AccueilS'enregistrerÉvènementsCalendrierPublicationsRechercherAccueilGalerieFAQConnexion

Partagez | 
 

 [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Dim 20 Nov - 11:00

Chapitre 31

Sarkan se leva et chargea. Les onu-matorans furent surpris. Il voulut abattre son gigantesque point d’acier dans le groupe mais un mur de terre sorti immédiatement du sol. La créature au corps serpentin et au quatre bras siffla. Il planta ses deux bras munis de lame dans la terre. Celle-ci se mit à trembler. Les hommes de Sarkan furent engloutis. Les onu-matorans se mirent à fuir. Sarkan voulut s’élancer à leur poursuite mais un autre mur le bloqua. Il se tourna vers Ouros et dit :
-Toi, tu commences sérieusement à me gonfler.
Sin canon pointa Le bête au corps de serpent. Un raton bleu jaillit de la gueule du canon. Ouros l’esquiva. Il planta une de ses lames dans le mur et un énorme point de terre sortit de ce mur pour frapper Sarkan. Celui-ci para l’attaque. Il brisa le point de terre de son propre poing et il dit :
-Je sais comment marche ta technique, tu ne m’auras plus. D’un bond, Il rejoignit Ouros et frappa.

Alors qu’Enian filait vers Ta-nera, il sentit une présence derrière lui. Il se retourna et vit L’ex-toa ayant une main pourvue de longues griffes oranges. Il esquiva une boule noire et contre attaqua avec un oiseau de feu. L’autre détruisit la petit bête à coup de sa mitrailleuse. L’élémentaire de feu esquiva une autre boule noire en virant à gauche. Il donna une impulsion vers l’arrière et propulsant du feu avec ses mains. Son pied atteignit Medghath au niveau du torse. Enian suivit la chute de l’ancien toa et vit une armée. Un immense armée. Il oublia son combat et fonça. Il devait avertir les autres.

La tempête devenait de plus en plus violente. C’était mauvais signe. Ral n’avait jamais utiliser son pouvoir sous la pluie. Il ne savait pas s’il serait capable de la contrôler. Shaza, à côté de lui, sourit. Elle dit :
-Quelle magnifique temps pour un combat.
Elle maniait les éclairs. Cette pluie torrentielle lui était bénéfique.
Ral soupira. C’était probablement le combat final. Il avait peur de ne pas être à la hauteur. Il ne devait pas le montrer, car il était l’espoir de tous. Il se battrait vaillamment. Il se redressa et prit une grande bouffait d’air alors qu’Enian arrivait. Il atterrit comme il le put et dit :
-Une immense armée se dirige vers nous. Ils sont au moins quatre fois plus nombreux. Il faut avertir les autres.
-Avertissait les autres, je vais aller voir la forge, dit Ral.
Il se mit à courir, L’on entendait que le bruits de ses pas sur le pavé. Un rythme claquant et rapide. Il connaissait tellement bien cette ville maintenant. Il repensa à ce qu’il était devenu. Lui, qui n’avait été qu’un simple ko-matoran, s’amusant à étudier les étoiles. Il était devenu une sorte de héros combattent le mal. Il n’avait jamais penser qu’il deviendrait cela. Il en avait toujours rêvé mais maintenant, tous ce qu’il voulait, c’était redevenir ce petit ko-matoran comptant sur les autres. Il arrivant devant la forge. Les matorans construisaient les fusils à un rythme effréné.
-Plus vite, il seront là dans moins d’une heure.
Les matorans furent effrayés à cette annonce mais redoublèrent d’effort. Il fallait plus d’armes. Même si tous ne seraient pas en traîner à tirer, il fallait qu’ils aient tous une arme.
Il repartit en sens inverse jusqu’au poste d’observation. Il avait peur. La peur lui nouait le ventre il avait du mal à respirer. Là haut, il observa longuement le ciel. Ce ciel plein de nuages. Il sourit, bientôt son calvaire prendrait fin, quoi qu’il arrive. Un éclair zébra le ciel. Il revit l’image du toa de la terre qui lui avait donné son pouvoir. Une voix retentit dans sa tête. Une voix qu’il connaissait bien.
Détruis ce mal et protège les habitants de cette île. Tu dois le faire, seul toi peut le faire.
C’était les dernière parole du toa de la terre. Il sourit. Tout allait bien se passer, il allait tous les sauver. Il allait vaincre pour eux. Il saisit sa lance blanche et dit :
-J’ai bien fait de t’emmener avec moi ce jour là. Je n’aurais jamais put y arriver sans toi.
Il savait qu’il avait l’air idiot à parler à un objet mais il oubliait sa peur à travers cette lance. Lorsqu’il était matoran, jamais il ne s’était servit de cette arme. Elle l’avait pourtant toujours rassuré. Aujourd’hui, une seule chose avait changé. Il s’en servait. Un éclair zébra de nouveau le ciel. Il était confiant. Il savait qu’ils pouvaient gagner, rien n’était encore perdu.




Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Sam 26 Nov - 14:25

Chapitre 32

Ils étaient arrivés. Ils en avaient eu pour longtemps mais ils se tenaient devant Ta-nera. Yarhu leva le bras et ordonna :
-A l’attaque est pas de quartiers. Alors que la horde se déversait vers la ville-forteresse, de grandes plantes carnivores sortirent de terre. Elles avaient faim. Elle se jetèrent avec avidité sur les créatures qui fonçaient vers elles. Une pluie de balles accueillit les monstres volant. Ils furent surpris. Ils ne savaient pas que les matorans étaient capables de ça. Ils avaient toujours besoin d’autres personnes pour les protéger. Alors qu’eux, ils avaient des leaders, des gens encore plus puissants. Ils savaient se battre. Des corps tombaient du ciel, d’autres marchaient et l’instant d’après, ils gisaient à terre. Aucun n’avait encore atteint les remparts. Mais ils n’allaient pas tarder. Ils avançaient, telle une énorme vague noire que rien ne pouvait arrêter. Il y eu soudain une dizaine de rugissement sourds. Des masses d’ennemis volèrent. Les canons étaient enfin, arrivés. La première ligne de défense reculait prudemment. Les ennemis gagnaient du terrain petit à petit. Il semblait qu’ils ne s’arrêterait jamais. Alors qu’ils arrivaient à la porte et qu’ils fonçaient pour la défoncer, Ral le gela. Les soldats heurtèrent cette porte. Un être volant, noir, orange et argenté se posa devant la porte. Il tendit sa main avec de longues griffes. Un boule noire s’en échappa. La porte s’ouvrit violemment, laissant se déverser un flot de créatures assoiffées de sangs. La ligne de défenses matorans étaient constituée d’une rangé de fier matorans, les plus forts. Ils avaient de gros boucliers d’aciers. La deuxième était constitué de tireurs. C’était comme cela, une ligne sur deux. La première rangée ennemie s’écroula. Alors qu’ils allaient enfin porter les premiers coups, une vague de feu les submergea. Un être de glace la dissipa. Kelle regarda Enian qui se posa. L’élémental de glace fonça sur Enian qui fit apparaître une épée de feu qui trancha l’air. Kell transforma son poing en un énorme marteau et frappa. L’être de feu traversa une maison. Kell l’y rejoignit, il ne voulait pas être gêné. Enian était toujours surpris par le talent de Kell, qui était le plus fort des élémentaires. Il aurait tant aimé avoir été contrôlé à la place de Kell. Au moins, ils auraient eu une chance supplémentaire de gagner. Son regard flamboya. Il ne devait pas avoir peur de son ancienne défaite. Il devait apprendre de ses erreurs. L’autre fit apparaître une fine lame de glace. Ses yeux jaunes fixaient son adversaire. Il ne disait rien. Rien que par la puissance de son pouvoir, il fit geler la salle. Eznian se propulsa avec le feu. Une attaque rapide, sans aucune hésitation. Une attaque qui aurait dut être décisive. Kell se baissa et frappa Enian du poing en plein thorax. Enian était surpris. Normalement Kell aurait dut utiliser la lame. Mais il ne l’avait pas fait. Peut être essayait-il de lutter contre le sortilège. Enian se releva. Il devait faire plus attention. Ils était dans un espace clos, cela limitait le mouvement. L’élemental de glace se fendit, la pointe de la lame en avant. Juste grâce à ses reflexe, Enian évita le mortel assaut. Il enchaîna avec un coup vertical qui fut arrêté par un boulier de glace. Il entendit un sifflement et se décala sur le côté. Il vit une flèche de glace, plantée devant lui. Il retourna et vit une arbalète de glace, accroché au mur. Quand avait –il fait cela ? Il regarda de nouveau son adversaire pour le voir attaquer. Il se décala sur le côté mais il était trop tard. La lame mordit son feu au niveau de l’épaule, laissant de grosses gelure. Cela lui faisait mal mais il n’avait pas encore fini. Ce combat ne faisait que commencer.

Shaza électrocuta encore une de ses créatures. Ses éclairs fusèrent. Elle vit Medghath et hésita. Elle ne put se résoudre à lui tirer dessus. Ses griffes tranchaient. Elle se déplaçaient à grande vitesse ; elle électrocuté légèrement ses muscle, leur permettant de donner leur maximum. Elle traversait la foule facilement, paraissant intouchable.

Tohrak se servait seulement de son épée, tranchant continuellement. Une ombre lui sauta dessus. Il se retourna et frappa, tranchant un des clones explosifs de Yarhu. Il fit un bond pour éviter l’explosion. Il se releva chancelant. Il avait du mal à entendre et était déséquilibrer. Seul un bruit aigu résonnait dans ses oreilles. C’est alors qu’il vit une lame. Par reflexe, il tira et explosa la tête du clone qui avait faillit le transpercer. Il remit une balle dans son arme alors que trois clones l’entouraient. Le bruit cessa d’un coup. Il fléchit les jambes et s’élança, l’épée en avant. Il transperça son assaillant et le jeta sur le deuxième. Le troisième perdit sa tête en un coup. Il entendait quelqu’un qui applaudissait. Son regard tomba sur un être dont la tête était entièrement emmitouflé dans une capuche. Seul un œil luisait.*-Il semblerait que je doive tu tuer moi-même. Ce la faisait longtemps que je ne m’étais pas servi de ma propre arme. Il dégaina une lame d’ébène. Magnifique, avec des gravures noir qui ressortaient un peu. Il se plaça devant Tohrak. Le toa de pierre se mit en garde. Il se fendit et détendit son bras d’un coup. Yahru para l’attaque et dit :
-J’ai une le loisir de voir comment tu te bats, tu ne m’auras pas.
Tohrak recula et attaqua de nouveau, en feignant de viser la tête. Alors qu’à la tpute fin sous attaque se dirigeait vers le cœur, le chasseur de prime para.
-Je te connais mieux que tu ne crois…
La lame noire fendit l’air. Le toa recula Yahru fut étrangement propulser, comme s’il avait prit appui sur un mur. Le toa de pierre fit sortir une pierre du sol. Il appuya son pied dessus. Cela le fit changer de direction. La lame noire le coupa légèrement au niveau du bras.
-Je ne m’étais pas servi de mon pouvoir élémentaire depuis bien longtemps.
L’autre pesta. Il ne l’avait jamais vu utiliser son pouvoir. Il avait toujours pensé qu’il était un toa avec un faible niveau de pouvoir élémentaire. Cela fit sourire Yahru. Il avait rencontrer un valeureux adversaire. Son œil brilla avec insistance alors que de la fumée s’échappait de son arme. Il fit un pas en avant et para la lame. Un rocher sorti du sol pour l’embroche. Il créa un clone qui lui fit la courte échelle. Yahru sauta alors que son clone explosait. Le souffle lui donna une impulsion inattendue. Sa lame coupa le toa à la jambe. Il enchaînèrent quelques passes d’armes. Tohrak avait trois nouvelles blessures. Il saignait peu mais trois fois il n’avait pas réussi à contrer son ennemi, même en utilisant ses pouvoirs élémentaires.

Il était seul sous la pluie. Il n’y avait plus que lui. Sarkan regardait le paysage. Il devait maintenant aller en ville pour finir le travail, pour aider les autres. Son poing réclamait su sang, il réclamait du sang. Il fallait qu’il tue et qu’il gagne cette bataille. Après et seulement après, il exterminerais son ancien peuple. Il se mit à courir. Il les tuerait tous. Il n’en resterait aucun. La mort, il n’y avait que la mort qui pouvait le sauver, il était en train de sombrer dans la folie, dans son côté animal. Il n’avait plus besoin de réfléchir, il lui fallait su sang. Il réclamait juste du sang. Tout était factice à part le combat pour la survie. Une leur de folie se lisait dans son regard. Il faisait peur. Il était devenu un véritable monstre. Un monstre qui ne vit que pour tuer.

Ra dirigeait les opérations. C’est alors qu’il vit Medghath. L’ancien toa qui avait faillit le tuer et qui lui avait fait perdre un œil. Son sang ne fit qu’un tour. Il lui fonça dessus dans un hurlement de rage. Medghath se retourna et vit Ral. Il lui tira dessus. Les balles ne touchèrent qu’une épaisse couche de glace. L’ancien toa fut touché de plein fouet. Il roula et profitant de la vitesse, se releva. Ral était déjà en garde, serrant sa lance aussi fort qu’il le pouvait. Medghath avait un sourire narquois. Il l’avait déjà vaincu et rapidement, son adversaire ne connaissait pas ses techniques. Il battit des ailes, envoyant une bourrasque sur Ral. Celui-ci se jeta sur le côté, évitant de justesse les lames de vents. L’ex toa pesta. Ral envoya des pieux de glaces. Medghath les disloqua avec une extrême facilité. Medghath se tenait à quelques centimètres du sol. Il fonça sur le protecteur. Il était pleine vitesse, soit 42 kilomètres à l’heure. Il voulait en finir vite. En une attaque. Sa main griffues se chargea en énergie noire. Il n’avait pas réussi à le tuer la première fois. C’était à ,cause de ça si les plans ne marchaient pas. Il avait tout compromis. Ral restait sur place. Il n’avait pas peur. Il n’y avait aucune émotion dans es yeux. Il restait droit, sa lance devant lui, parallèle à son corps. Il la tenait à deux mains. Il était parfaitement calme. Il voyait Medghath qui arrivait telle une comète. De la glace recouvrit l’arme de Ral. Elle grandit de quelques centimètres. Juste au moment de l’impact, sa lame mesurait une vingtaine de centimètres de plus. Ils frappèrent, tous les deux en même temps. Du sang coula et un chapeau blanc tomba lentement sur le sol, comme porté par le vent. Il y eu un bruit de tonnerre et un éclair zébra le ciel.

Tout le monde essayait de s’en sortir. Les cadavres parsemaient les rues, autant que les combattants. Il y avait des bruits de feux partout. C’était un véritable enfer. Scyllia frappaient tous ceux qui avaient assez de cran pour l’approcher. Son fouet épineux traversait les corps dans aucun problèmes. Tan-nera ressemblait plus à des ruines qu’à une ville. Les combats se continuaient dans les bâtiments. Les portes étaient défoncées. Night apparue alors dans le champ de vision de Scyllia. Elle se léchait les babines. Elle avaient ses deux dagues à la mains. Une énergie violette entoura les lames. Elle se ramassa sur elle-même et comme un seul homme, tous les muscles de son corps de détendirent. Elle était une tueuse chevronné. Le combat ne lui faisait pas peur. Rien ne lui faisait peur. Elle n’était qu’une machiniez à tuer. Enfin, plus maintenant. A cause de lui, elle ne voulait plus tuer. Elle chassa cette pensé et se concentra sur son adversaire. Elle se baissa de quelques millimètres et le fouet claqua juste au dessus de son épaule droite. La seconde d’après, elle sauta pour éviter que le fouet ne lui fauche les pieds. Un plante carnivore géante surgit du sol et la goba. L’arrière de la plante explosa, laissant apparaitre Night, couverte de fluides gastriques. Elle avait l’air en colère. L’élémental de plante prit un peu de distance. Son fouet se détendit mais Night l’attrapa à mains nues. Elle avait son sourire carnassier. Elle tira d’un coup sec, se propulsant vers Scyllia. Son genoux s’enfonça dans l’abdomen de la femme plante, qui se plia en deux sous l’effet de la douleur. Son, talon percuta le dos de Scyllia. Elle tomba à terre. Ses doigts s’enfoncèrent dans le terre. Les plantes se mirent à pousser. Il y en avait une dizaine et elles avaient l’air affamées. Night éclata de rire. Ses lames se mirent à trancher, égorger, dépecer. En moins d’une minutes, toutes les plantes étaient terre. Une boule d’énergie se forma dans sa main gauche. Elle la lança. Elle toucha Scyllia au niveau du coude. Un partie du bras tomba à terre. Night s’approcha lentement. Son adversaire allait souffrir. Elle ferait en sorte qu’elle ne meurent pas tout de suite.

Il regardait ses troupes, qui combattaient. Il ne s’était pas attendu à une telle résistance de la part des matorans. Cela lui avait coûté cher. Mais petit à petit, il prenait l’avantage. De plus ses généraux étaient en train de gagner. Il n’avait aucun soucis à se faire. Il gagnerait et le maître serait enfin libre. Il sourit, pendant une demi seconde.




Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Du7734

avatar

Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS
Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS

Masculin Age : 21
Messages : 7527
Inscrit le : 06/06/2010
Pays : ChomeurLand

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Dim 27 Nov - 8:04

Très bon chapitre, j'attends la suite.



« Je vous condamne à votre sort – une vie dans l'univers que vous et vos semblables avez faits. »
— Tren Krom, Fédération de la Crainte —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/f119-le-blog-de-du7734 http://www.brickshelf.com/cgi-bin/gallery.cgi?m=Geek7734
BIONICLE

avatar

Membre d'Élite
Membre d'Élite

Masculin Age : 17
Messages : 1221
Inscrit le : 13/06/2011
Pays : france

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Dim 27 Nov - 9:01

J'suis impressionné par le nombre de chapitre et par leur taille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Dim 27 Nov - 11:34

Tu as lu la fic' ? Si non, tu devrais ^^

Merci Geek, mais on se rapproche de la fin, je ne pouvais pas faire durer éternellement.




Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Dim 27 Nov - 16:50

désoler du dp mais il fallait bien que je montre qu'un nouveau chapitre a été fait:
Chapitre 33

Il pleuvait comme jamais. Aucun camp ne prenait le dessus sur l’autre. Tout ce jouait ici, dans un bain de sang. Pour compenser leur manque de force, les matorans avaient placés des pièges partout. Ils étaient déterminés à survivre. Cinq des six peuples matorans se battaient ensembles. Il n’y avait aucune peur, juste une détermination inébranlable.
La sixième division de matorans menaient un assaut sur le flanc. La première ligne avait chargé avec leur bouclier devant eux alors que derrière, la seconde ligne tirait aussi vite qu’elle le pouvait. Le capitaine était dans la première ligne. Il se battait avec une épée dans une main et un pistolet dans l’autre. Il hurlait alors qu’il abattait son épée sur les ennemis. Il ne conaissait plus la peur. Il était un Ta-matoran. Il était flamboyant. Il s’appelait Udir. Il se baissa et son épée s’enfonça dans le mollet de son assaillant qui poussa un cri de douleur. Il tira deux fois dans la tête du monstre qui hurlait. Ils commençaient à se faire repousser. Les monstres arrivaient vers le tireur. Udir eu alors une idée de génie.
-Première ligne, reculez ! Formation cercle autour de la seconde !
Il ne réfléchirent pas et s’exécutèrent. Ils se retrouvèrent vite encerclés mais ils tenaient bon. Si par malheur un des première lignes mourrait, le cercle se refermait un peu plus. Et si le cercle ne pouvait plus se refermer, un de secondes lignes lâchait son fusil et prenait le bouclier du défunt. Ils tenaient mais ils ne tiendraient pas éternellement.

Tohrak vit qu’il était en mauvaise posture, son adversaire é »tait plus fort. Cinq clones lui foncèrent dessus. Il se vit mourir. Il n’avait pas un pouvoir élémentaire très puissant mais il avait une technique qu’il pouvait considérer comme sa meilleur. Des roches ce mirent à sortirent du sol. Il y en avait une vingtaine. Elles avaient à peu près un rayon de deux poings mais côte à côte. Il en envoya 5. Les clones explosèrent. Les pierres revinrent, un peu plus petit à cause de l’explosion. Elles formèrent un cercle autour de lui. Yahru rigola. Il allait devoir y aller avec un peu plus de puissance. Son épée se mit à flamber. Des flammes noires parcouraient la lame. Il fit apparaitre un clone qui le propulsa vers Tohrak. Celui-ci S’y attendait et frappa. Au dernier moment, le chasseur fit apparaitre un autre clone qui dévia sa direction. Le toa frappa le clone. Sa tête se mit à s’illuminer. Il explosa. De la fumée empêchait de voit le résultat. Une ombre apparut. Torhak avait placé ses pierre comme un mur. Yahru attaqua par derrière. Sa lame flamboyante fendit l’air. Les muscles de la jambe du toa se détendirent instantanément. Son pied percuta le thorax du chasseur de prime qui s’écroula plus loin. Les pierres se dirigèrent toutes vers le chasseur de primes qui était à terre. La collision des pierres avec le sol dégagea beaucoup de fumée. Alors que le pierres revenaient, la fumée se dissipa. Il vit le corps du chasseur de primes, écrasé à plusieurs endroits. Il se retourna et entendit une explosion. Il compris alors qu’il avait fait une énorme erreur. Il se tourna de nouveau et vit la lame noire qui fonçait vers lui. Il mit un de ses roches devant lui. La lame bloqua une demi seconde avant de trancher la pierre en deux. Il se recula autant qu’il put mais la lame lui laissa une longue entaille brulante sur le torse. Un deuxième coup arrivait. Le toa de pierre utilisa toutes ses pierres pour faire un mur. La lema fut bloquée mais de son autre main, Yahru sorti un pistolet. Il tira, deux fois. Tohrak prit les deux balles dans la cuisse droite. Il tomba au sol. Ses pierres aussi. Il n’avait plus de pouvoir. Yahru s’approcha. Il dit :
-Tu m’auras donné du fil à retordre.
-Toi aussi, répondit Tohrak.
Il fut surpris. Le masque du toa s’illumina. Il brillait comme jamais. Il murmura :
-Que le pouvoir enchaîné soit à nouveaux libéré.
Il pointa la paume de sa main sur Tohrak et disparut. Il était derrière lui. L’autre se retourna et para au dernier moment. Le toa était déjà sur le flanc gauche. Yahru n’arrivait pas à suivre sa vitesse. Petit à petit, ses entailles se multiplièrent. Il parait comme il le pouvait et hop, une entaille à l’épaule gauche, à la jambe droite, au niveau des côtes. Alors que la lame allait s’enfoncer dans sa gorge, Tohrak s’écroula, il n’en pouvait plus.
-Avant que je ne te tue, quel est ton pouvoir ? Ce n’est pas seulement la vitesse.
-Le ralentit…
-Quoi ?
-Je t’ai… ralentit.
Il n’en revenait pas qu’un tel pouvoir existe. Alors qu’il levait sa lame pour achever le toa de pierre, celui-ci dit :
-Tu as oublier ça.
Il n’eut pas le temps de lui demander quoi que la toa appuya sur la gâchette. La balle traversa le crâne de Yahru, le tuant sur le coup. Le toa rampa jusqu’à une maison et s’évanouit.

Ral saignait au niveau du haut du crâne. Medghath avait le bras légèrement entaillé. Les deux se retournèrent et frappèrent. La lame blanche rencontra les griffes oranges. Les coups s’enchaînaient à vitesse grand V. L’ancien toa était surpris par les progrès de son adversaires qui lui tenait maintenant tête. D’un battement d’ailes, il se recula et tira une rafale de balles qui fut stoppée par un mur de glace. Ral était conscient qu’il utilisait trop son pouvoir élémentaire. Il était en train de perdre ce combat. Son adversaire avait tellement plus d’expérience. Ral savait qu’il avait plus de puissance mais ça ne faisais pas tout. Il était caché derrière son mur de glace. Il entendit une rafale de vent et se baissa, esquiva ainsi les lames de vent qui avaient coupé son mur. Il roula sur le côté, évitant ainsi la boule noire qui aurait dut le tuer. Le toa de fer pesta. Ral se releva. Il sauta sur le mur, créa un petit appui de glace et sauta de nouveau. Il frappa. Medghath para l’attaque in extremis et se retrouva au sol. Ral tomba devant lui, la pointe de sa lance vers le bas. Meghath se recula. L’ancien ko-matoran fut obligé de créer un tremplin de glace mais tourné dans l’autre sens. Il tomba alors sur la pente et la vitesse le projeta sur son ennemi.
Il est complètement taré.
Medghath n’avait pas tord. Il tira. Une couche de glace recouvrit l’avant de Ral. Il percuta son ennemi comme une balle. La glace se brisa et ils roulèrent tous les deux. Les griffes oranges se plantèrent à quelques centimètres du cou de Ral. Il avait perdu sa lance. Il donna un coup de poing à Medghath. Il le toucha à l’épaule. Les griffes sur le dos de sa mains percèrent l’armure aisément. Il se releva et chercha sa lance des yeux. Lorsqu’il la vit, Il courut vers son arme. Medghath était enragé. Il avait été blessé le premier alors qu’il était le plus fort. Ral saisit sa lance et se retourna vers son adversaire dont le kanohi s’illuminait. Les yeux de Medghath devinrent rouges. Ses muscles se mirent à grossir. Il gagna une vingtaine de centimètres. Ses ailes rapetissèrent un peu. Elles ne pouvaient plus supporter son poids. Ses griffes paraissaient plus tranchantes. Tal regarda son adversaire avec stupeur. Celui-ci parcourut la distance qui les séparait en quelques secondes. Son poing rencontra la lance. Ral décolla et traversa un mur. Il se releva tant bien que mal. Medghath était déjà là. Il lança son poing. Ral se baissa. Le deuxième mur de la maison s’écroula. Ral se dépêcha de sortir tandis que le bâtiment s’écroulait. Il regarda les décombre. Medghath était dessous. Il lâcha un soupir de soulagement. Il entendit du bruit et vit une mains griffues qui envoyait voler les décombres. Rapidement, Medghath se dégagea. Il chercha son adversaire et lorsqu’il le vit, il hurla de rage et de colère. Son poing s’entoura de ténèbres. Il fonça vers Ral. L’ex ko-matoran gela le sol et le monstre glissa. Il fracassa la glace de son poing. L’onde choc réduisit tout la glace en morceau. Ral savait qu’il était dans une très mauvaise posture. Un véritable vague d’ombre fut projetée vers lui. Soudain, le sang froid de Ral revint. Utilisant son propre pouvoir élémentaire, il frappa au milieu de la vague, la coupant en deux. Il vit alors que Medghath était juste devant lui. Il remarqua que le monstre frappait lentement mais avec force. L’être maniant la glace évita un crochet du droit, plongea sous la garde de son adversaire et frappa. La cuisse droite du monstre ruisselait de sang. La main de Ral tremblait, il avait la peau dure. Il g=chargea de nouveau. Ral esquiva l’attaque et au moment ou il allait le toucher au niveau du cou, Medghath redevint normal. Une grande décharge d’ombre fonça vers Ral. Aussi près, il ne pouvait pas l’éviter. Il fut projeter. A terre et entendit Meghath qui hurlait de douleur. Ral ne sentait aucune douleur due à l’attaque. Il se releva et vit Shaza, allongée à terre. Son armure était complètement déchirée. Elle souriait. Le corps de Medghath était parcourut d’éclairs. Il ne pouvait plus bouger. Ral fonça et frappa. Sa lame mordit au niveau de l’épaule. Elle descendit jusqu’au bas du Thorax. Medghath tomba pour ne pas se relever. Ral s’agenouilla près de Shaza. Une larme coula sur le jeu de la toa.
-Ral…Je….
-Tais toi, je vais chercher les secours, ne bouge pas.
Il voulut partir mais elle lui agrippa la main.
-S’il te plait… Je voulais te dire…
Il se dégagea facilement et dit une nouvelle fois :
-Ne parle pas, on va te soigner, tu vas t’en sortir.
Quelqu’un dit :
-Je ne crois pas, car je vais tous vous tuer.
C’était l’étrange être à l’énorme épée.
Il enleva sa cape. Il portait une armure Banche avec des incrustation d’orange transparent. Il avait un sourire sadique. Il prit son épée et s’élança.




Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BIONICLE

avatar

Membre d'Élite
Membre d'Élite

Masculin Age : 17
Messages : 1221
Inscrit le : 13/06/2011
Pays : france

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Lun 28 Nov - 12:31

Oua.De mieux en mieux et surtout de plus en plus long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Du7734

avatar

Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS
Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS

Masculin Age : 21
Messages : 7527
Inscrit le : 06/06/2010
Pays : ChomeurLand

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Lun 28 Nov - 18:41

Ca sent la fin tout ça, mais dans ces genres de combats, je trouve que tu devrais ralentir l'action et décrire plus, ça denerait un bonne effet, je pense.
Et je trouve aussi a description du peso voilé assez brêve.



« Je vous condamne à votre sort – une vie dans l'univers que vous et vos semblables avez faits. »
— Tren Krom, Fédération de la Crainte —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/f119-le-blog-de-du7734 http://www.brickshelf.com/cgi-bin/gallery.cgi?m=Geek7734
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Lun 28 Nov - 19:33

C'est normal pour la description, il y a du suspens. on ne sait pas encore à quoi il ressemble vraiment.
Pour le ralentit, je vois pas ^^




Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Mer 30 Nov - 16:52

Voilà un nouveau chapitre ! bonne lecture !

Chapitre 34

Ral le vit, cet être portant une armure blanche avec de larges épaulettes. Il avait une sorte de masque sur le visage. Il était blanc et paraissait avoir à moitié fondu pour se coller sur le visage de cet être. Ses jambes étaient plutôt larges. Il paraissait fort et agile, ainsi qu’intelligent. Des raies de couleurs orange transparent parcouraient son corps et pulsaient au rythme de son cœur. Deux ailes s’élevaient derrière son dos. La partie supérieure était blanche tandis que ce qui pouvait représentait des plumes étaient de cet étrange orange. Il y avait cinq « lames » formant les ailes. Il arrivaient à grande vitesse. Shaza regarda Medghath dans les yeux. Elle lui dit doucement :
-J’ai fais de ta vie un enfer, tu as pris ma vie. Je me sens partir. On est quitte maintenant.
Elle lui fit un e magnifique sourire. Lui aussi sentait sa vie qui le quittait. Il réalisa qu’il n’en voulait pas à Shaza. Elle lui avait offert une opportunité. Il en voulait à l’ordre de Mata-Nui et à cet espoir ridicule qu’il avait gardé. Il était en grande parti fautif. Il avait fallu qu’il blesse mortellement une de ses plus chères amies pour qu’il s’en rende compte. Sa main griffue toucha le torse de Shaza. Il enleva la vice qui la rongeait et utilisant son élément de métal, il referma comme il le put la plaie. Il utilisa de nouveau le pourvoir de son kanohi. Il se releva. Ses yeux étaient vert. Il se sentait bien. Utilisant une nouvelle fois son élément, il se recouvrit d’une épaisse armure de métal. Il hurla à Ral :
-T’as aucune chance contre lui ! Il doit être du niveau de Night ou encore plus fort ! Prends Shaza avec toi et court !
Ral fut surpris de voir Medghath dans son camp. Il obéit. Regrettant de laisser le toa gérer ce danger seul.
Je ne laisserai pas mourir mes amis, jamais ! Et je défendrais toujours la justice ! Même transformé, je reste le même : Un TOA !
L’être en blanc frappa de son épée. Le toa du fer para. Les bandages s’en allèrent, dévoilant la vrai forme de l’épée. Elle était entièrement orange transparent. Seul le contour de l’épée était blanc. Un œil s’ouvrit sur le plat de la lame. Medghath fut surpris par une telle aura maléfique.
-Il est réveillé et il a faim !
Celui ayant des ailes d’un étrange orange fonça. Sa lame rencontra l’armure de Medghath et la fissura.
-Je suis le paladin. L’âme vengeresse. Tu ne t’échappera pas vil démon !
Un rayon de lumière le toucha en plein dans le torse. Il s’écrasa dans un bâtiment. Medghath sortit vite fait du bâtiment. Il savait qu’il n’avait aucune chance de gagner et qu’il mourrait au champ d’honneur. Mais il devait tenir le plus longtemps possible. Il fallait que les autres aient le temps de se sauver. Il allait mourir n héros. Il chargea. Son poing rencontra la lame, fissurant de nouveau son armure. Il tira avec sa mitrailleuse. Il tira sur son ennemi jusqu’à ce que toutes ses balles soient passée. Il marchait sur les douilles. Son pouvoir était en train de le tuer. Il ne tiendrais pas longtemps. Son adversaire enchaîna avec une rafale de coup. A la fin, son armure tomba en morceaux. Il estima qu’il était temps. Il fonça sur son adversaire, qui mit son épée devant lui. Medghath s’embrocha. Il remonta jusqu’à la garde alors que l’épée frémissait de plaisir. Il accrocha le poignet du paladin et de son autre main valide, retira son masque et le jeta le plus loin possible. Il souriait. Le pouvoir contenu dans son corps voulut retourner au masque mais celui-ci n’étant plus là, Medghath explosa. L’explosion fut gigantesque. Ral se retourna pour voir la colonne de feu qui illuminait la nuit. Elle disparut bien vite. Ral continua son chemin, portant la toa de la foudre sur son dos. Medhath était mort le sourire aux lèvres.

Udir était entouré par deux tireurs qui eux même étaient entourés par quatre matorans ayant des boucliers. L’un des protecteurs tomba. Un des tireurs lâcha son arme et prit le bouclier. S’en était bientôt finit d’eux. Udir eut alors une idée en voyant la citerne de gaz. Il ramassa le fusil de la main droite, tenant son épée dans la gauche. Il demanda à ses soldats de s’écarter. Il réagirent à la secondes même. Il se jeta dans la mêlée adversaire. Il ne réfléchissait pas. Il tranchait, tirait. Il devait y arriver. Il fonça. Il sentit une coupure à l’épaule, puis dans le dos. Sa jambes gauche lui faisait très mal et avait du mal à supporter son poids. Il lança son épée qui perfora la citerne, laissant s’échapper un peu de gaz. Il tira ensuite dans le trou qu’il avait fait. Il se jeta à terre tendit qu’une vague de flamme rasait tout sur son passage. Il ouvrit les yeux. Il aurait dut brûler. Il leva la tête et vit un mur de terre devant lui. Il sourit et s’évanouit. Il n’était qu’un simple matoran. Un matoran bien courageux. Il en avait déjà fait assez.

Scyllia était complètement acculée. Son adversaire était bien trop forte. Elle ne pouvait rien faire. Toutes ses attaques avaient été vaines. Elle ne l’avait même pas blessée une seule fois. Elle était un bout. Non loi, la terre se craquela, laissant apparaître une petite liane. Elle rampa jusqu’à la plante. Night compris ce qu’elle voulait faire. Elle s’élança. Sa main fendit l’air alors que celle de Scyllia agrippait la plante. Night transperça la femme plante qui lui souffla un :
-Trop tard.
Déjà, la vie de Scyllia suivit cette liane jusqu’à son véritable corps. Night Ragea et chercha un autre adversaire. Elle avait envie de sang. La machine à tuer qu’elle était en voulait encore. Elle était poussée par cette irrésistible envie de sang et de meurtre. Un matoran passa en courant près d’elle. Par reflexe et d’un mouvement fluide, elle lui coupa la tête. La tête roula un peu plus loin alors que son sourire carnassier restait figé sur son visage.

Enian para un énième attaque. Son adversaire le menait. Il avait plusieurs traces de gelures sur le corps. Il n’arrivait pas à faire fondre cette glace. L’épée sculpté de Kell frôla son visage. Il n’aimait pas voir cet élémentaire contrôlé de la sorte. Des pics de glaces se formèrent sur le sol. Par reflexe, il les carbonisa alors qu’une flèche de glace passait au dessus de son épaule. Enian tendit sa main gauche devant lui. Il fit apparaitre une petite flamme au dessus de chacun de ses doigts. Kell fut légèrement surpris. Il ne s’attendait pas à cette technique. Enian haletait. C’était sa meilleure technique. Si Kell la parait, il était finit. Il jouait le tout sur le tout et cela ne lui plaisait pas. Les flammes s’envolèrent et formèrent un cercle autour de Kell. Des traits de flammes se mirent à relier les flammes. Kell était bloqué dans une sorte de pentacle extrêmement compliqué. Il était prisonnier. Ilo ne pouvait presque plus bouger. Petit à petit la chaleur augmenta. C’étia une vrai fournaise. Le feu se mit à crépiter alors qu’une colonne de feu sortit su sol et s’agrandissait de plus en plus. Enian ne distinguait plus le corps de Kell. La colonne diminua petit à petit, jusqu’à disparaître. Un être tomba devant Enian. Il était fait de glace et était partiellement fondu. Enian se demandait par quel miracle son adversaire était encore en vie. La tête de Kell remua à un peu. Il fit signe à Enian de s’approcher. Celui-ci le fit mais restait sur ces gardes.
-Désolé Enian…. Ca fait un bail, je ne t’ai pas trop blessé ?
Il était redevenu le même. Enian ne répondit pas. Il ne savait pas quoi dire.
-Approche, il faut que je t’apprenne quelque chose. C’est ce qui m’a fait devenir le plus fort des élémentaires. Tu en aura surement besoin. Enian se mit à genoux près de celui qui allait devenir son maître.




Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BIONICLE

avatar

Membre d'Élite
Membre d'Élite

Masculin Age : 17
Messages : 1221
Inscrit le : 13/06/2011
Pays : france

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Sam 3 Déc - 12:08

Oua très bon chap'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Mer 21 Déc - 20:03

Tiens, je n'avais pas vu que j'avais un nouveau lecteur. Ca m'en fait deux avec Geek...
Cette fic ' arrive à son terme. Plus qu'un chapitre et tout sera terminé T.T ça me rend triste...
Chapitre 35

Night se pencha sur lui et le prit dans ses bras. Elle lui murmura :
-Tu t’es souvenu… Tu sais qui je suis.
Elle avait l’air vraiment heureuse.
-Oui, répondit Ral, je sais qui tu es Nevra.
Nevra avait été une des rare matoran du fer de l’île. Elle vivait alors à Ta-nera. Ses deux plus fidèles amis étaient Ernax et Ral. Elle avait passé énormément de temps avec eux. Grâce à Ral, elle avait été prise de passion pour l’astronomie. Ernax lui avait un peu appris le métier de forgeron mais elle n’avait pas trop aimé. Par contre Ernax avait été vraiment intéressé par son travail à elle. Nevra était une mineuse. Elle adorait creuser et trouver toute sorte de minéraux rares. Cela l’amusait beaucoup. Elle pouvait passer des journées dans le noir à miner. Elle avait tisser des liens avec Ral. Des liens bien plus fort et profond qu’une amitié. Un jour, tous les matorans du fer, qui étaient tous des mineurs, décidèrent de creuser dans le flanc d’une montagne. Il y avait de drôles de minéraux. Le travail leur prit des mois et des mois. Ils finirent par déboucher dans une vaste salle. Elle était vide et complètement carrée. Ils décidèrent d’explorer un peu plus loin, persuadés d’avoir trouver les vestiges d’une ancienne civilisation . Il trouvèrent une entrée et s’enfoncèrent dans un long couloir. A partir de ce moment, la structure se mit à trembler. Elle s’écroula peu de temps après, enfouissant les matorans dans une sorte de tombeau. Nevra fut la seule survivante mais elle avait les deux jambes écrasés. Elle souffrait énormément. Alors que l’air commençait à lui manquer, elle entendit une voix qui lui promis le pouvoir ainsi que la vie sauve. Elle se fichait du pouvoir mais elle voulait revoir Ral. Ce que la voix ne lui avait pas dit était qu’elle serait complètement transformé. Elle ressemblait à une engeance de l’ombre. Elle ne put se résoudre à voir Ral sous cette forme. Puis on lui avait ordonné de tuer. Elle l’avait fait car elle ne pouvait pas s’y soustraire. Il fallait que quelqu’un prononce son véritable nom pour que le sort ce brise. Elle n’avait pas non plus le droit de donner des indices trop proches de son identité. Chaque jour elle souffrait en silence. Elle souffrait de ne pas pouvoir revoir l’être qu’elle aimait. Mais cette souffrance venait de prendre fin. Elle sourit et se releva. Elle lui dit :
-Relève toi, on a encore du travail.
Elle prit Shaza sur son dos alors que l’ancien ko-matoran se relevait.
-Allez, plus vite, il faut le rattraper avant qu’il ne tue d’autres personnes.
-Il est si fort que ça ?
-Au moins autant que moi, répondit-elle.
Ils s’en allèrent en courant.

Les onu-matorans chargèrent, prenant leurs ennemis de dos. Les autres matorans qui tentait désespérément de survivre eurent une ardeur redoublée. Ils chargèrent eux aussi. Les créatures de l’ombres étaient prises en sandwich. Elles se faisaient massacrer. Les onu-matorans avaient du mal car ils n’avaient pas d’armes à feu. Ils se battaient tout de même vaillamment. Et un village entier, ce n’était pas rien. Les créatures ne pouvaient plus de défendre, elles étaient piétinées. Dans son antre, il rageait. Il n’avait pas prévu cette attaque surprise et n’arrivait pas à s’adapter. Il se leva de son trône, fait le tour de la salle et se rassit. Il voyait ses troupes se faire massacrer mais il ne pouvait rien faire.

Le paladin utilisait ses ailes pour le propulser. Il allait vite et parcourait la ville à la recherche d’un champion mais il semblait n’y avoir personne. C’est alors qu’un grand être rouge se dressa devant lui. Le paladin lui dit :
-Ta vie se termine ici.
L’autre ne poussa qu’un hurlement bestial avant de se jeter sur lui. Il brandit sa hache et frappa. La lame s’enfonça profondément dans le sol. Le paladin étai déjà derrière. Son adversaire ne pouvait voir ses mouvements. C’est ce qu’il croyais car un énorme queue le frappa en plein thorax et l’envoya s’écraser plus loin. Ernax dégagea sa hache et s’approcha de son adversaire qui était déjà sur pieds. Il disparut tout simplement, se retrouvant sous la garde d’Ernax. Au moment où il allait assener un coup fatal, il se prit un genoux dans la figure. Il ne comprenait pas comment son adversaire anticipait tout ses mouvements alors qu’il ne pouvait suivre sa vitesse. C’est alors que son ennemi lui dit :
-Je suis aveugle.
Il n’en croyais pas ses oreilles. Un aveugle lui tenait tête. C’était impossible. Il envoya une véritable vague de lumière sur son adversaire, se déchaînant comme jamais. S’il ne pouvait l’avoir au corps à corps, son pouvoir aurait raison de lui. Erax ne pouvait rien faire été se servait de sa hache comme d’un bouclier. Chaque attaque était incroyablement puissante. Il planta la hache dans le sol, la lâcha et courut. Il sprinta comme jamais. Le paladin fut surpris lorsque les griffes mordirent son armure. Et aussi lorsqu’un énorme poing s’abattit sur lui. Il fut projeté au sol avec une telle violence que le bitume se craquela. Mais son ennemi était à porté. Il envoya une véritable bombe de lumière. La force de l’explosion envoya Ernax dans un mur. La paladin se releva et continua attaque sur attaque, dans jamais s’arrêter. Il y eut un coup de feu. La balle se logea dans l’omoplate du guerrier de lumière. Tohrak était là, vacillant. Il fonça vers son adversaire, zigzaguant sans le vouloir. Il porta un coup qui fit aisément paré. Il utilisa alors le pouvoir de son masque. Le paladin était ralentit. Il parvint tout de même à envoyer le toa de pierre au tapis d’un puissant uppercut. Lais l’effet du kanohi faisait toujours effet. Ernax lanqça une série de puissant coup. Il était rare qu’il f asse preuve d’une telle violence. Lorsque le pouvoir du masque s’arrêta, un puissant rayon de lumière traversa Ernax en plein milieu de la poitrine. Il tomba lourdement au sol. Le paladin recupéra son épée avant qu’une langue de feu de vienne lui rôtir l’armure. Enian se présenta devant lui. Il étai changé. Il portait une sorte de légère armure de feu et avait une épée bien fine. Il se mit en garde et se fendit pour porter un coup d’estoc. Le paladin para le coup in extremis. Il n’avait pas l’habitude qu’on lui tienne autant tête. Enian faisait pleuvoir une véritable grêle de coups. Enchaînant attaque après attaque. Il paraissait aussi froid que Kell. Son adversaire s’habitua bien vite à son style de combat. Les deux adversaires paraissaient de force égale. Aucun n’arrivait à blesser l’autre. Des boulles de feu rencontrèrent des rayon lumineux. Il semblait qu’aucun des adversaires ne puissent l’emporter. Enian n’utilisait pas de grandes quantités d’énergie comme avant. Il utilisait juste ce qu’il fallait. C’était le vrai pouvoir des élémentaux. Prendre la manière de sa battre d’un autre élémental. Alors qu’aucun des deux ne menait, Enian laissa partir la méthode de combat de Kell. Son armure disparut et sa grande épée revint. Cela prit au dépourvu le paladin qui fut blessé à l’épaule. Enian tendit sa main devant lui. La paladin envoya un rayon de lumière pour contrer de qu’il croyais être une boule de feu. Mais il se trompait. Une véritable colonne de feu émergea de la main de l’élémental de feu qui dit :
-Moi, j’aime pas me retenir.
La paladin était prit dans une véritable fournaise. Il lui restait une dernière option. Il allait mourir, certes, mais il ferrait des dégâts. Il trancha dans le vide avec son épée. Ensuite, il mourut totalement carbonisé, réduit à l’état de cendre. Enian fut surpris lorsqu’il tomba. Il avait perdu un bras et une jambe. Il n’hurla pas de douleur mais s’évanouit. Tohrak rampait. Il ne pouvait se résoudre à abandonner le combat. C’est alors qu’Irelia se montra. Elle était accompagnée d’Ouros. Elle regarda les blessés. Elle laissa Enian de côté. Elle ne pouvait rien faire pour lui. Elle était l’eau et il était le feu. Elle se pencha sur Ernax. La bête cracha un peu de sang. Il essayait de parler mais il n’y parvenait pas. Il y avait juste des bulles de sangs qui se formaient.
-N’essaye pas de parler, lui dit elle.
Elle l’examina rapidement et se rendit compte qu’il était trop tard. Ernax parvint à dire :
-Je… sais que… c’est la fin… pour… moi… Dites juste à Ral…de continuer… sans rage…
Ce furent ses derniers mots. Elle se dirigea ensuite vers le toa de pierre. Il rampait vers son épée. L’élémental d’eau le laissa faire. Lorsqu’il eut son épée dans les mains elle lui dit de ne pas bouger et de se laisser faire. Il obéit. L’eau l’entoura délicatement. Irelia paraissait en transe, penchée sur le toa. L’eau se creusait, se gonflait à certains endroit, formant par la suite des figure complexe. La guérison opérait mais elle mettrait du temps. Ouros se pencha vers Enian. Il fallait le remettre dans son volcan. Il laissa le médaillon à Irelia en s’en alla, portant l’élemental du feu dans deux grandes mains de terres. Il disparaissait au loin.
Les créatures de l’ombres avaient été anéanties. Pas une seule n’en avait réchappé. Il ne restait plus qu’à détruire le mal à sa source.




Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Jeu 15 Mar - 17:02

Epilogue ou chapitre 36

Les forces restantes étaient bien amoindries. Mais beaucoup ne pouvait plus combattre. Seul Ral, Night et Shaza. Tous les autres étaient ailleurs, trop blessés pour continuer ou alors morts. Ral et Shaza n’étaient pas au meilleur de leur forme. Night, n’avait aucune blessure et n’avait pas perdu tant d’énergie. C’est ainsi qu’ils partirent à trois. Night connaissait le repère de l’ennemi. Ce fut facile de d’y rendre. Les couloirs étaient étroits et ils devaient se déplacer les uns derrière les autres. Night ouvrait la marche. Ils ne rencontrèrent que quelques déserteurs. Il y en avait une vingtaine tout au plus. Bien vite, ils débouchèrent devant un portail. Night s’y engouffra. Ral la suivit sans hésiter. La toa de la foudre n’aimait guère les portail, mais au bout de quelques secondes, elle suivit les autres. Elle fut un peu surprise de voir un être, sur un énorme trône. Cet personne était morte, il y avait quelques minutes. Night se mit à courir. Ils la suivirent. Au détour d’un étroit couloir, ils aperçurent un trou dans la paroi. Un être noir et rouge était au dehors. Il déploya deux énormes ailes. Il commença à s’envoler. Il jeta un regard dans leur direction. Il sourit. Il pointa un doigt vers eux. Un rayon rouge sans fusa. Night utilisa ses pouvoirs pour créer un bouclier. Ses défenses cédèrent sous le choc, mais l’attaque avait été déviée. La créature se mit à rire et parti en direction du continent le plus proche. Le mal qui dormait depuis si longtemps sur cette île c’était réveillé. Il était maintenant libre.

Ce chapitre esr petit, je vous l'accorde, mais c'est une fin. Maintenant, c'est à vous de chosiri. ceci peut être la fin du premier tome ou la fin de l'histoire. A vous de fair le choix.




Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Du7734

avatar

Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS
Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS

Masculin Age : 21
Messages : 7527
Inscrit le : 06/06/2010
Pays : ChomeurLand

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Jeu 15 Mar - 19:24

Vu que j'ai la flemme, voilà ce que j'ai écris sur BL:

Citation :
Un épilogue court, certes, vu à quoi tu nous as habitué mais remplit de suspense.

@Darkness a écrit:
Certe un bien petit chapitre et peut être une fin. Cher lecteur ceci est pour moi la fin de l'histoire. Certains peuvent penser quelle laisse à désierer. Je vais vous demander une chose. Voulez vous que je continue cette fic'. Si la réponse est oui, ce serait avec grand plaisir que je continuerai.

A ton avis...
Spoiler:
 
Mec, tu laisse plein de suspense, tu peux pas nous laisser sur notre faim comme ça >_<"
Tu pourrais faire un superbe saison 2 wink



« Je vous condamne à votre sort – une vie dans l'univers que vous et vos semblables avez faits. »
— Tren Krom, Fédération de la Crainte —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/f119-le-blog-de-du7734 http://www.brickshelf.com/cgi-bin/gallery.cgi?m=Geek7734
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Jeu 15 Mar - 19:55

Si tu le veux, alors, la saison 2 se fera.




Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Dim 1 Avr - 12:49

Saison deux
Chapitre Un


Trois avant avait passés. C’était le temps qu’il avait fallu pou construire un véritable bateau. Trois pour apprendre à en créer et à en faire un magnifique. Ral était sur le pont. La main droite de Night était sur son épaule. Shaza était là, elle aussi. Torahk était reparti depuis un an. Il avait dit qu’il avait une guerre à finir. Il devait aider son peuple. Il était parti sur un petit rafiot. Personne ne savait s’il était encore en vie. Les élémentaux ne pouvaient quitter cette île. Ral regarda une dernière fois la statue d’Ernax, qui surplombait la plage. Cette statue tenait, entre ses main, la véritable hache d’Ernax. Les matorans choisis pour ce voyage déplièrent les voiles. Le bateau commença sa longue traversée. Ral salua une dernière fois le peuple de son île. Il n’allait peut être jamais revoir son lieu de naissance. Son estomac se noua et il déglutit. Cela faisait maintenant trois ans qu’il se préparait à cette épopée. Le bateau tanguait sur les flots. Ce n’était pas la première fois qu’il partait en mer. Mais jamais il n’avait été aussi loin. Les mains griffues de Night se refermèrent sur ses épaules. Elle commença à le masser.
-Détends toi, tu es trop stressé.
Il sourit.
-Oui, mais je n’arrive pas à m’y faire, c’est la première fois que je quitte mon pays.
-Moi aussi, lui répondit elle, mais c’est comme la première fois que tu quittes ta région.
Elle l’embrassa dans le cou et le laissa. Elle avait des choses à faire. Shaza le rejoignit quelques minutes après. Il était toujours aussi anxieux. Elle s’accouda à la rambarde. Elle avait une triste mine, comme toujours depuis qu’Ouros lui avait donné ce médaillon. Il ne l’avait jamais questionnée à ce sujet. Il se souvenait de la première fois qu’il avait vu cette toa. Elle lui avait sauver la vie. C’était à l’époque où il était encore faible. Il ne se considérait pas comme fort, mais il était bien moins faible qu’avant. Pendant trois ans il avait eu Kell comme maître. Il avait bien changé. Maintenant, une épée pendait à chaque cuisse et sa lance était dans son dos. Il paraissait bien plus sûre de lui. Il finit par dire :
-Qu’y a-t-il, sur ce médaillon, qui te rendes si triste ?
Elle détourna d’abord le regard et se crispa.
-Frostal…
Ce fut tout ce qu’elle dit. Elle s’en alla juste après. Il ne saurait donc pas tout de suite le fin mot de l’histoire. Il haussa les épaules. Il tourna de nouveau son regard vers l’horizon bleutée. Il faisait beau et quelques rahis volants passaient au dessus d’eux. Certains les suivaient même. Udyr vint près de Ral. Il était maintenant un tao. Enian avait pour mission de garder un pierre toa de feu. Il la remit à Udyr. Il était fier dans son armure. Les autres élémentaux n’avaient pas de pierre toa.
-Combien de jours de voyages ? lâcha Udyr.
-Je ne sais pas, je dirais une quinzaine.
-Avons-nous assez de vivre ?
-C’est prévu pour un mois.
-Hum… et comment ferions nous si c’est plus d’un mois ?
-Shaza a déjà effectuer cette traversée, un mois serait le grand maximum.
-Bien.
Le guerrier de feu se détourna. Puis ce fut au tour d’un ga-matoran de se présenter à Ral. C’était le capitaine du navire.
-Le vent souffle bien. Si ça continue, nous y seront dans une semaine, pas plus.
Cette nouvelle réjouit Ral. Pendant trois ans ils avaient laisser courir un grand mal. Il voulait le rattraper le plus vite possible. Le guerrier de glace ce considérait en partie responsable du réveil du démon. Il n’avait pas été assez fort pour l’en empêcher. Et il avait fait quelques erreurs. Ces erreurs accumulées avaient permis le réveil de l’ancestrale créature. Il soupira. Il ne savait pas comment ils allaient être accueillit. Peut être que le mal s’était déjà répandu et avait corrompu le continent ? Ral était plutôt inquiet mais il préférait ne pas le montrer. Il dégaina ses deux épées et se mit à effectuer des rapides attaques, tranchant habilement des ennemis invisibles. C’était une véritable danse. Certains matorans s’arrêtèrent pour le regarder, juste avant de se faire houspiller par le capitaine. Ral esquivait habilement les matorans qui devaient passer. Ils étaient peu nombreux sur cette partie du navire. Ses lames étaient magnifiquement forgées. Dignes d’un grand maitre artisan. Elles fendaient l’air facilement et pouvaient passer à travers une armure légère dans aucun soucis. Ral finit sa « danse » avant de se diriger vers le capitaine. Le matoran le regarda avancer.
-Capitaine, le voyage ne fait que commencer et vous avez déjà mauvaise mine.
-Oui… Je suis soucieux. Je ne sais pas quand je pourrais rentrer…
-Moi non plus je ne sais pas quand je pourrais rentrer.




Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Mar 1 Mai - 21:49

Chapitre 2

Le bateau approchait du continent. Les formes se dessinaient au loin. Ils ne savaient pas encore s’il y avait un port vers leur position. Ils ne savaient pas comment ils allaient être accueillis. Les flot les portaient inexorablement vers le continent. Il était trop tard pour faire demi-tour. Tout le monde était anxieux. Il y avait de quoi. Udyr vint se placer près de Ral et lui dit :
-Il faut se préparer à faire demi tour et à se battre. Personne ne doit être surpris.
-Je sais, répondit Ral. Peux tu prévenir tout le monde ?
Le toa de feu acquiesça et s’en alla. Ral contemplait les formes du continent. Il les voyaient bien plus nettes qu’il y avait quelques minutes. Ils allaient vite. Il huma le vent alors que Night l’enlaçait de ses bras. Elle lui dit :
-Ne te fais pas tant de mourons. Il n’y aura aucun problèmes.
-Comment peux tu en être aussi sûre ?
-Je le sais, c’est tout, lui répondit-elle en souriant.
Il ferma les yeux, se laissant porter par la présence bienfaisante de Night et par les Flots. Il imagina son île. Il revit tous les moments où il était encore matoran. Il revit Ernax. Il s’en voulait terriblement. A cause de lui, Ernax était mort. Mais sans lui, Ral serait lui aussi mort. Il laissa échapper un profond soupir. Night lova sa tête au creux de son cou.
-Ce n’est pas ta faute.
Il ne fut pas surpris. Il avait prit l’habitude. Il savait qu’elle pouvait presque lire ses pensées. Elle le connaissait si bien. Le bateau vira et Ral rouvrit les yeux. Il vit un port qui se dessinait au loin. Le capitaine aboyait des ordres alors qu’ils se rapprochaient. Ils avaient pris pas mal de vitesse. Udyr revint vers Ral.
-Tout le monde à été prévenu.
-Bien, répondit le guerrier blanc.
Le port n’était plus qu’à deux ou trois kilomètres.
Un bateau fonçait vers eux. Il allait bien plus vite qu’eux et paraissait bien plus maniable. Il n’était pas bien grand. Il devait pouvoir accueillir une dizaine de personnes tout au plus. Ral ne l’avait pas vu tout de suite mais deux bateaux plus petits suivaient le premier véhicule. Ils y avait quatre personnes dans ces deux véhicules. Ils encerclèrent l’embarcation de Ral. Tout l’équipage était tendu, prêt à faire feu. Dans le plus grand véhicule, un être se montra. Il portait une armure argentée et noire. Il semblait être un toa. Il prit un haut parleur et dit :
-Pourquoi venez vous ici ? Identifiez vous !
Udyr se dirigea vers l’avant du bateau et répondit en criant :
-Nous venons d’une île nommée Ora-Nui. Nous sommes à la poursuite d’un démon.
A la mention du démon, tous les soldats braquèrent leur armes sur l’embarcation de bois. Le toa noir et argenté ne semblait pas être en proie à la moindre tension.
-Ce… démon est passé par ici. Il a semé le trouble et le chaos. Il est encore sur notre continent mais à cause de lui nous sommes en guerre. Nous ne pouvons vous laisser passer et servir un camp ennemi !
Udyr allait répondre mais Ral posa sa main sur son épaule pour l’empêcher de parler.
-Nous voulons juste passer, rien de plus.
-Vous n’avez toujours pas compris, vous êtes bloqués ici ! Vous ne pouvez passer à cause des forces ennemis. Ils vous prendrons pour nous !
Ral remarqua que chacun de ces inconnus portait un bandeau rouge. Il était le plus souvent attaché au bras mais certains l’avaient à la tête ou à la cuisse. Le guerrier de glace se résigna. Il n’avait aucune chance de forcer ce blocus, alors forcer ce blocus ainsi que le deuxièmme ne paraissait pas probable.
-Bien, nous vous suivons, dit il.
Les bateaux commencèrent à faire demi-tour, escortant ainsi l’embarcation de bois. Ral examinait le port. Il était grand, très grand. Il amarrèrent et descendirent sur le port. Le toa noir et argent vint à leur rencontre. Suivez moi je vous prie. Les matorans restèrent avec l’embarcation alors que les autres suivez le toa, escortés par les soldats. Udyr était tendu. Shaza se rapprocha du toa et se mit à discuter avec lui.
-Comment dois-je vous appeler ? demanda t-elle.
-Vens.
-Bien Vens, qu’elle est la situation exact ici ?
Il la détailla et elle ajouta :
-Je fais parti de l’ordre.
Cela n’avait été qu’un murmure. Il se racla la gorge et lui expliqua tout ce qu’il savait :
-Il ya trois ans, une étrange créature a atterri ici. Nous ne savions pas ce que c’était. Elle tua l’équipe de toa envoyée pour la capturer. Après avoir laisser des traces de son passages dans certains villages, ce montre parti vers le nord. Quelques mois après, une armée commençait à se lever. Les toas ont bien essayés d’empêcher cela mais ils étaient trop peu nombreux. Alors, ils ont demandé de l’aide au populations guerrière aux alentours. Mais notre ennemi a eu la même idée. Depuis, nos forces n’ont cessés d’augmenter et nous livrons une guerre sans merci.
La toa de foudre hocha la tête.
-En parlant des toas, pourquoi dits vous « ils » et pas « nous » ?
-Parce que je suis arrivé il y a un an.
-Bien.
Elle le laissa et attendit que Ral parvienne à sa hauteur. Il tirait un drôle de tête.
-Qu’y a-t-il ?
-Il y a des patrouilles un peu partout. C’est la première fois que je vois ça. Nous sommes reculés du front, il ne devrait pas y avoir de patrouille.
Shaza se souvint à ce moment que Ral ne connaissait rien du monde extérieur. Il y a trois ans, il pensait encore que les toas n’existaient pas.
-Ral, ce monde est foncièrement différent du tiens. C’est normal pour les patrouilles. Il pourrait y avoir des insurrections, principalement à causes d’espions ou de traîtres.
Il ne répondit rien. Il enregistrait chaque image de ce qu’il voyait. L’armement principal des soldats, leur nombre moyen et tout le reste. Il perdit ainsi la notion du temps. Night posa sa main sur son épaule. Il la regarda, surpris. Elle lui murmura :
-On est arrivé.
Ils étaient devant une grande bâtisse. Ils suivirent Vens. Ils les amena à l’étage. Un être en armure grise et argentée écrivait sur de grandes feuilles blanches. Son casque reposait à côté de lui. Il avait un pistolet et un poignard à la ceinture. Le reste était derrière lui. Vens s’approcha de lui et dit :
-Rym, je t’apporte des nouveaux.
Le dénommé Rym leva la tête et les considéra tous. Il fit signe à Ral de s’approcher. Il s’exécuta.
-Nom.
-Ral.
-De la famille à contacter.
- Non.
-Bien, ce sera tout. Il répéta cette opération avec les autres avant de dire à Vens :
-C’est bon, ils sont inscrit.
Shaza regarda Vens et lui dit :
-J’aimerais avoir ma propre équipe.
Le toa noir et argent soupira et dit :
-Je ne peux vous le refuser, mais j’aimerais qu’ils passent tous le test.
-Bien, ils le feront.
Ral voyait Shaza sous un autre jour. Elle s’était métamorphosée en un véritable général. Vens sorti de la pièce et lança un :
-Suivez moi je vous prie.
Ils le suivirent. Ils marchèrent longtemps, jusqu’à un hangar. Vens présenta un véhicule à quatre roues, plutôt grand. Il demanda à Shaza :
-Savez vous le conduire ?
-Oui.
L hocha la tête en monta dans un véhicule. Udyr et deux soldats montèrent avec lui, alors que Shaza était avec Ral, Night et un autre soldat. Vens parti le premier, suivi de près par Shaza. Les véhicules n’avaient pas de toit, juste un grand pare-brise, qi protégeait du vent. Ces véhicules étaient fait pour leur rapidité. Ils n’avaient été construit que dans le but de transporter des troupes. Ils étaient légers et peu résistants. Vens semblait connaître la route par cœur. Shaza savait qu’il s’ennuyait ici. Il devait s’occuper de l’administration alors qu’il mourrait d’envie de combattre, d’aider sa patrie. Il s’arrêtèrent devant un camp, qui paraissait désaffecté. Ils entrèrent et virent quelques soldats, s’entraînant dans diverse catégories. Ils devaient être un vingtaine tout au plus.
-Plus personne ne rejoint notre armée, expliqua Vens.
Ils traversèrent le camp et s’arrêtèrent devant un être plutôt grand et très fin. Il était même squelettique. Il reposait, adossé au mur. Il ouvrit un œil alors que Vens s’arrêtait.
-J’ai besoin de toi pour tester leurs compétences au corps à corps.
Il hocha la tête dégaina une épée. Shaza poussa Ral.
-Toi le premier, dit-elle joyeusement.
Il avança et dégaina lui aussi. L’autre avait une rapière. Il se fendit en avant pour attaquer. Ce coup était rapide et franc. Ral bougea au dernier moment, frappa du plat de son sabre et mit son adversaire à terre. Vens en restait bouche bée. Jamais il n’avait vu son compagnon se faire avoir si vite.
-Tu vas bien Relahk ?
Celui-ci hocha la tête. Ce fut au tour de Night. Elle dégaina une dague. Elle attaqua la première. Relahk para l’attaque et contre attaqua aussitôt. Night bougea de quelques centimètre et la lame rata sa gorge. Elle frappa son adversaire au niveau de l’estomac. Il tomba à genoux, vaincu. Après quelques minutes pour se remettre, il fit face à Udyr. Celui-ci dégaina son épée et chargea. La rapière de on adversaire sur dévié d’un coup de la main. La « Spada » d’Udyr se trouvait sous la gorge de Relahk. Il avait gagné mais saignait un peu au niveau de la main. Vens hocha la tête et dit à Relahk.
-Rentre te reposer, tu as ta journée.
Celui-ci ne se fit pas attendre.
-Bien, dit Vens, maintenant, voyons voir ce que vous valez au tir.
Ral visait plutôt bien. Il n’était pas un tireur d’élite mais il se débrouillait. Ce fut au tur d’Udyr. Le toa de feu était du même niveau que Ral. Il avait déjà tiré avec une arme à feu, lorsqu’il était matoran. Puis ce fut au tour de Night. Elle ne pouvait tenir l’arme correctement à cause de ses griffes. Cela l’énerva et elle lança une boule d’ombre sur la cible. Celle-ci explosa littéralement. Vens était abasourdi. Une telle puissance dans si peu de masse.
-Vous pouvez faire cette attaque combien de fois avant d’être fatifuée ?
-Une bonne centaine de fois, peut être même plus.
Elle lui sourit.
-En fait, je ne sais pas trop, mes adversaires meurent plutôt vite.
Le toa noir et argent voulait bien la croire. Il se dirigea vers la sortie du camp, suivit par le petit groupe.
-Nous allons rentré et demain vous serez disposez au front.





Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Du7734

avatar

Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS
Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS

Masculin Age : 21
Messages : 7527
Inscrit le : 06/06/2010
Pays : ChomeurLand

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Dim 13 Mai - 11:27

Au lieu de copier-coller se que je mets sur BL, je poste se message pour juste booster se topic et cette fic' qui mérite vraiment d'être pris au sérieux, je ferais sa souvent parce que elle et il le mérite.



« Je vous condamne à votre sort – une vie dans l'univers que vous et vos semblables avez faits. »
— Tren Krom, Fédération de la Crainte —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/f119-le-blog-de-du7734 http://www.brickshelf.com/cgi-bin/gallery.cgi?m=Geek7734
Contenu sponsorisé





Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir.

Revenir en haut Aller en bas
 

[Fan-Fiction] Le Dernier Espoir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Dernier Espoir.
» [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir.
» [fan-fiction]l'espoir des toa.
» [Fan-Fiction] Vous devez inventer avec votre imagination !
» [Fan-Fiction] Le destin des mondes parallèles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BIONIFIGS - Forum :: ENTRE FANS :: Fans-Fictions-

BIONIFIGS
Guides & Règlement
Actualités
Communauté
Concours
Association
FIGURINES D'ACTION
Les Univers
Les Produits
Cultures
Revues Photos
La Boutique

ENTRE FANS
Expos & Rencontres
MOC & Refonte
Fans-Arts
Fans-Fictions
Projets
AUTRES
Annuaire des Blogs
Section Vidéos
Jeu de Rôles
Espace du Staff
Archives

CYBERCAFÉ
Présentation des Membres
La Taverne
Le coin LEGO
Marques Concurrentes
Vos Suggestions


HERO Factory, BIONICLE, Legends Of CHIMA, Knights Kingdom, Exo-Force, Slizer et les autres licences thématiques de ce site sont des marques déposées du Groupe LEGO®, qui soutient lors d’actions ponctuelles certains évènements et concours de BIONIFIGS.com, support indépendant des fans francophones depuis 2006. Aucune reproduction du contenu présent sur l'ensemble des pages de BIONIFIGS ne peut être effectuée sans accord explicite du titulaire des droits ou des administrateurs. Thèmes graphiques par Exo-6, compléments CSS et Javascript par maxim21.

BIONIFIGS est une association loi 1901 déclarée au Journal Officiel de la République Française — Mentions légales