AccueilS'enregistrerÉvènementsCalendrierPublicationsRechercherAccueilGalerieFAQConnexion

Partagez | 
 

 [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Du7734

avatar

Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS
Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS

Masculin Age : 21
Messages : 7527
Inscrit le : 06/06/2010
Pays : ChomeurLand

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Ven 29 Oct - 12:28

je lirait sa plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/f119-le-blog-de-du7734 http://www.brickshelf.com/cgi-bin/gallery.cgi?m=Geek7734
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Dim 31 Oct - 22:57

Chapitre 15

Orph se releva, tous ses membres avaient été recollés. Il n’aimait pas demander de l’aide, surtotut à Night. Il ne l’aimait pas vraiment. Par contre, Sarkan était quelqu’un qu’il appréciait. Il b’était pas un ami car il n’avait pas d’ami. Orph préférait rester seul.
-Alors ? demanda Sarkan, caché dans l’ombre. Orph n’avait jamais vu son visage. Il savait juste que son allié était massif et puissamment bâti. Ses yeux étaient d’un vert, luisant. L’homme reptile ne savait pas pourquoi et ne préférait pas le savoir.
-Tout bon, comme avant. Tu devrait quitter ta tanière et de défouler un peu.
-Merci du conseil mais je préfère rester ici, seul.
-Fait comme tu veux.
Orph sortit d’une sorte de grotte. Il était, tard, vers le milieu d’après midi. Il n’avait plus beaucoup de temps. Il devait chercher le village de la terre. Il avait entendu dire que ce village était enfouit sous la terre et que les habitants en sortait très rarement. Ce n’était pas facile à trouver. Il devait avant tout faire son rapport à son seigneur. Un cercle transparent apparut devant lui. Il le traversa. Il n’était plus là.

Torahk n’avait pas vraiment vu son adversaire. Celui-ci était rapide et semblait être partout à la fois. Il ne laissait que très peu de trace et une seule de ses attaques pouvait être mortelle. Il avait déjà tuer trop de gens. Il entendit u n bruit. Il se retourna et vit le canon d’une arme à feu pointé vers lui. Il sauta sur le côté, évitant le projectile mortel. Il ne voyait que l’amre, pas le tireur. Il entendit à rire machiavélique et un petit être se leva. Il était de couleur noir et orange et avait, en guise de tête, une citrouille. Il n’avait qu’un seul et unique pistolet. Il tira, une fois, deux fois, trois fois. Les projectiles explosaient dès qu’il rencontraient quelque chose. Le chargeur de son ennemis ne semblait pas se vider. Il esquiva une énième balle en roulant et lorsqu’il se releva, il attaqua. La lame brilla à cause du soleil. Le petit être sauta. Son saut été très grand. Il était à au moins trois mètres du sol. Il fit deux salto et retomba hors de porté de l’épée du toa. Le monstre se prépara à tirer mais il s’arrêta d’un coup, tremblant.
-Tu n’es pas le seul à posséder une arme à feu.
Le canon de l’épée de l’être maniant la pierre fumait. La citrouille sur pattes avait reçu la balle dans la tête. Il tomba. Le toa sortit une balle de la sacoche accrochée à sa ceinture et la mit dans le chargeur. Il s’approcha de l’assassin. Celui-ci parlait dans un langage incompréhensible. La citrouille commença à luire et à chauffer. Le toa fit un bond en arrière. Le monstre explosa et réduit à néant tout ce qui se trouvait dans un rayon de deux mètres. Torahk fut touché. Dernia arriva peu après.
-Vous l’avez tué ?
-Bien sur…Et aussi…merci de m’avoir sauvé.

Ernax sortit de la forge. Il tenait une énorme hache que lui seul était capable de porter.
Il n’y avait que Frostal qui était là pour admirer ce magnifique travail. La bête était déçue que Ral, son meilleur ami, ne soit pas là. Mais bon, il était en train de veiller sur Shaza. Il entreprit de partir, pour un long moment.
-Je vais voir si tout va bien dans les deux villages voisin. Dis leur que je vais à Ga-nera et à Po-nera.
Le chevalier hocha la tête.
Bien, Ernax sortit par la grande porte et courut, aussi vite qu’il le put. Il était très rapide et se perdait dans la vitesse de la course. C’était quelque chose qu’il aimait beaucoup. Tout oublier, le temps de la course. Le plus dur était de revenir à la réalité ensuite mais il savait qu’il repartirait dans une course folle.
Ral était dans la chambre de la toa de foudre, attendant patiemment sur une chaise. Elle finit par emettre un grognement. Ral se rapprocha pour voir si tout allait bien. Elle se révailla en sursaut. Leurs visages étaient à quelques millimètres l’un de l’autre. Ral bondit en arrière et tourna la tête, gêné.
-Euh…je…je voulais…voir si tu allais bien et tu t’es…réveillé…
Shaza se mit à rire. Elle se tenait les côté entre deux éclats de rire, elle réussi à dire :
-Ne…ne…ne me fais pas…j’ai ma…mal…
Elle n’en pouvait plus Ral se tut, attendant que la crise soit passée. Il se frottait pensivement la tête. La toa se calma enfin.
-Cela faisait longtemps que l’on ne m’avait fait tant rire.
-Je suis soulagé, j’ai l’impression que tu vas mieux.
Elle hocha la tête.
-Quand tu as subi l’attaque, j’ai cru que tu étais morte.
Le visage de Shaza s’assombrit soudainement.
-Ai-je dit quelque chose qu’il ne fallait pas ? demanda Ral.
Shaza lui sourit.
-Ce n’est rien, je viens de me rappeler quelque chose. Tu n’as rien à voir avec ça.
L’ex ko-matoran parut apaisé. La manieuse de foudre pensait à ce que lui avait dit Medghath. Et s’il disait l’entière vérité. Elle avait mal au cœur. Elle l’avait toujours aidé. Elle l’avait toujours considérer comme un de ses meilleurs amis. Elle ne pouvait le blâmer. Tout était de sa faute. Elle n’avait pas fait le bon choix et il en avait souffert. Il en avait tellement souffert que ce n’était pas d’elle qu’il voulait se venger. Il criait sa peine au ciel et voulait se venger du monde entier. En fait, tous les ennemis qu’elle avait rencontrer ici voulait se venger d’un grand malheur ou d’une injustice. Et si celui qu’il protégeait se servait d’eux grâce à leur peine pu à leur désir de vengeance. Ils n’étaient que des pantins manipulé très subtilement. Elle devrait quand même les arrêter. Elle secoua négativement la tête et voulut parler à Ral mais il était déjà parti. Pendant combien de temps était elle rester comme ça à réfléchir ? Elle ne le savait pas. Peu être avait il été appeler. Elle ne pouvait le dire. Elle allait mieux et c’était déjà ça.

Ral courait dans la cité. Il se sentait seul. Il ne connaissait pas trop Frostal. Il ne savait pas où était Scyllia. Il partit donc voir le chevalier. Il était en train d’aider des matorans à souder un énorme cylindre. Ral qui avait l’habitude de créer des objets électroniques mais pas de forger ne savait pas à quoi servait ce cylindre. Il s’approcha et l’antique guerrier se retourna.
-As-tu des questions ? Quelque chose t’empêche t-il de te concentrer ?
Ses paroles étaient étrange. Ral aurait plutôt dit : quelque chose te tracasse t-il ? Mais il était venu pour autre chose. Il se demandait ce qu’était ces vapeur bleutées, sortant de l’armure que le chevalier portait.
-Effectivement, j’ai quelques questions. Qui êtes vous ? Ou plutôt qu’êtes vous ? Je sens en vous beaucoup d’expérience et de sagesse. Autant, voir plus qu’un Turaga.
-Je ne suis plus que l’ombre de moi même.
Ral ne comprenait pas.
-Non, je veux dire êtes vous un toa, une race que je connais ou que dont je n’ai jamais entendu parler.
-Je suis un toa…Non ! Je ne suis pas un toa. Je ne suis plus que l’ombre d’un toa.
Ral fut étonné. Il pensait avoir compris mais n’étais pas sur. Il entraîna le toa à l’écart de tout être pouvant les entendre.
-Vous voulez dire que vous….

Ernax arriva à Ga-nera. Il fut bien accueillit par les habitants. Il apprit qu’il y avait eu une attaque et qu’un toa les avait sauvés. De plus en plus de monde arrivait sur cette petit île perdu au beau milieu de l’océan. Bien il sut assez vite où logeait ce « toa ». Il n’y croyait pas trop. Shaza avait été envoyée ici par une puissante organisation. Que pouvait bien faire un toa ici. Tous les toas protégeant l’île s’étaient sacrifiés. Il se rendit à la demeure du toa : à l’hopital. Bien vite, il arriva devant la chambre du sauveur de Ga-nera. Il ouvrit la porte et à sa plus grand surprise, découvrit un toa. Un vrai.
-Qui…qui êtes vous ? demanda celui-ci.
Il brandissait une étrange épée.
-Ne vous inquiétez pas, répondit Eranx, je suis un des protecteurs de cette île.
Il baissa son épée.
-Quel est votre nom ?
-Je me nomme Ernax et vous ?
-On m’appelle Torahk.
-Je suis heureux de faire votre connaissance. On m’a dit que vous avez sauvé cette ville.
-C’est exact, répondit le toa.
-J’aurais quelques questions à vous poser. Quel était votre ennemis et comment l’avez vous tuer.
Il lui raconta tout.
-Comment pouvez vous ne pas connaître les matorans alors que vous êtes un toa ? Pour être un toa, il faut d’abord êtres un matoran .
-Je…je ne sais pas. J’ai toujours vécu dans un monde rempli de guerre. J’ai toujours été comme ça et j’ai toujours vécu sur une île en guerre se nommant Era-nui. Deux factions sont opposés. Le seule chose permettant de nous différencier est le foulard que nous portons. Il y a deux nombreuses races faisaient parti de cette guerre. Mon camp avait un foulard rouge alors que nos adversaires en portaient un vert. Lors de ma dernière mission, j’ai dut prendre un bateau mais il a été attaqué et coulé. Je me suis réveillé sur cette plage. Je n’ai que très peu de souvenirs mais vous m’avez l’air de défendre une bonne cause. Les autres sont mauvais, ils méritent d’être tués. Attaquer un village sans arme et qui procure des soin est la pire des hérésies.
-Je vous l’accorde.
A ce moment, la porte s’ouvrit et une ga-matoran entra.
-Je viens prendre de tes nouv…Je dérange peut être ?
-Non, répondit le toa. Voici Dernia. C’est elle qui m’a sauvé. Voici Ernax, il protège cette île.
-Alors vous êtes un des héros ?!!!
-Je ne suis pas un héros, rétorqua la bête. Je ne suis qu’un protecteur. Je n’aime pas le terme héros.


Dernière édition par Reildar le Lun 1 Nov - 12:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irax

avatar

Ambianceur Confirmé
Ambianceur Confirmé

Masculin Age : 23
Messages : 802
Inscrit le : 01/03/2009
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Lun 1 Nov - 12:11

Très intéressant, mais fait attention a la présentation, a la première il y a un tiret, j'ai cru que tu commençait par un dialogue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/le-blog-d-irax-f67/
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Lun 1 Nov - 12:26

Je n'avais pas vu. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Du7734

avatar

Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS
Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS

Masculin Age : 21
Messages : 7527
Inscrit le : 06/06/2010
Pays : ChomeurLand

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Lun 1 Nov - 12:36

je trouve que tu a une graine décrivain^^ l'histoire devient en plus en plus intrigante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/f119-le-blog-de-du7734 http://www.brickshelf.com/cgi-bin/gallery.cgi?m=Geek7734
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Dim 20 Fév - 12:12

Vous avez crus que j'avais arrêter ma fic ? Et bien non, je reviens avec le 16eme chapitre. Je n'ai pas eu le temps d'écrire à cause de mon emploi du temps mais j'écrit toujours. Ce chapitre eszt un peu spéciale. Bonne lecture à tous!

Chapitre 16


Un kikhanalo arriva en trombe à Ta-nera. Il arriva si vite qu’il trébucha et envoya voler son cavalier. Il frappa un mur avec force. Il s’écrasa au sol inconscient. Les matorans présents portèrent le cavalier pour le mettre dans un endroit où il pourrait se reposer tandis que d’autres cherchaient Ral ou Frostal. Les matorans forgeaient de nouvelles armes. De nouveaux canons étaient créés. Toute la cité frémissait d’angoisse. Cela faisait tellement longtemps qu’il n’y avait eu de guerres sur cette petite île paisible. Pourquoi fallait-il que cette paix soit rompu ? Et surtout, qui voulait la rompre ? Les matorans se posaient beaucoup de questions. Ils avaient peur. Ils ne voulaient pas mourir mais leurs ennemis étaient nombreux. Plusieurs villages avaient été détruits. Ta-nera avait été attaqué plusieurs fois mais beaucoup étaient mort lors de ces assauts. Les seules cités restantes étaient Ta-nera, Ga-nera, Onu-nera et Po-nera. Enfin peut être pas cette dernière. Il y avait une rumeur comme quoi un messager de cette ville était arrivé en trombe aujourd’hui. Personne ne savait vraiment.
Ral marchait vite dans la cité. Il fallait qu’il aille voir le messager et qu’il construise des armes à feu. Il n’avait jamais essayé mais il était le plus doué de son village. Il y arriverait surement. Il s’arrêta devant une porte. Il se baissa et entra. Le messager était là. Il se tenait la tête. Il regarda longuement Ral avant de dire ;
-Po-nera est attaqué…J’ai réussi à m’enfuir. Il faut appeler les renforts.
-Je ferai ce que je peux.
Ral sortit. Frostal l’attendait.
-Je vais aller à ce village, dit l’antique guerrier, Ernax est peut être déjà là bas.
Ral opina. Frostal lui tourna le dos et partit.

Ga-nera était proie à une fusillade. La créature que Torahk avait tué était de nouveaux là. Mais elle était nombreuse. Ils étaient tous pareils. Ils avaient tous les mêmes aptitudes. Ils étaient tous du même niveau. Il y avai déjà eu pas mal de morts. Tohrak bouillonnait intérieurement. Il détestait qu’on s’en prenne à des médecins. Il sortit de sa cachette et fonça vers une autre. Il fut visé. Des coups de feu retentirent. Il était de nouveau caché. Ils ne l’avaient pas eu. Il n’était pas faible et eux non plus. Ernax se redressa. Deux deux leurs ennemis le visèrent. Il brandit son énorme hache et la jeta de toutes ses forces. Ils se cachèrent derrière le rocher. Mais leur protection fut balayé, et eux aussi. Ernax courut et récupéra son arme. Il se servit de la lame comme d’un bouclier. Il fonça vers son adversaire. Celui-ci bondit. Ernax l’attrapa au vol. Il l’écrasa à terre de toutes ses forces. Il s’écarta rapidement alors que le cadavre explosait. C’était un vrai champs de bataille. La ville était en train d’ëtre évacuée.
Assis, sur le plus grande tour de Ga-nera, se trouvait un être, entièrement encapuchonné. On ne voyait qu’un seul œil luire dans sa capuche. Il souriait.
Allez-y mes petits,, amusez vous.

Orph attendait. Il était caché. Il attendait. Il avait suivit son instinct. Il ne savait pas ce qu’il attendait mais il attendrait autant de temps qu’il le faudrait. Il n’était pas du genre à ne pas écouter son instinct. Il trouverait cette ville enfouit. La journée passa. Il n’avait pas fermé l’œil une seule fois. Il n’avait pas besoin de dormir. Il ne le pouvais plus. Pour passer le temps, il pouvait entrer en une sorte de transe. Le temps passerait alors plus vite mais il ne se souviendrais pas de tout. Il s’ennuyait à mourir. Il ne le savait pas mais il resterait ici encore longtemps.

Scyllia marchait courait dans la cité. Personne n’était capable de dire où se trouvait Ral et Frostal. Elle savait qu’Ernax était partit. Shaza avait encore besoin de se reposer. Elle s’arrêta plusieurs fois pour demander à des matorans s’il n’avait vu Ral ou Frostal. Elle appris bien vite que l’antique guerrier était partit mais personne ne savait où était Ral. Tant pis. Elle mit la cité en état d’alerte. Un rahi volant lui avait rapporté qu’une armée était en marche vers Ta-nera. Les Canons furent mit sur les remparts. Chaque matoran avait une arme. Les portes se refermèrent. De véritables bataillons se constituèrent. Des défenses furent mises en place. Ils allait être assiégés. La nourriture fut stockée. Cela durerait surement plusieurs jours. Elle ne connaissait pas le nombre d’ennemis mais une chose était sure : ils étaient en surnombre. Elle fit consolider les bâtiment principaux. Ils disposait de deux jours environs avant l’attaque.
Ral n’entendit rien. Il était bien trop occupé. Une arme à feu était quelque chose de si étrange pour lui. Il avait appris que son île avait une technologie bien plus ancienne que celle des continents. Il avait appris ce qu’était une arme à feu ou un char d’assaut. Il connaissait l’artillerie. Ce qu’il y avait de plus technologique, sur cette île, était le canon. Il soupira. Il en était à son trente deuxième essaie. Il n’abandonnerais pas. C’était un véritable défi mais il y arriverai.
Des éclaireurs sortaient sur des montures pour aller chercher le plus de vivres possibles. Scyllia plaça quelques piège, se servant de son talent avec la nature.

Ernax décapita le dernier ennemi et s’éloigna de la dépouille qui explosa peu après. Les ga-matorans se dirigeaient vers Ta-nera. Ils constituaient une longue colonne. Ils étaient escortés par deux guerriers. Ils étaient leur seule protection. Ils marchaient aussi vite qu’il le pouvaient. L’être encapuchonné rit. Il n’en attendait pas moins d’eux. Il se leva et se mit à parler dans un dialecte étrange. Il parlait vite est pendant longtemps. Lorsqu’il termina sa longue et interminable phrase, un portail s’ouvrit devant lui. Des éclairs violet crépitaient tout autour du portails. Ils finirent par tous se rejoindre. L’être avança. Il traversa les éclairs qui s’accrochaient à lui. Il disparut dans le néant du portail. Celui-ci se referma d’un coup. C’était comme s’il n’avait jamais été là.

Frostal avançait vite malgré sa lourde armure. C’était comme si elle ne pesait rien. Il ne courait pas. Il marchait. Il marchait très vite. C’était quelque chose d’incroyable. Voir quelqu’un marcher aussi vite. C’était comme si un être normal courait. Pas à pleine vitesse mais c’était une méthode très peu fatigante. Il serait bientôt à Po-nera. La fumée bleutée, qui se dégageait, de lui le rendait sinistre. Jadis il avait protéger cette île de tout mal. Et aujourd’hui, il s’était réveillé pour recommencer. Cette île avait connu une période de calme. Un très longue période où cette île avait été laissée tranquille. Elle avait finit par être oubliée. Le mal qui l’habitait en a profité pour ressurgir des entrailles de la terre. Il était le seul encore en vie qui ait connu ce mal. Cela remontait à longtemps, lorsqu’il n’était qu’un simple toa du fer. Il n’était pas le seul protecteur de cette île. Il y avait aussi les Garneils. Des créature semi animale. Ils étaient des sortes de toas mutés. Ils n’avaient pas de pouvoirs. Selon le rahi avec lequel ils étaient croisés, ils avaient différentes aptitudes. Ils devaient être une douzaines dans toutes l’îles. Ils parlaient leur propre dialecte mais ils protégeaient les matorans. Frostal était le seul toa de l’île. Il était un toa puissant, très puissant. A l’époque, il n’avait pas encore cette lourde armure. Il se battait avec une épée à deux mains et c’était tout. Son kanohi avait le pouvoir de rendre liquide les matières solides comme la roche ou le métal. Il ne pouvait pas rendre liquide quelque chose de vivant. Ce pouvoir de pouvait pas tuer directement. Ce n’était pas grave, il s’en servait autrement. Tout se passait bien sur cette île. Il n’y avait pas grand-chose à signaler. Pourtant , un beau jour ou plutôt lors d’une nuit, un petit météore qui avait pour diamètre un toa, s’écrasa sur cette île. Personne n’y avait prêté attention jusqu’au jour où un matoran retrouva le météore. Il était fendu en deux et l’intérieur était creux. Il y avait donc eu quelque chose à l’intérieur. Certains n’en étaient pas sur. Frostal avait appeler des renforts, juste par précaution. Il avait bien fait car quelques jours après, les Garneils devinrent fous. Ils avaient été corrompus. Il attaquèrent les villages justes au moment où une troupe de dix toas arriva sur l’île. La bataille fut sanglante. Même sans pouvoirs, les Garneils valaient bien les toas au combat. Frostal était très puissant et s’était en parti grâce à lui que les Ganeils avaient été tués. Il se servait du pouvoir de son masque pour faire fondre du métal puis de son pouvoir élémentaire pour lui donner la forme qu’il voulut et le solidifier. Il pouvait donc envoyer des petits pics de métal où encore ligoter un ennemis avec. Les douze Garneils avait été tués. C’était la fin de cette race qui vivait depuis si longtemps. Ils étaient les derniers et ils avaient été tués. La forêt pris soudainement feu quelques jours après. Et, chose incroyable, le feu s’éteint seul. Frostal soupçonnait qu’une entité vivait ici. Il ne fit jamais part aux autres de cette pensée. Il valait mieux ne pas les affoler. Quelques jours plus tard, une énorme créature de pierre se dégagea des flancs de la montagne. Elle faisait bien la moitié de cette énorme masse de roche. Ce qui restait de la montagne s’écroula. Le géant de pierre pris la direction de la mer et disparut aux yeux de tous. Pendant les jours qui suivirent, il y eu comme une sorte de bataille dans l’océan. Des gerbes d’eaux étaient soulevée, des vague de xi mètres s’écrasaient sur l’île. La terre tremblait. Il semblait que ce soit une bataille entre deux titans. Tout finit par se calmer. Certains ko-matorans dirent qu’ils avaient vu, au plus haut des montagnes enneigés, une monstrueuse créature de glace. Ils disaient que la nuit, elle sortait de sa cachette et rugissait. Le son se répercutait dans toutes les montagnes, provoquant des avalanches. Ensuite ce fut au tour du volcan de Ta-nera. Il n’en trait pas en éruption pourtant des gerbes de lave étaient projetés, haut dans le ciel. Tout les éléments finirent par se calmer. Laissant l’île dans u faux repos. Frostal décida de rechercher le mal de hantait cette île pendant cette période de calme. Ils n’étaient plus que sept toas. Ils mirent un bout de temps avant de trouver l’origine de ce mal. Dans une grotte, u=au fin fond des montagnes enneiges, se trouvait la créature issue du météore. C’était un être perfide et puissant. Devant les sept gardiens se tenait un makuta. Il était grand et ressemblait à un démon. Il avait deux cornes qui partaient vers l’arrière ainsi que deux énorme ailes. Ses pieds et ses doigts étaient griffus. Il ressemblait vraiment à une créatures issue des pires cauchemars des toas. La bataille fut longue et seul Frostal rentra. Il était le seul à savoir ce qui s’était passé là bas. Il était le seul à savoir ce qu’il était advenu du makuta. Il était le seul à savoir que c’était un makuta. Il était le seul à savoir que ce mal se nommait Ragnor. Il était aussi mortellement blessé. Il tomba devant une armure, la toucha de sa main gauche. Ses yeux se fermèrent et…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Du7734

avatar

Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS
Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS

Masculin Age : 21
Messages : 7527
Inscrit le : 06/06/2010
Pays : ChomeurLand

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Mer 2 Mar - 14:05

très bon chapitre, mais fait gaffe au faute de frape:
Citation :
u=au fin fond des
.
Je savais que tu n'arrêterais pas ta fic', j'accroche vraiment bien à l'histoire Wink .Moi, je ne te cache pas que j'ai laissé tombé ma fic', pourtant j'étais à la fin de la saison 1 et j'avais prévu et écrit la saison 2, mais il n'y avait plus que talon qui la lisait, alors j'ai arrêté...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/f119-le-blog-de-du7734 http://www.brickshelf.com/cgi-bin/gallery.cgi?m=Geek7734
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Lun 7 Mar - 18:29

je la lisait toujours




Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Jeu 28 Avr - 14:17

Voici un nouveau chapitre:

Chapitre 17

Scyllia était sur le chemin de ronde. Elle guettait. Elle ne voulait pas que cette ville soit détruite. Elle devrait surement aller voir les autres pour leur demander de l’aide. Elle soupira. Elle n’aimait pas Enian. Elle était incapable, physiquement, de trouver Kell. Ouros passait son temps à se cacher. Et Irla ainsi que Trenk se trouvaient au même endroit et cet endroit était très éloigné. Elle soupira de nouveau. Elle était bloquée ici et ne pouvait aller chercher de l’aide. Le plus près était Enian. Elle n’avait aucune envie d’aller le voir et c’était très dangereux pour elle. Elle leva la tête et regarda les étoiles. C’était une nuit calme, très calme. Une main se posa sur son épaule. Elle se retourna et vit Shaza. Elle ne l’avait jamais vu en face. La toa de foudre prit la parole.
-Je vous remercie. Sans vous, je serai morte à l’heure qu’il est.
-Ce n’est rien, répondit la femme plante, mais vous devriez vous reposer.
-Marcher n’a jamais fait de mal à personne.
Shaza vit que Scyllia n’allait pas très bien.
-Qu’avez-vous ?
-Rien…Enfin si. La ville va se faire attaquer et je ne peux la défendre… Je pourrais aller chercher de l’aide mais je ne pourrais défendre la cité. De plus, je risque d’y laisser ma vie et je n’en ai aucune envie.
-Je pourrais aller chercher cette aide.
-Non ! Shaza, c’est trop dangereux et dans ton état…
-Justement, dans mon état, je ne peux protéger cette cité. J’ai envie d’être utile. Je ne peux rester là les bras croisés. C’est insupportable pour moi.
-Je comprend… Va au volcan et descend l’intérieur. Tu devras bien chercher et trouver un escalier. Les marches son peu larges. Si tu fais un faux pas, tu tomberas dans le bassin de lave. Une fois arriver en bas, tu arriveras au niveau du bassin de lave. Tu t’en approchera et tu diras : Enian, c’est Scyllia qui m’envoie. Tu devras ensuite attendre qu’il apparaisse et lui demander son aide. N’hésite pas à le supplier même si c’est déshonorant.
La toa hocha lla tête et partit. Elle avait quelqu’un à trouver. Scyllia se remit à regarder au loin, attendant cette armée.

Ral avait déjà créer plein d’a rmes différentes. Ce n’étaient que des prototypes et ils avaient plus de chance d’exploser dans les mains de l’utilisateur que de tirer. Il était tout de même assez fière de ses créations. Il sortit prendre un peu l’air. Il était rester confiné beaucoup trop longtemps. Il vit qua la cité était en branle bas de combat. Il devait trouver Scyllia. Il ne savait pas ce qu’il se passait.

Tohrak et Ernax escortait les Ga-matoran. Il y avait toujours un grand danger sur l’île. Tohrak était pensif. Retrouverait il un jour les siens. Il ne le savait pas. Il espérait. Il devait aider les siens. Mais il était bloqué ici parce qu’il s’était engagé dans un nouveau combat. Il marchait tranquillement, son épée à porté de main. Il remarque qu’Ernax n’avait pas lâcher sa hache. Elle était vraiment énorme. Jamais il n’aurait su la porter. Intérieurement, il adimirait Ernax pour sa force et son calme. Jamais il ne faisait une action de travers. Il soupira. Jamais il ne serait comme lui. Il serait toujours fougueux et intrépide. Les rahi volant s’envolèrent tous d’un coup. Quelque chose approchait. Deux yeux se mirent à luire dans le noir. Une grande masse sombre approchait. Qu’était ce ? Ou plutôt qui était ce ?

Frostal était à Po-nera. La ville était déserte. Il n’y avait aucun habitant, juste des cadavres. Rien d’autre. Certains bâtiments étaient en ruines. C’était une brute qui avait fait ça. La plupart des corps étaient tranchés en deux. C’était une longue et lourde lame qui avait fait ça. Il se pencha et toucha le sable. Il en prit une poignée et l’huma. Il n’avait plus de nez mais il possédait toujours cette faculté. Il ne sentit que l’ombre. Une ombre qu’il avait déjà sentit auparavant. Il se retourna et vit une silhouette, émergé de l’ombre d’un bâtiment. Il ne sentait pas sa présence. Cette personne n’avait aucune aura, aucune agressivité. A sa démarche, il reconnut que c’était une femme. Elle s’approcha. Il vit qu’elle tenait deux dagues. Ce n’était pas elle qui avait commis tous ces meurtres. Elle avait une allure reptilienne. Frostal se mit en garde. Elle s’approcha de lui et dit d’une voix douce et mélodieuse :
-Je suis sure que tu connais Ral. Pourrais tu lui dire qu’une dénommé Night l’attend Ici.
Frostal ne bougea pas. Il voulait finir ce combat en un coup. Ce serait moins fatiguant. De plus, il savait son adversaire très puissante. Elle rangea lentement ses dague avant d’ajouter :
-Je ne t’attaquerait pas. Je veux la voir, lui et uniquement lui.
Frostal se remit droit. Il n’avait pas l’habitude de combattre les femmes. De plus cella là n’en voulait pas à sa vie. Il répondit d’une voix glaciale :
-Je lui dirait mais en échange, me diras tu où est celui qui a détruit ce village ?
Elle sourit et dit :
-Il se cache au niveau de la clairière, près des mines désaffectées.
Il savait qu’elle disait la vérité.
Il partit. Il allait tuer celui qui avait osé décimer ce village. Il savait où étaient les mines. Mais de son temps, elles étaient encore en activité en non désaffectés.
Un bruit se fit entendre. Scyllia vit une énorme quantité de bohrok ainsi que de créature volante. Les ennemis arrivaient masse. La bataille allait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Sam 30 Avr - 20:53

Personne ne semble lire (soupir). Tant pis, je continuerai cette fic' encore quelques temps et s'il n'y a toujours pas de commentaires, je l'arrêterai.

Chapitre 18

L’être était vraiment immense. Il était plus grand qu’Ernax. Deux yeux vert luisaient bien fort dans l’obscurité. Ernax se mit en garde tandis que Tohrak visait l’être de son épée. L’inconnu fit encore un pas, sortant de l’obscurité. Il avait une allure reptilienne. C’était une masse de muscle. Son armure avait l’air résistante. Une crête métallique verte parcourait son échine. Son bras gauche était métallique. Il était de couleur vert et gris. Il avait un canon sur l’épaule droite. Une queue finissant par des lames s’agitait derrière lui. Il avança encore d’un pas. Il vit que les deux protecteurs avaient une expression menaçante. Il dit d’une voix enroué et faible :
-Je ne suis pas ici pour chercher querelle. Je ne fais que passer.
Ils furent tous deux surpris de ce qu’avais dit cette chose.
-Etes vous à l’origine des problèmes sur cette île ? demanda Tohrak.
Il connaissait déjà la réponse de la créature. Qui aurait répondu « oui » alors qu’il est menacer ?
-Pas encore…
Ce fut la réponse qu’il donna. Ernax réagit immédiatement. Il fonça sur le colosse. Il brandit sa hache à deux mains et l’abattit de toutes ses forces. L’être vert et gris attrapa la lame par le tranchant avec sa main métallique. Il avait paré le coup sans broncher. Toht=rak allait aider Ernax mais celui-ci lui dit :
-Escorte les matorans, il n’st peut être pas seul.
Tohrak se résigna. Il partit avec les matorans qui fuyait. Seule Dernia était restée près de lui. Le colosse repoussa Ernax comme s’il ‘était qu’un enfant.
-Pars, lui dit-il, je te poursuivrait pas.
-Jamais ! répondit la bête. Je ne te permettrais pas de faire
du mal à cette île où aux habitants !
Le colosse soupira.
-Je me nomme Sarkan. C’est le dernier nom que tu vas entendre.
Ernax donna un coup lattéral de sa hache. Sarkan le bloqua de la même manière. Ernax recukla. Le colosse brandit son poing. Des mini propulseurs, fixés sur le dos de sa main, rugirent. Le coup fut extrêmement violent et Ernax n’eut ni le temps de le parer, ni le temps de l’esquiver. Il fut touché en plein poitrine et vola. Il resta en l’air sur dix mètres et il glissa encore sur cinq mètres. Sarkan l’avait envoyé comme s’il ne pesait rien. Sa force était prodigieuse. Alors qu’Ernax tentait de se relever, le gueule du canon se mit à devenir bleue. Une vive lumière bleue éclairait les alentours. Il y eut un sifflement et Ernax vit un rayon lui traverser le corps. La résistance de son armure n’avait rien changer. Sarkan fit demi tout, partant là où il en avait envie. Il murmura pour lui-même :
-Je t’avais prévenu…
Un main griffue se posa violement à terre. Elle fut suivie d’une deuxième. Des muscles se contractèrent. Un corps se souleva. Un genoux fut posé à terre, suivit d’un pied. Un autre se posa lui aussi. Une queue fouetta l’air. Un être se releva. Une hache resta à terre. Il essuya le sang coulant par sa bouche. Il voyait tout autour de lui. Il percevait chaque détail. Il ne voyait pas, il ressentait. Tout apparaissait nettement. Il vit Sarkan qui se retournait.
-Tu aurais mieux fait de rester couché. A quoi cela te sert-il de jour les héros ?
-Je ne suis pas un héros, rétorqua Ernax, je suis un protecteur. Le rôle d’un protecteur et de se sacrifier pour sauver les autres. Je les défendrais jusqu’au péril de ma vie ! Il y a bien longtemps que j’ai pris cette résolution !
Il était droit et fier. Il ne se souciait pas de ses blessures. Il avait un trou de dix centimètres de diamètres dans le torse. Un de ses poumons était perforé. Pour tant, il restait droit, ne paraissant pas souffrir de ses blessures.
-Très bien, répondit Sarkan.
Ernax se mit en position de course. Pour lui, toutes les réponses se trouvaient dans la vitesse.
J’ai faillis oublier qui je suis.
Ses muscles se contractèrent. Il grogna. Tout ce détendit d’un coup. Il partit une vitesse folle. Les réacteurs sur le mains de Sarkan s’activèrent. Ils rugirent.
-Viens, je t’attend.
Le canon émit une lumière bleutée. Il tira. Ernax ne chercha pas à esquiver. Il ne devait pas perdre de vitesse. Le rayon le traversa une nouvelle fois. Il avait un nouveau trou dans son armure. Il était résolu à mourir. Sarkan était en position de combat. Ernax était à porter les deux frappèrent en même temps. Les deux furent touchés. Un colosse vola et s’écrasa plus loin pour ensuite essayer de se relever mais ne spas y arriver. Ses forces le quittèrent et il sombra.

Ses pas résonnaient sur le palais. Il ne cherchait plus à trouver Scyllia mais plutôt à trouver un moyen de défendre correctement la cité. Un escadron de créatures volantes passèrent devant lui. Elles étaient noires et visqueuses. Il invoqua son pourvoir élémentaire. Des pics de glace volèrent, faisant s’écrouler les ennemis. D’autres piquèrent sur lui. Il créa un pilier de glace. Ils durent se séparer. Il créa une passerelle de glace qui l’amena jusqu’au toit. Il sauta, tourbillonna et en tua deux autres. Un disque tranchant de glace en décapita un. Les matorans se battaient comme ils le pouvaient. Les bohroks étaient bloqués. Il ne savait pas par quoi. Il avait énormément progressé depuis qu’il était devenu un protecteur. Il vit une ombre voler dans le ciel. Il savait à qui elle appartenait mais il n’en avait pas encore le temps. Il ne devait pas s’abandonner à la vengeance. Il avait blessé une amie à cause de cela. Il ne le ferai plus jamais. Il déchaînait toute sa puissance élémentaire contre ses assaillant qui étaient très nombreux. Il avançait dans la cité, ne laissant que des mort derrière lui. Il activa la fonction de son œil mécanique et fit un zoom sur l’ombre.
C’est bien lui.
Il posa sa main, surmontée de griffes, au sol. Il ferma les yeux. Il voyait toute la cité et un peu les alentours. Des plantes retenaient les bohroks. Des plantes plutôt agressives. Il voyait chaque combat. Il voyait Scyllia. Il ouvrit les yeux. Cela lui prenait beaucoup d’énergie. Il était sur que s’il tuait le chef de cette armée, elle ferait marche arrière. Medghath de lui échapperait pas.

Shaza courait sur la pente du volcan. Il fallait qu’elle fasse vite. Elle voyait la ville, assiégée. Elle ne tiendrait pas longtemps face au nombre d’assaillant. Elle se demandait d’où pouvait provenir autant de créature. Cela restait un mystère. Elle était arrivée au cratère. Elle regarda. ‘était haut. Elle pouvait presque voir le bassin de lave. Elle fit le tour du cratère et descendit la pente, qui était de l’autre côté. Elle trouva une entrée, mal dissimulée par les buissons. Elle entra. Il faisait un peu chaud. Mais pas grand-chose de plus qu’à l’extérieur. Elle progressa jusqu’à se trouver dans une salle. Elle était vide. Elle continua. Elle avait l’impression que quel’un la regardait. Elle se retourna brusquement. Rien. Il n’y avait rien. Elle quitta la salle. Un petit œil de feu sortit de sa cachette qui était une fente dans le mur. Elle se retrouva face au vide. Elle pouvait clairement voir le bassin. La chaleur remontait. Etait toujours supportable. Elle ne voyait pas l’escalier. Elle vit qu’elle était un peu en avant par rapport au mur composant le cratère. S’agrippant à la paroi, elle se pencha sur le côté et vit l’escalier, deux mètres plus loin. Elle prit son courage à deux mains et s’aidant de la paroi, se jeta dans le vite. Elle alors le petit rebord qu’elle aurait put utiliser pour accéder à l’escalier. Ses pieds touchèrent l’escalier, elle buta contre le mur, fut déséquilibrée vers l’arrière. Elle allait tomber. Elle réagit plus vite que l’éclair. Elle prit un de ses griffes et la planta dans le mur naturel du volcan. Elle se remit sur l’escalier. Elle regardait bien où elle mettait les pieds. Plus elle descendait, plus elle avait chaud. Elle arriva au bassin sans encombre. Elle récita le phrase que Scyllia lui avait demander de dire :
-Enian, c’est Scyllia qui m’envoie quérir votre aide.
Elle vit qu’il n’y avait aucune réponde. Elle se mit à genoux, se courba et ajouta :
-Je vous en supplie, nous avons besoin de votre aide maintenant plus que jamais.
La lave dans le bassin remua…

Orph attendait toujours. Cela faisait longtemps qu’il était là. Il y resterait le temps qu’il faudrait sauf si le maître l’appelait. Il se demandait ce que faisait les autres. S’amusaient ils bien. Il n’avait rien à faire ici. Lui qui était plutôt joueur et casse-pieds s’ennuyait à mourir ici, bien qu’il soit déjà mort.

Frostal allait aussi vite qu’il le pouvait. Il devait rejoindre Ta-nera. Il savait que sa cité était attaquée. Il partageait un lien unique avec elle. Il ressentait la peur, la souffrance, le chaos. Il n’hésiterait pas à ce sacrifier une nouvelle fois pour sauver cette île. Cette île devait être en paix. Il avait l’impression que personne ne comprenait. Il continua sa marche effrénée à travers la végétation. Il ne devait pas arriver trop tard.

Tohrak se demandait où était passé Ernax. Il ne revenait pas. Avait-il été vaincu ? Il espérait que non. Il ne voulait pas être seul poiur affronter la créature. Il s’approcha de Dernia et lui dit :
-Guide ton peuple jusqu’à Ta-nera. Reste à l’abri des ennuis.
-Où vas-tu ?
-Le chercher.
Il partit en courant.
Je suis désolé. Je devrai rester avec eux mais je ne peux abandonner un héros !

Scyllia avait retenu les bohroks assez longtemps. Elle en avait même tué un bon nombre. Mais ce n’avait pas été suffisant. Les portes avaient été abattues. Le chaos régnait dans la cité. Elle espérait qu’Enian répondrait à son appelle. Il aimait bien la taquiner. Elle soupira. Une lian étrangla un créature ailée alors que d’autres démembrèrent un bohrok. Ils étaient plus nombreux que ce qu’elle pensait. Elle avait l’air d’une reine au milieu de ce champs de bataille. On pouvait dire qu’elle l’était. Elle était digne et aucun ennemi n’arrivait à l’approcher. Pourtant, elle était loin d’avoir toutes ses forces.




Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryooo

avatar

Légende
Légende

Masculin Age : 25
Messages : 7547
Inscrit le : 30/08/2008
Pays : France

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Dim 1 Mai - 0:20

Wow Bons derniers chapitres ^^ Désolé Reil' si je n'ai pas pu la lire avant ce soir ! Mais j'aime bien ce que tu écris ! C'est sympa ! Franchement j'aime bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bionicle-rpg-destin.forumactif.org/forum http://www.bionifigs.com/f139-le-blog-de-talon
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Dim 1 Mai - 0:23

Merci. Content qu'il y ait un commentaire. comme ça je vois que certains lisent ma fic' et je continue pour eux. Au fait, c'est un peu hors-sujet mais tu a as arrêter ta fic' sur Kolis ?




Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryooo

avatar

Légende
Légende

Masculin Age : 25
Messages : 7547
Inscrit le : 30/08/2008
Pays : France

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Dim 1 Mai - 0:28

Non je n'ai pas eut le temps de continue ma fic ^^..dsl ^^
En tout cas je lis la tienne ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bionicle-rpg-destin.forumactif.org/forum http://www.bionifigs.com/f139-le-blog-de-talon
Du7734

avatar

Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS
Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS

Masculin Age : 21
Messages : 7527
Inscrit le : 06/06/2010
Pays : ChomeurLand

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Dim 1 Mai - 9:07

Désolé pour le retard, avec mon opération des dents de sagesses, je ne peut être tout le temps actifs, sinon ce sont de bon chapitre bien simpatoche: continu comme ça.



« Je vous condamne à votre sort – une vie dans l'univers que vous et vos semblables avez faits. »
— Tren Krom, Fédération de la Crainte —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/f119-le-blog-de-du7734 http://www.brickshelf.com/cgi-bin/gallery.cgi?m=Geek7734
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Dim 1 Mai - 18:40

Chapitre 19


Au niveau de l’espace, les grand être regardaient. Ils voyaient cette petit île en proie à un grand chaos. Enfin, ils ne la voyaient pas vraiment. Ils avaient d’autres préoccupations. Ils ne voyaient pas qu’un grand mal se servaient de cette île pour germer. Ils n’avaient put empêcher sa première apparition et ne faisaient rien pour son renouveau. Les habitants de l’île devraient se débrouiller seuls.

Ta-nera était en morceau. Les bohroks avaient forcer la porte, les créatures volantes se jetaient sur les pauvres matorans. Ral se démenait comme il le pouvait, tranchant toujours plus d’ennemis. La marée vorace ne faiblissait pas. Ral Transperça un borohk avec sa lance. Il la retira alors qu’une créature volate lui fonçait dessus. Il n’eut pas le temps de réagir. Elle le percuta. Sa lame vola. La crature le maintenait cloué au sol. Elle allait le mordre au niveau de la gorge mais un ko-matoran s’interposa. Il fonça sur le bête avec sa lance. Elle l’envoya à terre d’un coup de griffes. Ral put dégager son bras droit.
-Moi aussi j’ai des griffes !
Il poussa un cri inarticulé et planta les griffes du dos de sa main dans la gorge du monstre. Elle poussa un cri étranglé. Ral poussa le corps de côté, se releva et contempla la ville. Elle était en proie au flammes. Les bâtiments étaient détruits. Il ne restait pas grand-chose de la magnificence de la cité. Il ramassa son arme et s’approcha du Ko-matoran qui se relevait.
-Merci, lui dit il.
Il se jeta dans la mêlée. Son but était de sauver le plus de matorans. Il décapita une créature ailée. Il coupa en deux un bohrok. Il congela cinq ennemis. Un rayon rouge le toucha à l’épaule. Il ne faiblit pas. Il déploya toute sa puissance Jamais il n’avait ressentit ça. Tous les ennemis assez prêt de lui se retournèrent en sentant cette puissance. Les matorans s’enfuirent. Ils avaient bien raison. Derrière Ral se forma un immense mur de glace et de neige. Ral utilisait toute ses forces pour le faire. Il se laissait guider par son instinct. Le mur attint facilement les dix mètre de haut. Ral se retourna et planta sa lance dedans. Il se retourna vers ses ennemis et utilisa son contrôle de ma glace. Tous se dirigèrent vers luii. Le mur bacula, devenant une véritable avalanche. Une avalanche de neige et de glace. Elle s’écarta à l’endoirt où était Ral. Celui-ci récupéra sa lance. Les ennemis étaient ensevelis. Les bâtiments n’avaient pas résistés non plus. Il ne savait pas vraiment comment il avait fait cela. Il était épuisé mais il ne pouvait prendre de repos. Il continua à mener les assauts.

Scyllia écrasait ses opposants sans aucun problème Petit à petit, elle devint trop sûre d’elle. Elle ne faisait pas très attention, pensant ses ennemis faibles. Certes par rapport à elle, beaucoup l’étaient. Ses lianes tranchaient proprement les têtes, les bras, les jambes, les torses. Elle comprimait, écartelait, démembrait, tranchait, strangulait ses ennemis. Aucun ne l’avait encore approcher assez près pour la toucher et elle parait les tirs avec des murs de plantes. Elle ne voyait pas Medghath qui volait au dessus d’elle. Alors qu’elle combattait une dizaine d’ennemis en même temps, elle fonça. Dès qu’il fut derrière elle, il lâcha un laser noir. Le rayon la percuta dans le dos et elle tomba au sol. Ca la brûlait. Elle se retourna et vit Medgahth qui souriait. Il pointa sa mitrailleuse vers elle et dit :
-C’est finit pour toi. Il ta. La balle partit à toute vitesse pour percuter une lame blanche qui décrivit un arc de cercle. Megahth esquiva le coup qui aurait dut lui trancher la tête.
-Tu veux ta revanche. Tu as eu de la chance l’autre jour. Si Shaza n’avait pas été là…
-Tu la connais ? demanda Ral.
-Qu’est ce que sa peux te faire.
Sa main pourvue de griffes oranges se leva. Un rayon noir en jaillit pour se diriger vers Ral. Celui-ci garda son sang froid.
Calme, je dois rester calme…
Il insuffla l’énergie du givre dans sa lame. Il frappa le rayon qui se coupa en deux. Son ennemi prit son envol. Il le visa avec sa mitrailleuse. Elle se mit à tourner et les balles jaillirent. Ral courait, évitant cette grêle mortelle. Il se protégea avec un bouclier de glace. Sa lame blanche fit un arc de cercle dans le ciel. Une lame de glace, semblable à un boomerang fonça vers l’ennemi muni d’ailes. Celui-ci l’évita aisément.
-Que crois tu petit ?! Que tu peux me vaincre ?! tu es faible ! cria Meghath.
-Toi aussi tu l’es, dit Ral entre ses dents.
Medghath n’avais pas entendu. Il se mit en boule et l’énergie noire de l’ombre forma une sorte de coquille autour de lui. Un rayon givrant percuta la carapace qui ne broncha. Pas. Ral ne savait pas quoi faire. La coquille se brisa d’un coup, libérant des dizaine de tentacules d’ombres. Ral essaye de les esquiver mais il y en avait trop. A chaque fois qu’elles touchaient quelques chose, elles disparaissaient. C’était une véritable pluie. Il essaya de se protéger derrière un bouclier de glace mais celui-ci céda. L’inévitable se produisait. Tous les traits d’ombre filèrent vers Ral qui hurla de douleur mais aussi de rage. Il utilisa ses dernière force pour mettre de la glace sur sa lame. Il en mettait de plus en plus à une vitesse folle. Sa lame grandit d’un coup, fonçant sur Medghath qui fut surpris et n’eut pas le temps d’éviter. Ceux qui virent se combat de loin, virent une lame blanche et brillante s’allonger empaler un ennemi volant. Ral tomba. Sa lame de glace se brisa. Medghath avait eu de la chance. Aucun de ses organes n’avaient été touchés. Il avait le flanc transpercé. Il enleva la lame de glace qui devenait peu à peu rouge, s’imprégnant du sang. Ral ne pouvait plus bouger. La dernière attaque de Medghath l’avait mit hors de combat. Il avait mal partout. Il vit que le roi du mal allait les finir, lui et Scyllia.
Alors, c’est vraiment la fin … ?
D’un seul coup, il entendit le volcan, derrière Medghath, gronder et une boule de feu en sortit. Ral fut surpris. Medghath se retourna et vie que a coule de feu lui fonçait dessus à grande vitesse. Il allait la détruire d’un rayon mais il préféra l’esquiver. Scyllia sourit et dit :
-La voilà.
Ral se demandait de qui elle parlait. Medghath se déplaça de côté et l’être blanc vit la boule de feu modifier sa trajectoire. L’ex toa s’écrasa dans une ancienne maison. Un être mesurant enivrons un mètre soixante cinq et fait de feu regarda Medghath qui se relevait. Cet être n’avait pas de bouche. Il avait deux yeux jaunes qui brillaient. Il avait une allure de toa. Rien de bestial en lui. Juste une créature entièrement faite de feu. Il tendit sa main vers la toa corrompu. Une énorme boule de feu en jaillit. Medghath l’esquiva en s’envolant. Le bâtiment derrière lui fut réduit en cendre. L’être flamboyant dit d’une voix étrange, crépitante :
-Les airs sont mon terrain !
Medghath se prit un formidable coup de pied dans la face. Sa mâchoire craqua. De plus, il était brûlé. Il se stabilisa et dit à Ral :
-Tu peux être sur que la prochaine fois j’aurais ta peau !
Un portail apparut devant lui. Il s’y engouffra. Le portail disparut aussitôt. L’armée ennemis commençait à s’enfuir. La créature flamboyante se posa. Elle marcha jusqu’à Scyllia, ou plutôt s’arrêta à deux mètre d’elle pour éviter de la brûler. L’impératrice des plante se leva. Elle demanda :
-Où est Shaza ?
-Tu veux parler de la toa. Elle doit être en train de courir sur les pentes de volcan pour essayer d’arriver ici…
Scyllia fit encore un pas et s’arrêta.
-Merci Enian. Merci d’avoir répondu à mon appel.
-Tu crois que je fais ça gratuitement ?
Scyllia fut surprise mais elle aurait dut s’en douter. Jamais ilo n’aiderait des personne en difficultés pour rien.
-Que veux tu ?!
Sa voix était froide et tranchante. Il sourit et répondit :
-Un câlin.
La femme plante titra une tête qui fit éclater de rire Enian.
-Alors toi, tu vas me la payer !
D’un coup, La mine d’Enian devint sérieuse. Il e rigolait plus.
-Vient, il faut qu’on parle.

Tohrak courait. Il était près du lieu de combat. Il avait son épée à la main. Il vit des traces de lutte. Il continua de courir et vit une masse sombre, immobile il s’approcha et…

Medghath était agenouillé devant son seigneur.
Comment as-tu pu perdre ?
-Je suis désolé mon seigneur. Mais un nouvel arrivant s’ne est mélé.
Un nouvel arrivant ?
-Oui, un être fait de feu.
Le seigneur des ténèbres se mit à rire
Je le connais. Je comprend que tu ais perdu mais ne me déçois plus. Va retrouver les autres et dis leur de venir ici. Il va falloir que nous changions de stratégie.
-Comme vous le voudrez maître.
Il ouvrit un portail et s’engouffra dedans, laissant l’entité démonique seule.




Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Du7734

avatar

Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS
Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS

Masculin Age : 21
Messages : 7527
Inscrit le : 06/06/2010
Pays : ChomeurLand

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Lun 2 Mai - 10:56

Ce chap' est magnifique wah ! il m'a vraiment plus, avec ses scènes de combats épique wink

Dis-moi reildar, ça te plairait que je moc des persos de ta fic? tu me donne leurs descriptions physiques et je bosse deçu. T'en dis quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/f119-le-blog-de-du7734 http://www.brickshelf.com/cgi-bin/gallery.cgi?m=Geek7734
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Lun 2 Mai - 15:04

Chapitre 20

Shaza était enfin arrivée en ville. Elle rencontra Scyllia et Enian. Ils avaient un air grave, très grave. Shaza s’approcha, ils s’arrêtèrent. Elle posa juste une question :
-Où est Ral ?
-Il est à l’hôpital de fortune, près des ruines du magasin du menuisier.
Elle ne dit rien de plus et partit en courant dans cette direction. Ell ne faisait pas attention à ce qui l’entourait. Elle ne faisait pas attention au ruines des bâtiments, au cadavres ennemis, au cadavres de matorans. Elle continua sa route, allant toujours plus vite. Dans sa précipitation, elle faillit renverser un convoi de matorans. Ils transportaient des débris. Elle ses aiderait après l’avoir vu. Elle finit par arriver devant une grande tente blanche. Elle entra. Devant elle se trouvait Turaga Karava. Il la regarda. On voyait dans son regard qu’il avait perdu tout courage. Elle s’agenouilla et lui dit :
-Ne vous inquiétez pas, nous gagnerons à la fin…
Elle disait ça mais elle le croyais qu’à moitié. Il ne répondit rien.
-Comment va-t-il ?
-Il est encore en vie mais il veut à tout prix aider à la reconstruction, malgré son état…
Shaza sentit qu’il était désespéré. Elle le quitta pour aller retrouver Ral. Elle voyait des blessés, certains à l’article de la mort. Il manquait des membres à certains. Elle le trouva enfin. Son armure était noircie ou déchirée à certains endroits. Il était aussi couvert de bandage. Il essayait de se mette assis. Plus vite que l’éclair, elle mit sa main sur son front et le força à se recoucher.
-Laisse moi Shaza, je dois aller les aider.
Elle répondit du tac au tac :
-Dans ton état, tu ne feras que les gêner. Repose toi, tu ira les aider après.
-Non, je…
Elle avait un air désolé. Cela l’empêcha de finir sa phrase.
-Pour moi…s’il te plait.
-D’a…d’accord.
Elle lui fit un sourire radieux et s’en alla. Au moment où elle sortit de l’hôpital de fortune, elle vit une véritable escadron de Ga-matoran. Ils étaient tous armé d’une trousse de secours. Elle sourit. Peut qu’il y aurait moins de mort qu’elle ne le pensait. Elle continua sa route, se demandant d’où venait tous ces Ga-matoran. Elle trouva vite de quoi s’occuper l’esprit et les bras. Elle participait au déblayage des décombre. Il y avait des matorans enfouit sous tous ces gravas.

Torahk trouva la masse sombre d’Ernax, étalée à terre. Il s’en approcha, aussi vite qu’il le put. Il prit son pouls. Il battait faiblement. Il n’avait aucune compétence en médecine. Il savait juste que s’il ne faisait rien, il allait perdre son ami.

Dans la nuit, un cercle violet, luminescent, couvert de runes, apparut autour de la ville de Po-nera. La ville fut comme avalée par le cercle. Elle disparaissait petit à petit. Night était au milieu. Elle ne paraissait pas affectée par ce sortilège.Si Orph n’était pas intervenu, tout ce village aurait put le ressusciter.Elle ouvrit un portail noir et disparut à l’intérieur. Lorsqu’il se ferma, la ville avait disparut. C’était comme si elle n’avait jamais existé. Il n’y avait aucune trace d’elle.

Dernia courait, seule, à travers la forêt, une trousse de secours à la main. Elle allait aussi vite que ses petites jambes le lui permettait. Elle était exténuée mais elle continuait sa course folle.

Scyllia et Enian discuttait encore :
-Donc tu penses qu’il faut que j’aille demander, à Kell, son aide.
-Oui.
-Pourquoi ? Tu sais très bien que je ne supporte pas ce type. Pourquoi toi tu n’y va pas ?
-J’en suis physiquement incapable…
Elle détestait l’avouer mais elle ‘était plus faible que Enian dans ce domaine.
-Il y a toujours Irla et Trenk. Je n’irais pas chercher Ouros. Je n’ai pas envie de jouer à cache-cache avec lui.
-Ils sont trop loin. Tu dois y aller.
-Mais…
-Il n’y a pas de mais.
Il soupira.
-J’irais mais je te demanderais une compensation.
-Je m’en doute.
Il s’envola, se dirigeant vers Ko-nera.

Un portail s’ouvrit devant Sarkan. Un être Orange, noir et argenté en jaillit.
-Que fais-tu là Medghath ?
-Et toi ? Tu as enfin décidé de te mettre en marche ? Enfin bref, le maître veut que nous le rejoignons pour un changement de plan. Sinon, saurais-tu où se trouve Orph ? Il ne manque plus que lui.
-Pas la peine d’aller le chercher, répondit le colosse, il n’en fait qu’à sa tête. Qu’il y ait un changement de plan ne changera rien pour lui. Il vaut mieux qu’il ne soit pas au courant.
-Effectivement, je n’y avait pas penser.
Il s’engouffrèrent tous deux dans le portail encore ouvert.

Frostal s’approchait petit à petit des mines. Bientôt, il tuerait bientôt celui qui avait commis ce massacre. Il le traquerait sans relâche. De plus, Frostal n’avait pas besoin de dormir. Il le traquerait nuit et jour, pour la justice.




Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Jeu 5 Mai - 23:26

Chapitre 21

Cela faisait trois jours que l’attaque était passée. Trois longs jours de travail intense. Un travail qui continuait encore. Les gravas avaient été dégagés. Mais la reconstruction prenait beaucoup de temps. Ral était de nouveaux sur pieds, grâce aux soins, prodigués par les Ga-matorans. Grâce à eux, beaucoup avaient évité la mort. Ils étaient arrivés au bon moment. Mais le village subissait maintenant une sorte de crise. Il y avait trop d’habitants. Les habitants de trois villages étaient présents. La cité ne pouvait nourrir autant d personnes. Et l’argent ne circulait plus. En ses temps, l’argent ne devait plus être utilisé. La nourriture se donnait. Chacun avait sa ration. Ral aider à la reconstruction, avec Shaza. Scyllia faisait pousser des arbres, aussi vite qu’elle le pouvait. Tous ces arbres donnaient des fruits, mais il fallait les entretenir. La ville ne survivrait pas à beaucoup d’attaques. Encore deux ou trois et ce serait la fin. Ral essayait de ne pas penser à ça. Reconstruire des bâtiments n’était pas facile. Ral avait toujours été un inventeur. Jamais il n’avait construit de murs. Ilm comprenait mieux pourquoi maintenant. Les Le-matorans faisaient comme ils le pouvaient. Leurs habitations étaient faites de plantes et non de pierre. Ils ne savaient pas vraiment comment construire. Ils apportaient donc leur pierre à l’édifice en apportant les matériaux demandés. Ce n’était pas une tâche facile. Personne de tâches facile lors d’une reconstruction. Ce pouvait être épuisant mentalement ou physiquement mais surtout physiquement. Les pauvres matorans travaillaient jour et nuit, pour reconstruire leur cité qui avait déjà subie trois assauts de grande envergure. Beaucoup étaient morts mais il y avait encore plus d’infirmes. Certains, pour survivre, avaient dut se résoudre à abandonner un membre. Il n’y avait rien pour remplacer un bras, un main , ou un doigt. Mais les jambes étaient remplacés. S’il en maquait une, une prothèse non articulé, ressemblant à une béquille était fixée. Pour ceux qui en avaient perdu deux, un nouveau système avait été inventé. Ils étaient attachés à un fauteuil à trois roues, munies de freins. Ils pouvaient se déplacer mais pas dans une montée. Les conséquences de la guerres étaient terribles. Tant de souffrance. Qui voulait vivre ça. Qui pouvait infliger autant de mal et s’en réjouir ? Tuer, ça ne se fait pas pour le plaisir, ça se fait par nécessitée. Et encore, certains préfèrent mourir que de tuer un autre être. Tout cela était horrible.

Enian était dans les montagnes de glaces. Il ne volait plus, il était dans un véritable blizzard. Il n’y voyait rien. La neige fondait sur son passage. Elle se transformait en eau. En eau qui essayait d’éteindre ses flammes. Mais il était fait de flammes. Il ne pouvait s’éteindre comme cela. Il avançait à l’aveuglette, espérant le trouver. Il était sûr que ce blizzard était de sa conception. Il soupira. C’est vrai qu’il ne s’entendait pas bien avec Kell. Il préférait la compagnie d’Irla. Elle le comprenait. Il était encore jeune et n’avais pas le sens des responsabilités. Ce qui l’énervait le plus au monde était ce qu’il était. Du feu. Il était une masse de feu. Et il y avait beaucoup de chose, dans ce monde, capables de brûler. Il ne pouvait toucher Kelle, n’y Scyllia. Et s’il touchait Irla, il lui ferait mal et il en mourrait. Il ne pouvait toucher que Trenk et Ouros. Enfin Trenk était une véritable montagne. Il soupira . Il n(aimait pas sa vie mais il ne voulais pas mourir. C’est pour cela qu’il avait finit par être farceur et blagueur, pour avoir une vie qui lui plaisait. Il voulut s’dosser à la paroi mais elle fondit instantanément. Il se retrouva coucher, à terre, sur u sol brun, sans vie. Il se releva et continua ses recherches. Le blizzard ne faiblissait pas. Il ne pouvait voler à cause du vent qu’il y avait. Il perdrait le contrôle et irait d’écraser un peu plus loin. Il soupira.
Qu’ai je fait pour avoir une vie comme celle là ?
Il avait beaucoup de pouvoirs mais il aurait préféré ne pas être en feu. Il soupira de nouveau. Il entendit un bruit. Un bruit de pas. Il se tourna vers la direction du bruit. Il ne vit qu’une ombre à travers le blizzard.
-Kell, c’est toi, demanda Enian.
Il n’eut aucune réponse. Il pensait reconnaitre Kell au fur et à mesure qu’il se rapprochait. Alors qu’il était très près, un formidable coup de poing l’accueillit. Il fut touché en plein visage et vola s’écrasait dans de la neige qui fondit.

Ils étaient tous présents. Tous sauf Orph. L’entité maléfique ne semblait pas s’en soucier. Il s’en réjouissait même. Il était en train d’exposer son plan à ses généraux. A la fin de son long monologue, il se mit à rire. D’un rire complètement machiavélique. Night n’attendit pas une seconde de plus. Elle ouvrit un portail et disparut alors que sa création se refermait derrière elle.

Frostal était aux mines. Cela lui rappelait beaucoup de souvenirs. Il ne s’attarda pas la dessus. Il avait un monstre à tuer. Il chercha cette petite clairière. Il la trouva assez vite. Il était au beu milieu de cette clairière. Il ne voyait pas son ennemi. Lui avait-elle menti ? Non, il savait qu’elle avait dit la vérité. Il entendit un petit peu de bruit et une onde invisible le toucha au plastron, lui enfonçant l’armure. Il fut surpris par une telle force. Il vit un être reptilien se lever. Celui-ci avait l’air décomposé, non, il était décomposé. Il avait une énorme épée. Elle était aussi longue que celle de Frostal et bien plus grosse. Il la tenait d’une main , elle trainait derrière lui. Il souriait d’un sourire dément. Son autre main était énorme et griffue, très griffue. Frostal méprisait cet être par le seul fait qu’il ne respectait pas ses armes. Il se mit ezn garde alors que son ennemi dit :
-Je comprend mieux maintenant pourquoi je suis resté ici. Juste pour pouvoir te tuer. J’espère que tu en vaux la chandelle.
Il fonça sur le chevalier.

Ral était finalement retourné dans son atelier. Les matorans avaient dit vouloir enfin pouvoir se défendre. Il devait les y aider. Il avait laissé Shaza à contrecœur. Elle l’avait forcé à créer ses armes à feux. Il soupira. Et se remit à la tâche. Il avait un petit sourire sur le visage.






Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Du7734

avatar

Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS
Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS

Masculin Age : 21
Messages : 7527
Inscrit le : 06/06/2010
Pays : ChomeurLand

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Ven 6 Mai - 8:35

pauv' Toran, c'est toujours eu qui font les frais des combats...



« Je vous condamne à votre sort – une vie dans l'univers que vous et vos semblables avez faits. »
— Tren Krom, Fédération de la Crainte —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/f119-le-blog-de-du7734 http://www.brickshelf.com/cgi-bin/gallery.cgi?m=Geek7734
Ryooo

avatar

Légende
Légende

Masculin Age : 25
Messages : 7547
Inscrit le : 30/08/2008
Pays : France

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Sam 7 Mai - 9:35

C'est super bien ! Continue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bionicle-rpg-destin.forumactif.org/forum http://www.bionifigs.com/f139-le-blog-de-talon
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Mar 28 Juin - 23:36


--------------------------------------------------------------------------------

Petit chapitre un peu court mais plein d'actions.

Chapitre 22

Il se releva d’un bond. Il n’avait pas aimé. Il était en colère. La chaleur augmenta fortement autour de lui. La neige fondait à cinq mètres. Il rageait. Enian n’avait jamais aimé viser. Il se contentait de faire autrement. Son énergie flamboyante se concentra au niveau de ses mains. Elle augmentait encore et encore. Son adversaire le regardait faire. C’était une énorme bête à la musculature massive. Elle était pleine de poils blancs. Deux canines dépassaient de sa mâchoire inférieure. Il avait deux petits yeux jaunes. Il avait l’air malicieux. Se bras faisaient bien sa taille. Il se tenait courbé. C’était dans sa physionomie. Il ne pouvait se redresser. Il regardait faire son adversaire. Enian hurla et une véritable vague de flamme apparut. Un mur de glace s’éleva instantanément pour la contrer. Il y eu un grand fracas. Des goutes d’eux chaudes retombèrent. Enia avait déjà bondit jusqu’à son adversaire. Il lui un formidable coup de pied au niveau des côtes. Son adversaire ne broncha pas. Il lui prit le pied, ignorant les brûlures et l’envoya au loin. Enian utilisa ses flammes pour se stabiliser. Il ne voyait plus son adversaire. Il restait sur ses gardes. A cinq mètres, la bête sortit des neige pour lui tomber dessus. Enian envoya une boule de feu mais celle-ci rata sa cible. Un nouveau coup de poing l’éjecta. Il pesta en se relevant.
-Si j’étais dans mon élément, tu serais déjà mort Kell.
Celui-ci ne répondit rien. Un pieux de glace se matérialisa dans le main de Kell. Il fonça sur l’être de feu. Il lança son arme qu’une boule enflammée fit fondre. Enian lui mit un formidable coup de poing qui le fit tomber.
-Bas toi avec toute ta force.
Une brume glacée sortit du corps de la bête. Ses yeux perdirent leur couleur. La brume forma un corps. Un corps qui devint glace. Un magnifique corps fin, sculpté avec précision. Il avait des ailerons au niveau des épaules. Deux yeux jaunes apparurent sur le surface lisse qui lui servait de visage. Un long sabre fait de glace et de neige apparut dans sa mai droite. La bête quand à elle était « morte ». Enian recula d’un pas. Son adversaire bougea trop vite. Un pied le frappa sous le menton et il entendit :
-Comme tu veux.
La voix était glaciale. L’être enflammé ne savait pas ce qu’il avait mais il lui en voulait assez pour attenter à sa vie. De plus il se battait sérieusement. Il était surement le plus fort d’entre eux. Du moins sous cette forme. Il n’eut pas le temps de penser plus longtemps. Une main le frappa au niveau des tempes. Il ne savait plus où il était. Il sentait juste la douleur. Le sol se mit à brûler sur un raton de 5 mètres. Son adversaire recula. Cela lui permit de reprendre ses esprit. Il vit une lance lui foncer dessus. Il l’esquiva de justesse avant e contre attaquer avec un rayon de feu de trente centimètre de diamètre. Kell para avec un bouclier de glace qu’il fit apparaitre. Enian fit lui aussi apparaitre une arme. C’était un fléau. Kell rendit son bouclier pointu et l’envoya sur Enian. Son fléau cloua cette glace au sol. L’entité de glace bondit, lança une puissante attaque. Enian esquiva et n’attendit pas une seconde avant d’attaquer à son tour. Son féau décrivit une trajectoire horizontale et circulaire. Kell se baissa et planta sa lame là où il y avait eu le pied d’Enian quelques secondes auparavant. Il fit un bond en arrière, évitant le coup qui aurait du lui fendre le crâne.
-Minable, dit-il, je vais devoir passer à la vitesse supréieure.
Le blizzard s’arrêta.

Frostal para l’épée de son adversaire avec son bouclier. Il y eut un crissement métallique. Orph donna un deuxième coup. Frostal para une nouvelle fois. Une onde invisible percuta le pauvre bouclier qui fut déformé. Il se reforma tout seul pour redevenir lisse. Le combat continuait ainsi. Attaque après attaque, aucun des deux combattants n’avait l’avantage. Ils ne pouvaient pas se fatiguer. Frostal abandonna son bouclier. Le mort-vivant envoya une onde invisible. Le vieux chevalier se jeta de côté, roula et se releva. Il fonça sur son adversaire qui para nonchalamment. Frotal appuyait avec ses deux mains alors qu’Orph n’en utilisait qu’une. Il commençait à plier et utilisa sa deuxième et monstrueuse main pour envoyer une salve invisible. Frotal Déforma son épée pour qu’elle soit plate et large. Elle plia sous le choc mais se reforma. Il trancha le vent. Orph avait esquiver. Ils se mirent tout deux en garde, visiblement prêt à une découdre.






Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Mer 29 Juin - 13:40

Chapitre 23

Enian serra les dents. Son adversaire se déplaçait trop vite. Il prit un coup dans le ventre, un autre dans le bras. Un suivant sur la cuisse. Il laissa tomber son fléau, esquiva et contre attaqua avec une vague de feu que son adversaire gela. L’être de feu resta bouche bée. Des balles de glaces lui foncèrent dessus. Il n’eut pas le temps d’esquiver. Il tomba terre. Il avait mal. Il roula pour esquiver la lame qui avait faillit le décapiter. Kellne rigolait pas, il voulait vraiment le tuer. Enian s’arma lui aussi d’une épée, bien plus grosse. Les deeux adversaires menaient un combat de maître. Il ne se passait pas une seconde sans que leur lames ne se touchent. La lame de Kell rasa la tête d’Enian. Celui-ci attaqua horizontalement. L’être de glace se baissa et faucha les pieds d’Enian avec sa jambe. L’être de feu se propulsa vers l’arrière, fit un salto et retomba sur ses pieds pour immédiatement esquiver la lame blanche de Kell. Il soupira. Il n’aurait pas dut. Le pied de Kell le cueillit sous le menton. Il tomba à la renverse. Il avait mal. Il faucha à son tour les pieds de son adveraire. Les deux étaient à terre. Il lâchèrent leurs armes et se ruèrent l’un sur l’autres. Il roulait sur le sol. Tantôt Enian avait le dessus, tantôt c’était au tour de Kell. L’être flamboyant mit un magistral coup de tête à l’être maniant la glace. Il se releva, fit de nouveau apparaître sa lame flamboyante. Il frappa et fendit le sol. Kel avait disparut. Il se baissa, évitant la lame des neiges. Il se retourna et fit jaillir de son arme un torrent de flammes. Flammes qui furent étouffées par une abondance de neige et de glace. Il n’en revenait pas. Comment de la neige pouvait stopper des flammes. Il rugit de colère alors qui plantait son épée dans le sol. Celui-ci se mit à se craqueler. Des flammes en sortaient, léchant la neige qui était à terre, la faisant fondre. Kell ne broncha pas. Il fonça sur Enian. Celui-ci avait anticiper cette action et fit feu. Une véritable colonne de feu sortit de sa main. Kell fut touché de plein fouet. Il traversa la colonne alors que sa glace fondait. Kell avait des années et des années d’expérience en matière de combat. Il avait des techniques bien prédéfinies et suivait un schéma d’attaque. C’était tout le contraire pour Enian. Lui, il se laissait aller et improvisait. Il n’en restait pas moins très fort. Ils étaient des génies du combat, chacun à sa manière. Ils allaient encore devoir combattre pendant longtemps. Ils étaient du même niveau ou du moins à peu près. Kell était légèrement plus fort. Ils enchaînaient les attaques à une vitesse phénoménale. Parade, esquive, contre attaque. De nouveau esquive, puis contre attaque, parade. Les deux attaquaient sans relâche. Aucuns ne laissaient aucune opportunité à l’autre. Leur lames s’entrechoquaient à chaque seconde qui passait. Ils étaient vifs et forts. Aucuns ne voulaient finir en chair-à-pâté. Enian savait qu’à la moindre faute, à la moindre inattention, il mourrait. Il avait peur, très peur. Mais sa rage de vaincre lui faisait surmonter cette peur. Son arme changea. Il tenait maintenant un arc. Il tira une flèche, qui partit à grande vitessse et se planta dans le bouclier de glace de Kell. Celui-ci dit :
-Pas mal… Vraiment bien… Je ne m’attendait pas à cela de ta part. Il est temps d’en finir.
Un magnifique arc de glace apparut dans la min de Kell. Il tira une flèche. Enian fit de même. Les deux flèches se touchèrent et dévièrent. Alors que le seigneur du feu allait décocher sa deuxième flèche, une flèche de glace se planta dans sa poitrine. Il tomba à genoux, qui s’écroula et entendit :
-Trop lent.
Tout devint noir.

Scyllia sentit quelque chose. Elle ne savait pas quoi. Elle regarda le ciel. Le soleil brûlait toujours, flamboyant. Elle dût mettre sa main en visière pour ne pas être aveuglée par tant de clarté. La puissance de cette astre était énorme, pourtant, il était souvent considéré comme une petite boule de rien-du-tout. Elle soupira. Sans, soleil, il n’y aurait que les forces de l’ombre et rien d’autre. Elle remercia le soleil, intérieurement. Elle continua sa tâche : faire pousser des légumes dans les potagés et améliorer le rendement des cultures avoisinantes. Ce n’était pas difficile pour elle mais cela lui prenait du temps. Du temps et de l’énergie. Elle n’était que dans sa forme de voyage. Ce n’était pas son vrai corps.

Il visa. la cible était à une vingtaine de mètres. Il faisait noir ou plutôt, il n’y avait qu’une lampe qui éclairait, la grande pièce, de sa faible lueur. Son œil était au niveau du viseur. Il appuya sur la gâchette. La balle siffla et transperça la canette alors que le recule faisait tomber Ral de sa chaise. Il se releva en grognant et en marmonnant des paroles incompréhensible. La seule chose qu’il dit clairement fut : « Trop puissant ». Il se remit au travail, démontant le fusil, changeant quelques pièces.

Elle s’adossa contre un mur. Elle était exténuée. Elle avait enfin reconstruit cette maison. C’était en travail difficile. Bien plus difficile qu’elle ne l’aurait imaginé. Shaza se releva et alla chercher une gourde. Elle but quelques gorgés et reversa le reste sur son visage. Elle se dirigea vers l’« usine » de Ral.

Les deux lames de métal se touchèrent. Elle se séparèrent avant de se rencontrer de nouveau avec force. Les deux guerriers donnaient tout ce qu’ils avaient. Les lames dansaient. C’était un ballet mortel. Une vague d’énergie invisible fut lancée. Frostal esquiva. Sa lame s’allongea, blessant Orph à la jambes. Celui-ci ignora sa blessure. Et se jeta sur l’ancien toa. Les épées s’entrechoquèrent avec brutalité. Orph mit un uppercut à Frostal avec son énorme main. Le chevalier fut destabilisé et ne put esquiver l’épée qui lui trancha le flan gauche. Il ne cria pas. Il saisit la lame et la déforma. Orph tira son épée d’un coup sec. Il n’en restait que la moitié. L’armure de Frostal se referma au niveau du flan. Orps grogna et fonça sur Frostal, qui esquiva et contre attaqua. Son épée traversa Orph. Il la retira alors qu’Orps jetait ce qui restait de son épée sur l’ancien toa de métal. Celui-ci Fut surpris et ne vit pas l’énorme main se poser sur son torse. Orph utilisa son pouvoir. Il y eut le bruit d’une explosion. Les deux fuirent projeté. Seul Orph se releva. Frosztal avait un trou béant dans le torse. Orph s’approcha pour vérifier qu’il était bien mort.

Denia s’éfforçait de soigner Ernax. Il était dans un sal état. Il avait été battu à plat de couture. Il y avait Torahk qui montait la garde. Il voulait être sur que personne ne puisse le tuer. Il vivait mais sa vie ne tenait quu’à un fil. Un fil facilement cassable. Il était heureux d’avoir fait demi-tour. Au moins, Ernax ne sera pas tomber au combat. Il tripotait nerveusement son épée. Cela lui arrivait lorsqu’il était stressé. Il avait envie de se battre, de massacrer quelqu’un. La fureur et la rage montaient n lui. Il avait envie de tout détruire. Il fallait que cela cesse. Une ombre passa près de lui. Il n’eut pas le temps de saisir le manche de son arme qu’il fut lit à terre. Une femme reptilienne se pencha vers lui. Elle avait un doigt devant la bouche. Elle murmura :
-Je viens examiner ton ami. N’aie pas peur. Si je vous voulais du mal, je vous aurais déjà tuer.
Il hocha le tête. Elle relâche son étreinte sur lui. Elle s’approcha d’Ernax à pas feutrés.







Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Jeu 30 Juin - 10:57

Chapitre 24

Ral tirait une nouvelle fois alors que Shaza entrait. De son fusil, sortait une fumée noire. La balle était partie mais l’arme était cassée. Il soupira. Ce n’était pas la première fois. Il regarda Shaza et lui demanda :
-Qu’y a t-il ?
-Ral… Je ne pourrais pas me battre contre Medghath…
Il fut surpris. Sa bouche était béante.
-Pourquoi… ?
Elle détourna le regard, fit un pas en arrière et ferma la porte. Elle partit ensuite en courant. Ral lâcha sa dernière création, encore fumante, avant de s’élancer à sa poursuite. Il n’avait as bien compris ce qui venait de se passer. Pourquoi refusait-elle de combattre une créature de l’obscur ? Il avait été, certes, un toa, mais il ne l’était plus. Il ne comprenait vraiment pas. C’était une raison de plus pour la rattraper. Elle avait détourné les yeux, elle qui était normalement si fière, si forte. Elle qui était une véritable toa. Lui, ne l’était pas vraiment, même s’il jouait le même rôle. Elle courait vite. Il n’avait pas l’habitude de poursuivre quelqu’un. Il avait vécu beaucoup de combats en face à face. Il n’y avait jamais vraiment eu de « course-poursuite ». mais il ne la lâcherais pas. Il devait savoir, il voulait savoir. Pourquoi avait elle une mine si triste ? Il n’avait rien dit de vexant. Il n’en savait vraiment rien. Il commençait à gagner du terrain. Elle courait, sans regarder s’il la suivait. Il pensa qu’elle courait, non pas pour lui échapper, mais plutôt pour oublier. Il l’avait déjà fait. Une course folle, où l’on ne pense à rien d’autre qu’à aller toujours plus vite. Shaza l’impressionna, il commençait à perdre du terrain, elle avait accélérer. Il ne pouvait suivre le rythme de sa course. Il finit par abandonner, elle finirais bien par faire demi-tour. Il avait encore du temps devant lui. Il lui en restait peu, et il le savait. L’ombre pouvait surgir à tout moment, même après sa précédente défaite. Il rebroussa chemin en marchant. Il était exténué. Il regardait les pauvres matorans, qui s’affairaient à leurs propres occupations. Il avait encore du pain sur la planche. Créer une arme à feu en en ayant vu une seule était plutôt difficile. Surtout que cette arme avait faillit le tuer. Il évita d’y repenser. Cela lui avait valu un œil bionique. Il soupira. Il se demandait comment allait Ernax. Il ne l’avait pas vu depuis longtemps, très longtemps. Il fallait qu’il trouve une occupation, il y avait tant de problèmes à résoudre. Cette guerre était un véritable casse-tête. Il fallait éliminer les généraux mais personne ne savait où ils se terraient. Il avait peur. Au fond de lui, il voulait que tout cela soit finit, et vite. Il était encore le petit matoran craintif qui partait tous les mois sur la montagne pour observer les étoiles. Il aurait voulu ne jamais être choisit. Mais il n’avait pas vraiment eu le choix. Il devait maintenant se battre pour sa survie et celle des autres. Il se rappela une phrase. Une phrase d’un toa. La phrase du premier toa qu’il ait vu.
Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.
Il secoua négativement la tête. Il n’était pas seul à porter cette montagne de responsabilité. Il n’avait pas vu qu’il venait tout juste de passer son atelier. Il s’arrêta, l’ouvrit. Il la referma, plongeant dans l’obscurité. Il alluma la seule lampe. Elle éclairait faiblement son atelier. Il démonta ce qui restait du fusil. Il devait en créer un parfait pour les matorans. Il fallait qu’ils puissent se défendre. Ils ne pouvaient se battre contre ces créatures ténébreuses. Il inséra une nouvelle pièce dans le fusil.

Night était agenouillée près d’Ernax. Elle le soignait. Tohrak et Dernia ne savait pas comment elle faisait pour le guérir. Elle leur avait demandé d’attendre dehors et il s’était mis à pleuvoir. Le toa de pierre detestait ce temps. Il râla une fois de plus et Dernia le réprimanda encore une fois. Il soupira et dit :
-Tu es une Ga-matoran, l’eau ne te dérange pas, moi si. Je préfère les climats chauds et arides.
-Tu préfère le désert en fait.
-C’est à peu près ça.
Il entendirent un bruit ressemblant à celui d’os qui se brisent. Le craquement continua pendant quelques longues secondes. Ils avaient peur, très peur. Que ce passait il là bas. Que faisait elle à Ernax. Torhak faillit rompre l’interdiction. Il avait envie d’entrer. Mais il ne le fit pas, elle avait dit que la survie d’Ernax en dépendait. Il ne voulait pas tuer un ami. Un ami qui était d’une grande puissance face aux forces ennemis. Il trépignait d’impatience. Il faisait les cent pas. A peine avait-il fait cinq pas, qu’il partait dans le sens contraire. Cela agaçait Dernia.
-Mais tu vas arrêter à la fin ?! s’exclama-t-elle.
Il s’arrêta et marmonna. Dernia crut entendre : « sale caractère ». Il tripotait son épée, elle faisait de léger cliquetis contre son armure. Cela énervait encore plus la Ga-matoran.
-Mais c’est pas possible ! arrête de bouger et calme toi. T’es vraiment pire qu’un…
Elle ne put finir sa phrase, Night venait de surgir.
-Il est tiré d’affaire. Dans trois jours il pourra marcher mais il sera encore faible. Bon, maintenant j’ai une faveur vous demander. Où est Ral ?
Tohrak dégaina sa lame, prêt à en découdre alors que Dernia en restait bouche bée.
-Ne fais pas l’enfant, petit toa. Je te réduirais à néant en quelques secondes. Ne met pas ta vie en danger comme cela. Je ne ferai aucun mal à votre ami. Alors, où est il ?
-Qui êtes vous ? demanda le toa de pierre.
-Je suis votre ennemie mais aussi votre amie.
-Je ne comprend pas…dit la Ga-matoran.
-Il n’y a rien à comprendre, répondit Night.
Elle tapait du pied, attendant qu’on lui réponde. Elle prit la parole :
-Bon, soit vous me donner cette information gentiment, soit je viens la chercher et ce ne sera pas joli-joli.
Dernia se décida à lui répondre. Elle savait qu’elle ne plaisantait pas.
-Il se trouve à Ta-nera. Je ne peux pas dire où exactement.
Elle se mit accroupie. Dernia sursauta. Elle tapota la tête de la matoran et dit :
-Tu vois, c’est pas si difficile. Tout c’est bien passé. Elle parti en courant. Trop vite pour que l’on puisse la suivre. Tohrak savait qu’il n’aurait pas fait le poids contre elle. Il soupira de soulagement et rentra voir son ami. Il dormait paisiblement. Il prenait toute la grotte en largeur tant il était grand. Son énorme hache était posée à côté de lui. Ils n’avait plus aucune blessure. Elle avait accompli un véritable miracle. Le toa était soulagé. Ernax vivrait et c’était tout ce qui importait pour le moment.

Orph s’approcha de Frostal. Un étrange fumée bleutée sortait par le torse du chevalier. Celui-ci se releva et coupa la jambe d’Orph au niveau du genoux. Il tomba à terre. Frostal se releva et le frappait de toutes ses forces. Orph ne pouvais résister à un tel assaut. Frostal le découpait en morceau, tranchant toutes les parties de son corps. Il n’y avait pas de sang, Orph s’en était vidé depuis longtemps, depuis sa dernière mort. Il ne ressentait plus la douleur non plus. Frostal hachait les bouts restant, les transformant en petites carrés de chairs. Même les os y passait. Orph ne mourut pas. Il ne pouvait pas mourir. Le travail était terminé. Il s’en alla. Son armure se fissurait. Il prit son bouclier en chemin.

La porte s’ouvrit dans l’atelier de Ral. Il se retourna et ne vit personne. La porte se referma seule. Il prit son arme. Il était sur ses gardes. Devant lui apparut une femme reptilienne. Elle luit sourit et dit :
-Je viens en ami. Je ne te veux aucun mal.
Elle lâcha ses armes. Deux dagues tombèrent au sol.
-Je suis désarmée, je viens juste de parler. Baisse ton arme s’il te plait.
Il ne le fit pas :
-Dis ce que tu as à me dire, je ne lâcherais pas mon arme.
-Elle leva les mains et approcha son cou de la lame ;
-Ca te va comme ça, tu te sent en sécurité ? Tu sais, ce n’est pas tom arme qui va te sauver si que décidais de te tuer.
-Trêve de bavardage, viens en au fait, répondit-il d’une voix glaciale.
-Rejoins nous. Ton pouvoir pourrait nous être extrêmement utile. De plus tu pourrais gouver…
-Je ne veux en entendre plus ! Cette idée me répugne je vous détruirais !
-mais…
-J’ai dit stop !
Il avança sa lame pour la décapiter. Elle se courba évitant l’attaque. Sa jambe bougea trop vite pour qu’il puisse la suivre. Sa lance était en l’air. Night lui fonça dessus et le serra dans es bras.
-Je ne veux pas te tuer… mais je vais y être obligée…
Elle avait l’air triste.
-Je m’appelle Night. Préviens moi si tu change d’avis.
Elle disparut avant qu’il ne puisse répondre.
-Jamais, jamais je ne rallierais à votre cause !
Il se remit au travail pour oublier ce qu’il venait de voir. Pourquoi avait –elle l’air si triste. Il ne comprenait pas et ne voulait pas. Il finirais par devoir se battre contre elle. Il ne put s’empêcher de penser qu’elle était bien belle.






Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Du7734

avatar

Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS
Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS

Masculin Age : 21
Messages : 7527
Inscrit le : 06/06/2010
Pays : ChomeurLand

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Ven 1 Juil - 11:20

bah comme j'ai dit sur BL c'est pas mal.



« Je vous condamne à votre sort – une vie dans l'univers que vous et vos semblables avez faits. »
— Tren Krom, Fédération de la Crainte —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/f119-le-blog-de-du7734 http://www.brickshelf.com/cgi-bin/gallery.cgi?m=Geek7734
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Sam 27 Aoû - 22:57

Après un retour de vavances, quoi de mieux qu'un nouveau chapitre de ma fic'. Bonne lecture.

Chapitre 25

Frostal parcourait les mines en titubant. Il était gravement blessé. Enfin, pas vraiment mais sa survie dépendait de son armure. C’était la seule chose qui le rattachait à ce monde. Il ne savait pas ce qu’il cherchait mais il devait le trouver. Il savait que dans ces mines il y avait quelque chose pouvant les aider à vaincre ce mal. Il avait du mal à faire un pas devant l’autre. Il s’appuya à la paroi de la falaise. IL ne s’était pas attendu à un adversaire aussi fort. Il avait penser pouvoir exterminer Orph sans trop d’encombre. Il avait faillit en mourir. Si l’attaque avait été un peu plus puissante, son armure aurait été disloquée. Il continua de marcher, cherchant une chose qu’il ne connaissait pas. Soudain, sous le poids de son armure, le sol céda. Il tomba avec des gravas. Le choc fut rude.

Ral travaillait de nouveau. Il ne comprenait plus rien. S’il était un danger pour l’ennemi, pourquoi cette « Night » ne l’avait elle pas tué. Il essayait de sortir ces pensés de sa tête mais il n’y avait rien à faire. Il essayait sans relâche. Il ne parvenait pas à faire son boulot correctement. Il décida de faire un tour. Il n’y avait rien de mieux pour se changer les idées. Il sortit de son atelier et parti en direction de la foret. Il allait juste se promener. C’était dangereux mais il le fallait. Il devait changer d’air. Il sortit par l’entrée principale. Il emprunta une longue route qui l’amena dans la forêt. Il se sentait en sécurité sous le couvert des feuilles. En vérité il voulait la revoir mais il n’osait pas se l’avouer. Qui voudrait voir quelqu’un qui avait dit : « je vais devoir te tuer » ? Il ne voulait pas mourir. Il ne pouvait pas mourir. Il devait sauver les habitants de cette ile. Pourquoi ce toa lui avait il confier une si grande responsabilité ? Il n’en avait aucune idée.
Mais à quoi pouvait il bien penser ? Pourquoi moi ? Je ne suis qu’un petit matoran distrait qui aime les étoile et qui déteste la violence. Enfin, j’étais… Je dois maintenant faire couler le sang car c’est le seul moyen.
Une ombre bougea au coin d’un arbre. C’était Shaza. La toa de la foudre le regarda longuement et dit :
-Je suis désolée.
Il ne répondit rien.
-En fait, je… je suis la cause du malheur de Medghath… Je ne peux pas m’opposer à lui en sachant ce que j’ai fait… Je…je ne peux pas lui faire plus de mal…
Une larme roula sur sa joue. Ral dit juste :
-Je comprends.
Elle s’en alla. Elle parti vers la ville. Ral regarda un petit morceau de ciel à travers les feuille et mit en murmurant :
-Ne t’inquiètes pas, c’est à moi de le tuer…
Il repris sa route tranquillement. Il avait voulut partir pour penser à autre chose mais en ce moment il ne pensait qu’a elle. Il la trouvait très jolie. Elle était beaucoup trop belle pour que ce soit vrai. Il sentit soudain le froid mordant de l’acier contre sa gorge. Il se raidit. La lame s’enleva soudain. Il se retourna et la vit. Elle ouvrit la bouche mais il la devança.
-Encore plus belle que dans mes souvenirs.
Un sourire carnassier s’afficha sur son visage. Elle répondit :
-Ce compliment me flatte énormément.
Elle avança d’un pas et ajouta :
-As-tu changé d’avis ?
-Non.
Il ne dit que ce seul mot.
-Tu me déçois énormément, répondit la femme reptilienne, je vais donc devoir en finir avec toi.
Sa dague fondit vers la tête de Ral. Il para avec sa lance. La lame blanche décrivit un arc de cercle pour venir percuter la seconde dague de night. Elle sourit. Une énergie violette l’entoura. Son pied fusa, touchant Ral au niveau de l’estomac. Il se plia en deux sous la force du coup. Un deuxième pied le cueilli sous le menton. Il s’envola littéralement pour venir s’écraser un peu plus loin. Lui aussi avait le sourire au lèvres. Il bougea sa mâchoire douloureuse et se releva. Il ne savait pas pourquoi mais ce combat l’excitait. Il se releva doucement, Night l’attendait. Il fit tournoyer sa lance dans sa main. Il l’arrêta d’un coup et la pointa vers son ennemi. La glace agrandit la lance. La lame de glace fonça vers la femme reptile qui évita dans problème. Du tranchant de sa main libre, Ral fendit la glace juste au dessus de la lame. Il fonça sur Night. Celle-ci envoya une de ses dague en l’air. Une sorte de rune apparut dans sa main. Elle brillait intensément. Elle pointa sa main vers Ral. Un rayon violet, gros comme un poing, en sortit et fonça vers Ral. Le protecteur de glace se déplaça un peu sur le côté, de sorte que le rayon frôle son épaule. Night récupéra sa dague et para le coup magistral de son ennemi blanc. Son genoux fondit vers Ral qui recula pour l’éviter. Elle sauta, tourbillonna et son talon atteignit Ral au niveau de la tempe. Il s’écrasa au sol, inconscient. L’énergie violette la quitta et elle s’accroupit auprès de lui. Elle le regarda tendrement et lui chuchota :
-Ca ira pour cette fois.
Elle rangea ses dagues et s’en alla, sans un bruit. Elle était heureuse. Elle l’avait revu encore une fois. Elle en aurait presque siffloter.
Des branches bougèrent. Un petit être orage et noir avait observé la scène. Sa tête ressemblait à une citrouille. Il explosa. Son maître n’avait plus besoin de lui. Il avait vu ce qu’il fallait.

Dans son antre, un être complètement emmitouflé se mit à rire. Un unique œil luisait sous sa capuche.
-Night, ma petit night. Tu as voulu nager dans le grand bassin mais tu vas te noyer.
Un rire frôlant la démence empli la petit salle. Il était heureux, il pourrait enfin en finir avec elle. Il la détestait. Elle lui avait prit un œil, lui, il allait lui prendre la vie.


_________________




Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Dim 28 Aoû - 19:38

Nouveau chapitre !
Chapitre 26

Il ouvrit les yeux. Sa vision était trouble. Il ne parvenait pas à identifier les lieux. Il se souvint de sa mort. Ou du moins, il s’était cru mort. Il avait horriblement mal. Il tenta de se relever mais n’y parvint pas. Ses mains et ses pieds étaient bloqués. Il ne savait pas par quoi. Il tentait de bouger mais n’y arrivait pas. Il se débâtit comme il put mais cela ne servit à rien. Il entendit des pas et releva la tête. Quelqu’un s’approcha de lui. Il ne distinguait qu’une masse sombre. Il ne put rester éveillé plus longtemps. Le monde des rêves l’accueillit. Ou plutôt, celui des cauchemars.

Il poussa sur ces puissants muscles. Il parvint à se mettre assis. Il était stupéfait. Il ne voyait plus aucune trace de ses blessures. Mais il en sentait la douleur. Il tenta de se relever. Ce fut impossible. Il constata qu’il était dans une grotte. Il entendit des bruits de pas. Il les voyaient parfaitement derrière le mur. Dernia arriva auprès de lui, suivie par Tohrak.
-Ne bouge pas, lui dit la ga-matoran.
-Eh bien Ernax, tu m’as presque l’air en forme, ajouta le toa de pierre.
La bête se recoucha et articula difficilement :
-Comment ?
-C’est une longue histoire, répondit Dernia, Tohrak, va monter la garde.
Il s’éxécuta.
-En bref, tu as perdu le combat. Tohrak est parti à son tour et je l’ai suivi. Tu étais dans un sale état. J’avais ma trousse avec moi, mais je savais que je ne pourrais pas te sauver. Alors que je croyais que tu allais mourir, une femme reptilienne est arrivée. Je ne sais même plus si elle nous a dit son nom. Elle a dit qu’elle pourrait te sauver en échange de quelque chose. Juste une broutille. On t’a alors installer dans la grotte et elle t’a soigné. Je » ne sais pas comment, elle ne voulait pas qu’on regarde.
Dernia parlait à toute vitesse et parfois Ernax avait du mal à comprendre.
-Que…voulait elle… ?
-Savoir où était Ral.
Ernax rugit.
-Quoi ?! Il ne faut pas qu’il meurent !
-Elle nous a certifié qu’elle ne lui voulait aucun mal et…
-Et…quoi ?!
-Si on ne lui disait pas, elle nous aurait torturés pour avoir la réponse…je…
Il se calma. Il brusquait cette pauvre matoran.
-Ce n’est pas grave, tu n’avais pas le choix.
Il essaya de trouver le sommeil. Il devait vite récupéré. Il devait aider les autres.

La nuit commençait à tomber. Scyllia regardait les étoiles. Enian n’était toujours pas revenu. Elle commençait à s’inquiéter. Il était rapide. Quelque chose lui était arrivé. Elle en était sure. Elle entendit des bruits de pas. Elle ne se retourna pas. Elle savait qui c’était.
-Salut Scyllia.
-Salut Ral.
Il posa son chapeau et se grata la tête.
-Tu t’inquiètes pour lui ? demanda t-il.
-Oui, il devrait être revenu.
-Finalement, tu l’aimes bien.
Il sourit.
-Tu donnes toujours l’impression qu’il n’est pas important et que tout ce qu’il fait est mal. Certes, il a mauvais caractère mais d’après ce que j’ai compris, il est encore jeune. Ne penses tu pas que tu devrais lui donner un peu d’affection. Peut être changerait-il ?
La femme plante ne répondit pas.
-Enfin, je ne suis pas ici pour parler de ça. Des nouvelles ?
-Non, Ernax n’est pas revenu. Les ga-matorans qu’il accompagnait disent qu’il était en compagnie d’un toa de pierre. Ensuite, Enian n’est pas rentré et Frostal a disparut après être aller à Po-nera.
Ral soupira.
-Il faut qu’ils reviennent vite. Si l’on se fait attaquer, nous n’avons pas beaucoup de chance de nous en sortir ? Bon, je retourner travailler. Je veux mettre toutes les chances de notre côté. Il remit son chapeau et tourna les talons.
-N’oublie pas de dormir, un général doit être lucide.
-Ouais, c’est ça… Je ne suis pas général. Bonne nuit Scyllia.
-Bonne nuit Ral.
Elle regarda les étoiles. Ral avait peut être raison. Elle devrait se montrer plus gentille envers Enian.
Tout le monde à ses faiblesses.

Il faisait noir, entièrement noir. Ou du moins, il percevait une petite lueur au dessus de lui. Il se souvint de sa chute. Il était tomber de haut. Il se releva difficilement. La petit lueur qu’il y avait au dessus de lui, lui indiqua qu’en face de lui se trouvait un couloir. Il l’emprunta. Il chercha dans ses souvenirs antiques. Il voulait savoir où il était. Il avait jadis parcourut cette île de fond en comble. Il continua dans le noir total. La fumée bleu qui s’échappait de son corps l’éclairait un peu. Il continua à marcher pendant longtemps. Il ne se rappelait pas où il était. Il y avait des intersections. Il ne réfléchissait pas, il laissait son corps le guider. On dit que les souvenirs du corps sont totalement ancrés par rapport à ceux de la mémoire. Il se laissait guider. Il ne pensait à rien. Soudain, il s’arrêta. Il se trouvait face à une gigantesque porte. Ce fut à ce moment qu’il sut où il était. Il était devant l’entrée principale de Onu-nera. Il ne restait plus qu’à l’ouvrir. Et ça, il savait comment faire. Il pressa la paume de sa main contre un symbole représentant un monstres serpentin à quartes bras armés de lames. Puis son index frôla un kanohi sculpté avant d’entourer une ligne de symboles matorans. La porte s’ouvrit, lui révélant la village. Il fut ébahit.






Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Lun 29 Aoû - 21:14

Chapitre 27

Il marcha sur de la bouillit. Il baissa les yeux. Sa main mécanique s’agita. Il dit :
-Ah, c’est toi Orph ?
Il n’attendait pas réponse mais il laissa un blanc avant de continuer.
-Tu es dans un sale état, je ne pourrais te recoller. C’est dommage de passer l’éternité sous cette forme, à te faire bouffer par les charognards.
Il rit un peu et continua son chemin. Ses yeux verts étincelaient dans la nuit. Il était venu chercher Orph mais il ne pouvait rien pour lui. Il se demandait juste pourquoi Orph était ici. Il cherchait juste ce qu’Orph avait attendu pendant tant de temps. Il entra dans les mines. Il allait chercher jusqu’à trouver, même s’il n’y avait pas grand-chose. Il fallait qu’il détruise.

Il faisait chaud, très chaud. Surtout pour une nuit. Ses mains assemblaient, désassemblaient. Il faisait ça méthodiquement sans vraiment y réfléchir. Ral prit l’arme et tira, trois fois. Il regarda le mur. Les tirs étaient trop distants les uns des autres. Il recommença son travail, démontant, changeant les pièces. Ses mains tremblaient. Une pièce glissa, le reste tomba. Il n’en pouvait plus. Il devait dormir, une heure ou deux. Il posa sa tête dans ses bras et ferma les yeux. Le sommeil vint vite, très vite. Il ne voulait pas dormir, mas il le devait.

Shaza ne dormait pas. Elle ne pouvait pas dormir. Elle avait l’impression de trahir l’île entière en disant qu’elle ne pourrait l’affronter. Elle pourrait surement le vaincre mais elle ne pouvait s’y résoudre. Il avait changé de camp à cause d’elle. Elle ne pouvait le blâmer, et encore moins lui en vouloir. Elle soupira. La vie était faite de choix et elle avait fait les mauvais. Elle créa une boule d’électricité. Elle la garda dans sa main un petit moment puis la laissa s’estomper. Elle pourrait toujours de battre contre les autres ennemis. Mais elle avait peur. Ral avait certes beaucoup progresser mais Meghath l’avait déjà vaincu. Il l’avait même ridiculisé. Une fois face à lui, Ral serait en proie au doute et à la peur. Et cela pouvait faire changer la donne. Surtout que l’ancien toa du fer n’était pas faible. Elle se souvenait encore du moment où elle avait sauvé Ral et Ernax. L’ex ko-matoran avait perdu un œil ce jour là. Il s’en était bien tiré. Shaza sourit. A l’époque, il se laissait envahir par ses sentiments. Maintenant il était plus froid et ne pensait qu’à sa mission alors qu’elle, elle laissait intervenir ses sentiments. Elle abattit son poing contre le mur. Jamais elle n’avais été aussi faible.
Je fais parti de l’ordre de mata-nui. Je dois être forte. Je ne peux me permettre de laisser mes sentiments aller et venir mais… alors pourquoi suis-je bloquée comme cela ?
Elle ne pouvait s’y résoudre. Affronter Medghath était au dessus de ses forces. Elle soupira et fit demi tour. Elle devait dormir. Il fallait qu’elle soit en forme pour le lendemain. Mais avant, elle décida de passer à l’atelier de Ral, pour voir comment il se débrouillait. Ce n’était pas très loin. Elle ne rencontra aucun matorans dans les rues. Il y avait quelques gardes sur les chemins de rondes. La ville était paisible la nuit. C’était loin du vacarme habituel de la journée. Elle entra dans l’atelier. Il n’y avait aucun bruit mais la lumière était allumée. Elle avança prudemment et découvrit Ral qui était en train de dormir sur sa table. Elle sourit. C’était un sourire tendre. Elle s’approcha de li à pas feutrés. Elle poussa toutes les pièces qu’il y avait sur la table, histoire qu’il ait un peu de place. Ensuite, elle prit un couverture qui trainait par terre et le recouvrit avec., Il avait l’air si serein. Il ne se faisait pas de soucis en dormant. En partant, Shaza ferma la lumière et murmura :
-Bonne nui Ral, dors bien.
Elle partit. Il faisait toujours aussi noir. Les lumière de Ta-nera commençaient à s’éteindre, une à une. Il n’y avait plus personne dans les rues à cette heure ci, alors pourquoi gaspiller de l’énergie. Ta-nera ressemblait plus à une ville qu’à un village. Cela lui rappelait Ta-metru. Elle en était parti, il y longtemps. Elle se souvenait d’un toa de fer. Elle avait passé une partie de son existence avec lui. Ils avaient affrontés nombres de danger. Ils s’en sortaient toujours mais un jour, il dut partir. Tout comme elle, il était partie sur une île pratiquement oublié et il n’était jamais revenu. Elle n’avait jamais sut ce qu’il était advenu de lui. Il était toujours si sur de lui. Elle ne l’avait jamais vu trembler, ni avoir peur. Il était méthodique. Jamais il n’avait exprimé sa rage. Il était calme et froid comme le métal mais il était surtout un ami. Fidèle. Elle se souvint qu’elle lui avait donné un cadeau avant qu’il ne parte. C’était avant qu’elle n’entre dans l’ordre de mata-nui. C’était un petit médaillon, les représentant tout deux au cours d’une bataille. Au dos, il y avait leur nm de gravés. Shaza et Erein. Elle avait fait ce médaillon sur mesure. Elle partie se coucher. Elle ne savait pas pourquoi elle pensait à lui, elle ne le reverrai surement jamais.

Night s’agenouilla devant son seigneur.
-Je vous écoute.
Night, il va être temps de passer à l’action.
-Bien maître, qui est ma cible ?
Tous.
Elle sourit, d’un sourire carnassier.
-Bien.
Elle se releva, effectua une révérence et s’en alla. Elle le croisa, ce petit être encapuchonné à qui elle avait arraché un œil.
-Que veux tu Yarhu ?
Il ricana.
-Rien, je vais juste voir la maître, je suis sur qu’il sera content d’apprendre ce que je sais sur toi.
Elle rigola à son tour.
-Dis lui ce que tu veux.
-Même tes rencontre avec ce type blanc ? Comment s’appelle t-il déjà ? Ral ? Oui, je crois que c’est ça ? Tu aurais put le tuer, je ne crois pas qu’il va être content.
Elle paniqua une demi seconde puis dit :
-Tu m’espionne maintenant, peut être que si tu perdais ton deuxième œil tu ne pourrais plus. Bref, le grand seigneur ne m’avais pas encore ordonné de le tuer. Maintenant si. Va faire ton rapport mon petit, on en reparleras après.
Elle partit avec un petit sourire victorieux sur les lèvres.
Yarhu quand à lui, fulminait. Il avait perdu son plus grand atout. Elle savait qu’il l’espionnait. Elle ne commettrait plus d’imprudence. Il rageait. Elle était doué, très doué mais lui, il était encore meilleur. Il lui prouverait bien assez tôt mais pour l’instant, le grand maître attendait.






Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Lun 5 Sep - 18:09

Chapitre 28

Il entra dans la cité souterraine. Ses jambes lâchèrent. Elles ne pouvaient plus le supporter. Il tomba à genoux. Des matorans le fixèrent, ébahis. Il entendit un bruit de raclement contre le sol. Un raclement continu. Il vit enfin la cause de ce bruit. Une créature, comme celle dessinée sur la porte, se tint devant lui. Elle était Noire et avait un corps serpentin. Elle avait quatre bras munis de lames. Les deux bras supérieurs avaient des mains tandis que les inférieurs n’avait que les lames. La créature possédait deux yeux vert, luisant elle dit :
-Je me nomme Ouros, je suis l’esprit de la terre.
-Je…suis Frostal, toa du métal. Je… J’ai un message. Ta-nera est la seule ville encore…debout. Nous avons … besoin de… soutiens. Je vous en prie… répondez à notre requête.
Il se laissa tomber en arrière. Et sortit un médaillon de son armure. Grâce à ses pouvoirs du fer, il gravas deux mots dessus. Puis il expira. Sa tête tomba sur le sol et son armure se disloqua alors que la fumée bleue s’en allait vers le ciel. Elle passa à travers le plafond.
Ouros regarda le médaillon et l’attrappa. Il le mit autour de son cou. Il regarda derrière. Il y avait trois nom, dont un qui venait d’être gravé. Il élimina l’autre nom à cause du « allias » qui était marqué. Il ne restait plus qu’un nom. Si Frostal avait sorti son médaillon, c’est qu’il voulait qu’on le donne à quelqu’un. Ouros repartit, sans dire un mot au matorans, qui retournèrent travailler.

Ernax se leva. Il sortit de sa grotte. Il prit sa hache et la mit dans son dos. Le toa de la pierre lui dit :
-Tu devrais rester coucher un jour encore.
-Pas le temps, répondit la bête, il faut y aller et vite.
Il attrapa la Ga-matoran et la mit sur son épaule. Il partit au pas de course, suivit de près par Tohrak. Ils allaient assez vite mais pas assez. Ernax était trop lent. Il n’était pas encore tout à fait rétabli. Ses muscles lui faisaient encore mal mais il pouvait tout de même courir. Il essaya de penser à autre chose. Il devait aider les autres. Il était un protecteur. Il devait protéger tous ces pauvres matorans qui n’avaient rien demandé.

Ral se réveilla. Il remarqua qu’il avait une couverture sur lui. Il ne se souvenait pas en avoir une quand il s’était endormi. Il se leva. Il avait été si proche du but. Il avait presque réussi à créer l’arme à feu qu’il fallait pour les matorans. Il remit toutes les pièces en face de lui et se commença à construire cette fameuse arme. Il ne lui restait plus qu’à ajusté les tirs. Il continua son travail lorsque la porte s’ouvrit. Shaza entra. Il ne se retourna pas. Il reconnaissait le bruit de ses pas.
-As-tu passé une bonne nuit ? lui demanda t-elle.
Il compris.
-Oui et merci pour la couverture.
-De rien, il faut bien s’aider entre amis.
Il hocha la tête.
-Je suis désolé Shaza, mais je touche au but, est ce que…
-Bien sur, je te laisse, moi aussi j’ai à faire. Elle partit et referma la porte. Il allait enfin y arriver. Il tira. Les trois balles étaient encore trop loin les unes des autres. Il soupira. Il enleva quelques pièces de l’arme, les remplaçant par d’autres. Il tira une nouvelle fois.

Il ouvrit les yeux et leva la tête. Il vit celui qui l’avait vaincu. Le feu se mit à rugir. Kell le regardait avec mépris. Il vit qu’il était enchainé au bras et aux jambes par de lourdes chaînes d’acier. Un autre être approcha. Il était encapuchonné et avait un œil qui brillait. Yarhu s’approcha de l’élemental de feu. Sa main brillait d’une lueur noire. Enian fit rugir ses flammes, aussi fort qu’il le pouvait.
-Kell, dit Yarhu.
Celui-ci entreprit de refroidir les flammes, ou même de les éteindre. La glace fusa. Mais Enian était enragé, rien ne l’empêcherait de s’échapper. Les Flammes faisaient fondre la glace et évaporer l’eau. Ses fers commençaient à fondre. Kelle augmenta le flot de glace. Toute la pièce se réfrigérait. Mais le froid n’atteignait pas Enian. Le métal en fusion gouttait sur le sol. L’être de feu tira sur ses liens de toutes ses forces. Il cassèrent. Il parti comme une balle vers Kell, qui érigea un mur de glace. Enian de ralentit pas. Il traversa le mur et continua sa route. Il ne regardait pas en arrière, se forçant de mettre le plus de distance entre lui et ses assaillants. Il savait qu’il avait très peu de chance d’échapper à Kell. C’est pourquoi, il créa un oiseau de feu dans sa main. Il le jeta en l’air. L’oiseau brûlant déploya ses ailes et de dédoubla. Ils étaient deux fois plus petit mais toujours aussi rapide. Ils empruntèrent chacun un chemin différent. Il y avait deux ennemis et trois fuyard. Enian continua à courir. Une flèche de glace lui rasa la tête. Il continua à courir, chargeant de l’énergie dans ses mains. D’un coup, il se retourna et expulsa toute cette énergie vers ses assaillant. Cela le propulsa vers l’arrière. Dans les airs, il se retourna de nouveau et un fois au sol, continua sa course folle. Il ne serait pas mit en cage une seconde fois. Deux êtres avec des têtes en forme de citrouille émergèrent d’un tas de neige. Enian de réfléchit pas, il frappa. Son épée de feu les coupa en deux. Il courait toujours alors que derrière lui, les deux cadavres explosaient.





Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Du7734

avatar

Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS
Responsable Encyclopédique du Club BIONIFIGS

Masculin Age : 21
Messages : 7527
Inscrit le : 06/06/2010
Pays : ChomeurLand

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Mer 7 Sep - 12:55

bon chapitre j'attend la suite ^^



« Je vous condamne à votre sort – une vie dans l'univers que vous et vos semblables avez faits. »
— Tren Krom, Fédération de la Crainte —
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bionifigs.com/f119-le-blog-de-du7734 http://www.brickshelf.com/cgi-bin/gallery.cgi?m=Geek7734
Reildar

avatar

Recrue Dynamique
Recrue Dynamique

Masculin Age : 23
Messages : 351
Inscrit le : 15/08/2010
Pays : Dans l'anti-matière

BIONICLE
Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir. Sam 19 Nov - 21:53

Chapitre 29

Scyllia regardait la porte principale de Ta-nera. Elle avait déjà vu cette cité, il y avait tellement de temps. Elle soupira. Cette île avait connu des périodes bien noires et chaotiques. Mais alors que tout allait pour le mieux, un ancien mal, incrusté depuis des années se mit à refaire surface. Pourquoi fallait-il que cette île ne puisse connaitre la paix. Qu’avaient fais les habitants de cette île pour mériter cela ? Elle avait faillit mourir pendant certaines de ces périodes. Elle avait tellement vécue qu’elle avait fini par ce faire oublier. Elle savait que la bataille finale approchait. Bientôt, le bien ou le mal gagnerait. Cela se sentait. Et le mal menaçait de les écraser. La porte s’ouvrit, la tirant de ses pensées. Elle s’engagea sur le chemin qui quittait la ville. Elle devait les trouver, au moins eux deux. Elle savait à peu près où ils se terraient. Par contre, elle n’avait aucune idée de l’endroit où se cachait Ouros. Les six élémentaux allaient devoir refaire surface après tant d’année pour protéger cette île. Ils étaient nés sur cette île, à partir du matériel présent. Un être leur avait donné vie et leur avait ordonné de ne tous se, qu’en cas d’extrême urgence. L’urgence était arrivée, après des millénaires. Elle regarda le ciel qui commençait à se couvrir. Il allait y avoir une tempête, une vraie. Mais cela ne l’inquiétait pas. Pour elle, c’était signe de prospérité mais aussi un autre signe. Si la tempête se levait, c’était juste qu’ils émergeaient tous les deux de leur sommeil. Le vent tourna soudainement. Un vent de victoire, mais pour quel camp ?

Il tira, trois fois. Les balles étaient à peu près dans le même axe. Il sorti de son atelier et se dirigea vers la forge avant de réunir les ingénieurs matorans. Une fois qu’ils furent tous là, il exposa son arme et sortit un sac. Il y avait toutes les pièces utilisées. Il plaça toutes ces pièces sur un plan de travail, de façon à former un schéma du fusil. Après quelques brèves explications, les matorans se mirent au travail. La fabrication de masse avait commencée. Ral marchait tranquillement dans la rue alors que le vent se mettait à souffler comme jamais. Les matorans peinaient à marcher. Ral essaya de trouver Shaza en vain. Il fit le tour de la ville. Mais ses recherches ne servirent à rien. Il se sentait extrêmement seul. Ernax était parti mais jamais revenu. De même pour Frostal. Enian aurait dut revenir depuis longtemps. Scyllia venait de partir et Shaza était introuvable. Il se sentait vraiment très seul. Alors qu’il le avait les yeux aux ciel, la pluie se mit à tomber. Il pleuvait énormément. Les gouttes martelaient le pavé. L’ex ko-matoran vit un boule de feu qui venait vers la ville à grande vitesse. Elle s’écrasa dans la rue. Un homme de feu se releva. Enian était là, il voulut avancer, mais il tomba. Avec la pluie, il ne devait pas être bien. Ral s’approcha de lui et vie que la pluie ne l’atteignait pas. Les gouttes s’évaporaient. Ral ne pouvait pas s’approcher de trop près, il faisait trop chaud. Enian parvint à articuler quelques mots :
-Il faut que tu dises à Scyllia que Kell s’est fait avoir. A ce moment, la porte s’ouvrit, laissant apparaitre Ernax, Tohrak ainsi que Dernia. Les protecteurs rentraient enfin dans le dernier bastion de cette île. Il s’approchèrent de l’homme de feu, ils ne le connaissaient pas. Ral leur expliqua brièvement qui il était. Enian se releva péniblement et vit Scyllia qui marchait vers le groupe. Il la rejoignit d’un bond.
-Ils sont réveillé ?
-Oui, répondit la femme plante.
Enian enchaîna :
-Ils ont prit le contrôle de Kell. J’ai mit un peu de temps pour m’échapper.
Le visage de Scyllia s’assombri.
-J’ai besoin d’un service Enian. Va les chercher. Et surtout, dit lui qu’il ne vienne pas avec sa forme réelle. Il attirerait trop l’attention. Il pleut, je sais que tu n’aime pas ça, mais tu s celui qui va le plus vite. La bataille finale approche, fais vite.
Il hocha la tête et s’envola, en se propulsant avec le feu. L’élémental de nature s’approcha de Ral. Elle lui murmura :
-Tu cherches Shaza pas vrai ? elle se trouve dans sa chambre.
Elle regarda les autres et leur dit :
-Allez, on s’active ! Il faut préparer les défenses !
Ral partit au pas de course. Il savait que Shaza n’était pas dans son assiette. Il devait l’aider. C’était aussi ça le rôle d’un compagnon.

Night Croisa Yarhu. Ils étaient presque tous là. Il manquait Orph et Sarkan. Ils n’avaient pas répondu à l’appel. Elle était la dernière arrivée. Elle s’assit à sa place. Ils étaient autour d’une table rectangulaire. Un être monstrueux avec des cornes présidait. Son armure était noire et bleue. Une fine touche de bleue dans toute cette noirceur. Ces yeux étaient tels des cavernes remplies de feu. Il porta son regard sur l’assemblée. Il posa ses yeux sur Night, Medghath, Yarhu, Kell et un autre personnage. Quelqu’un qui venait d’arriver sur l’île après une longue absence. L’être à l’amure noire et bleue se leva.
-J’ai le regret de vous annoncer qu’Orph est mort.
Sa voix étaient spectrale. On aurait dit qu’elle venait d’outre tombe.
Ils le regardèrent tous avec incrédulité.
-Il n’est pas mort, disons qu’il est irréparable. Sarkan est déjà près de Ta-nera. Il attend avec quelques hommes. Il a découvert le village d’Onu-nera mais celui-ci était vide. Les onu-matorans se dirigent en ce moment même vers Ta-nera. Il a pour mission de les arrêter. Vous, vous attaquerez la ville de front. A vous quatre, vous devrez bien y arriver non ? De plus nous avons un énorme avantage, nous possédons un des élémentaux. Ils ne pourront donc pas déchaîner toute leur puissance contre notre armée. Nous allons maintenant prendre le contrôle de cette île. Dans cette boucherie, le grand Seigneur se réveillera. Personne ne pourra nous arrêter et nous régnerons en maître.
Night le dévisageait. Il se tourna vers elle et lui dit :
-Qu’y a-t-il ?
Elle sourit, de son sourire carnassier.
-Et toi, que comptes-tu faire ?
Il se mit à rire. Un petit rire sinistre qui ne dura pas plus quelques secondes.
-Tu le sais très bien Night. Je vais faire comme d’habitude, je vais contrôler nos troupes.
-Combien de temps comptes-tu rester loin de tout combat ? demanda Medghath.
-Tu sais très bien que sans moi, les troupes ne seraient pas unies. Les soldats se disperseraient et se feraient traquer comme de pauvres bêtes.
Night se leva. Elle contourna la table. Alors qu’elle passait derrière Yarhu, elle laissa une de ses griffes parcourir l’épaule de celui-ci. Elle lui murmura :
-Une fois tout cela finit, je m’occuperai de ton cas…
Elle sortit sans un bruit. Ils se levèrent tous. Tous sauf celui aux yeux flamboyants. Une trappe s’ouvrit, en même temps que des centaines d’autres. Alors que le dernier des commandants sortait, des centaines et des centaines de créatures se mettaient en marche pour Ta-nera. Tout ce réseau de galeries souterraines était relié à une sale .Une sale munie d’un portail. Un portail qui menait vers l’être le plus maléfique qui ait jamais existé.
Des hordes de créatures volantes, de bohroks et d’autres monstres couraient vers la cité de feu. Ils réclamaient tous du sang.





Si quelqu'un arrivait à prouver que les crapauds sont des grenouilles, alors toutes les maladies

transmissibles par les crapauds n’existeraient plus et cela permettrait de sauver pas mal de monde

(il faut dire que les maladies seraient alors transmissibles par les grenouilles... C'est pas forcément mieux...)

C'est échanger un mal contre un autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Message(Ancre) Sujet: Re: [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir.

Revenir en haut Aller en bas
 

[Fan-Fiction] Le Dernier Espoir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Dernier Espoir.
» [Fan-Fiction] Le Dernier Espoir.
» [fan-fiction]l'espoir des toa.
» [Fan-Fiction] Vous devez inventer avec votre imagination !
» [Fan-Fiction] Le destin des mondes parallèles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BIONIFIGS - Forum :: ENTRE FANS :: Fans-Fictions-

BIONIFIGS
Guides & Règlement
Actualités
Communauté
Concours
Association
FIGURINES D'ACTION
Les Univers
Les Produits
Cultures
Revues Photos
La Boutique

ENTRE FANS
Expos & Rencontres
MOC & Refonte
Fans-Arts
Fans-Fictions
Projets
AUTRES
Annuaire des Blogs
Section Vidéos
Jeu de Rôles
Espace du Staff
Archives

CYBERCAFÉ
Présentation des Membres
La Taverne
Le coin LEGO
Marques Concurrentes
Vos Suggestions


HERO Factory, BIONICLE, Legends Of CHIMA, Knights Kingdom, Exo-Force, Slizer et les autres licences thématiques de ce site sont des marques déposées du Groupe LEGO®, qui soutient lors d’actions ponctuelles certains évènements et concours de BIONIFIGS.com, support indépendant des fans francophones depuis 2006. Aucune reproduction du contenu présent sur l'ensemble des pages de BIONIFIGS ne peut être effectuée sans accord explicite du titulaire des droits ou des administrateurs. Thèmes graphiques par Exo-6, compléments CSS et Javascript par maxim21.

BIONIFIGS est une association loi 1901 déclarée au Journal Officiel de la République Française — Mentions légales