et les essaims de Lehvak et de Pahrak est une exclu' jamais vu dans aucun média, nan ? (D'ailleurs, je crois que c'est Pohatu et non Tahu qui dise le Maintenant ! pour justement dire à Tahu de découper le volcan (lel)).

Sinon pour le reste, c'est du connu, mais très plaisant à lire pour les personnages, leurs caractères et leurs capacités, ouaip.

Dernière édition par Du7734 le Sam 2 Avr 2016 - 15:10, édité 2 fois
maxim21
le Lun 6 Oct 2014 - 9:23maxim21
@Du7734 a écrit:Fini. Et bien, les premières années ? Un ton enfantin = P ?
Tu prends un livre sur n'importe quelle gamme LEGO, il aura un ton neutre... Pas spécifique à BIONICLE.

@Du7734 a écrit:La scène avec le Volcan Mangai, les Toa, et les essaims de Lehvak et de Pahrak est une exclu' jamais vu dans aucun média, nan ? (D'ailleurs, je crois que c'est Pohatu et non Tahu qui dise le Maintenant ! pour justement dire à Tahu de découper le volcan (lel)).
Tu vois, je pense que c'est une version préliminaire de l'embuscade au Canyon Tiro qui a été fortement retravaillée. (Pour ne pas réutiliser des pouvoirs de tempête déjà utilisés, pour ne pas avoir Lewa vu qu'il est sauvé assez tardivement...)
(Et ouaip pour Pohatu, corrigé)
Du7734
le Lun 6 Oct 2014 - 19:22Du7734
Je rebondissais sur ça surtout par rapport à la scène des Ombres de Toa, qui pour le coup, dépasse tout de même le ton neutre qui est présent tout au long du reste du bouquin, j'trouve. C'est quand même un chouïa plus d4rk (et monstrueusement bien recherché par rapport au caractère des Toa, je trouve), quoi.

Ah, pas bête. D'ailleurs, c'est vrai que la présence de Lewa m'a au début fait un peu tilter, croyant qu'il devrait être sous le contrôle de son Krana. Mais les Toa ont continué la collecte de Krana, même après le retour de Lewa, donc chronologiquement, ça pourrait coller.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum